background preloader

Open data

Facebook Twitter

#OpenData

Fred Kodrle sur Twitter : "Comment la loi Lemaire pourrait imposer l’#OpenData par défaut en France > via @nextinpact. Comment la loi Lemaire pourrait imposer l’Open Data par défaut en France. Manuel Valls l’a promis le 18 juin dernier : son gouvernement va inscrire dans la loi « le principe d'Open Data par défaut ».

Comment la loi Lemaire pourrait imposer l’Open Data par défaut en France

L’ébauche de projet de loi numérique dévoilé il y a quelques jours nous permet dorénavant d’en savoir plus sur la manière dont l’exécutif pourrait concrétiser ses ambitions en matière d’ouverture des données publiques. Explications. Vers une ouverture « par défaut » des données publiques Le récent plan d’action français pour l’Open Governement Partnership l’indiquait une fois de plus. La France souhaite consacrer « les principes d’ouverture par défaut des données publiques (avec fermeture par exception) et de leur réutilisation libre et gratuite ». L’objectif est donc de renverser ce paradigme, pour faire en sorte que l’ouverture devienne la règle et la fermeture l’exception – à condition que celle-ci soit justifiée par des motifs tenant par exemple à la protection du secret des affaires ou au respect de la vie privée. Concertation nationale sur le numérique. Concertation nationale sur le numérique Ce jeu de données a été publié le 22 mai 2015 et mis à jours le 23 juin 2015 à l'initiative et sous la responsabilité de Conseil National du Numérique Concertation, statistiques, consultations, synthèses des contributions, ateliers, journées contributives, pitchs contributifs, etc.

Concertation nationale sur le numérique

Ressources 06.odt Dossier de presse (français) Dernière modification le mardi 23 juin 2015. La Direction de l’Information Légale et Législative (DILA) ouvre les données BODACC, BOAMP et BALO en open data. AccueilA la uneDonnées Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données publiques annoncée en 2014, suite au dernier comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) du 13 décembre 2013, supprimant plusieurs redevances dont celles applicables à certaines données juridiques diffusées sur www.legifrance.gouv.fr, la DILA ouvre les données économiques figurant dans trois de ses bulletins officiels et va ainsi plus loin que les décisions du CIMAP : Trois fonds seront donc accessibles directement à partir de data.gouv.fr et de rip.journal-officiel.gouv.fr. : Cette démarche s’inscrit dans le cadre du programme de simplification de l’accès aux informations et aux démarches pour les entreprises.

La Direction de l’Information Légale et Législative (DILA) ouvre les données BODACC, BOAMP et BALO en open data

Par anticipation, les données du BODACC, du BALO et du BOAMP ont été mises à la disposition des participants au programme d’innovation collaborative Open law/Le droit ouvert. Tags: BALO BOAMP BODACC CIMAP DILA information légale legifrance Étiquettes Événements à venir. Ouverture des données économiques : BODACC, BOAMP et BALO - DILA. La DILA a publié l’arrêté relatif à la réutilisation gratuite de ses bases de données économiques pour une entrée en vigueur le 1er juillet 2015.

Ouverture des données économiques : BODACC, BOAMP et BALO - DILA

Plus de 17 millions d’annonces sont mises à la disposition du public, par voie électronique. Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données publiques annoncée en 2014, suite au dernier comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) du 13 décembre 2013, supprimant plusieurs redevances dont celles applicables à certaines données juridiques diffusées sur www.legifrance.gouv.fr, la DILA ouvre les données économiques figurant dans trois de ses bulletins officiels et va ainsi plus loin que les décisions du CIMAP :

Ouverture des données économiques : BODACC, BOAMP et BALO - DILA. La DILA publie l’arrêté relatif à la réutilisation gratuite de ses bases de données économiques.

Ouverture des données économiques : BODACC, BOAMP et BALO - DILA

Plus de 17 millions d’annonces sont mises à la disposition du public, par voie électronique. Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données publiques annoncée en 2014, suite au dernier comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) du 13 décembre 2013, supprimant plusieurs redevances dont celles applicables à certaines données juridiques diffusées sur www.legifrance.gouv.fr, la DILA ouvre les données économiques figurant dans trois de ses bulletins officiels et va ainsi plus loin que les décisions du CIMAP : Trois fonds seront donc accessibles directement à partir de data.gouv.fr et de rip.journal-officiel.gouv.fr.

. : Open Data - Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Données ouvertes — Ressources pédagogiques numériques. Acteurs publics. Tarifs: la CLCV préconise transparence et open data, Energie 2007.fr. Watch_Dogs WeAreData. Dans Watch_Dogs, la ville de Chicago est gérée par le ctOS, un système de contrôle informatisé hautement perfectionné.

Watch_Dogs WeAreData

Ce réseau utilise les données qui lui sont transmises pour contrôler l’ensemble des infrastructures urbaines et résoudre les problèmes complexes liés à la circulation routière, la lutte contre la délinquance, la gestion de l’électricité, etc. Mais aujourd’hui, cette situation n’a plus rien de fictif : les villes « intelligentes » sont une réalité. Chaque jour, une quantité incalculable de données sont recueillies et traitées avant d’être rendues publiques et accessibles à tous. Watch_Dogs WeareData est le premier site Internet à rassembler en un même endroit les données publiques de Paris, Londres et Berlin.

Chacune de ces villes a été recréée sur une carte en 3D, de manière à permettre aux utilisateurs du site de découvrir en temps réel comment les villes modernes d’aujourd’hui organisent et traitent ces données. Ce que vous allez découvrir ici est la pure réalité. « Open Washing » : la différence entre ouvrir vos données ou simplement y donner accès. (Cet article est la version française, dérivée de la version anglaise, “Open-washing” – The difference between opening your data and simply making them available publié par Christian Villum sur le blog de l’OKF.

« Open Washing » : la différence entre ouvrir vos données ou simplement y donner accès

Il a été traduit et adapté dans sa version française par Samuel Azoulay, Samuel Goëta et François Roels.) Le 3 février 2014, le service de vélos en libre service parisien Vélib se réjouissait sur son blog d’ « une nouvelle utilisation de l’open data Velib« . En effet, le travail d’Etienne Côme avec les données origine/destination des trajets donne à voir le trafic cyclable à Paris sous un nouveau jour.

Sauf que vous pouvez chercher longtemps les données sur le site developer.jcdecaux.com, elles n’y sont pas et n’y ont jamais été. La longue marche vers l'“open data” Faut-il vraiment exclure 92% des communes de l’open data ? Le projet de loi sur la décentralisation visait dans l’un de ses articles à rendre obligatoire l’open data (ou les données ouvertes) pour les communes françaises de plus de 3 500 habitants.

Faut-il vraiment exclure 92% des communes de l’open data ?

Cette notion d’obligation serait désormais portée dans le projet de loi sur le numérique que prépare le gouvernement pour l’automne. Sachant que moins de 3000 communes ont plus de 3500 habitants… est-il vraiment légitime d’exclure 92% des communes françaises du devoir de transparence et accessibilité de l’action publique ? Communes françaises, les sioux de l’open data (par Opensourceway) La fausse excuse de l’incompétence des petites communes Le seuil serait expliqué par le manque de moyens techniques et financiers des petites communes pour publier des données en ligne.

Différents outils et plateformes de publication existent au niveau national comme local pour publier et accueillir les données sans investissement technique. Le casse-tête de l’accès à l’information concerne aussi les communes En résumé.