background preloader

Social Learning

Facebook Twitter

Exemple utilisation cned - Ning. Social learning, nouvelle brique de la formation 2.0 - Guilhem De Vasselot - , Nouvelles technologies et organisation du travail, Ressources humaines. "Comment former en maximisant l'interactivité ?

Social learning, nouvelle brique de la formation 2.0 - Guilhem De Vasselot - , Nouvelles technologies et organisation du travail, Ressources humaines

" Une question qui hante les formateurs en entreprise, à l'heure où le modèle du présentiel montre ses limites. Après avoir titillé le ludisme avec les serious games, les formateurs s'appuient désormais sur le web social pour développer une nouvelle technique : le social learning. Cette technique d’apprentissage collaboratif se caractérise par l’utilisation d’outils de partage sur une plateforme permettant aux apprenants d’échanger autour d’un sujet prédéfini. Les entreprises l’ayant adoptée sont de plus en plus nombreuses en Hexagone : EDF, Cételem, LCL, Adecco, les 3 Suisses … Focus sur une technique phare de la formation 2.0. Enseignement 2.0 pour l’entreprise connectée.

Les réseaux sociaux : outils d’apprentissage en devenir ? Les réseaux sociaux : Outils d’apprentissage en devenir ?

Les réseaux sociaux : outils d’apprentissage en devenir ?

RÉSUMÉ : L’arrivée en masse des réseaux sociaux et des espaces collaboratifs sur la toile a contribué à créer un Web social dont les pionniers acteurs du Web 2.0 viennent perturber tous les champs d’action de notre société dont notamment notre éducation. Professional Development in Social Learning: 3 different skill areas. I’m constantly asked by Learning & Development professionals where they can learn more about social learning. First of all I guess we need to be quite clear what we mean by the term “social learning: that it is not just something that just happens when people study together but is also something that happens continuously in the flow of work as people work together; and that it doesn’t require social tools for it to happen, although they can make it a more powerful experience, but that the presence of social tools doesn’t necessarily mean people will learn socially.

In other words we need to differentiate between learning about social tools, and learning about the use of social tools (both public and private, internal and external) to enable, enhance and support social learning – both for formal learning as well as an integral part of collaborative working. So with that out of the way I think that Professional Development covers 3 main areas – which I briefly explain below. 70:20:10 - It’s not about the numbers, it’s all about change. Written by Charles Jennings During the past 6 weeks I’ve had the pleasure of working with representatives from more than 60 organisations in a series of master classes identifying ‘quick wins’ and developing action plans for implementing the 70:20:10 framework.

70:20:10 - It’s not about the numbers, it’s all about change

In fact, over the past few years I’ve had the opportunity to work with many other organisations – from huge multinationals with hundreds of thousands of employees across the world, to small and medium-sized enterprises and regional government departments – all organisations that are exploring the best ways to deploy the 70:20:10 framework, or are actively making it work. Le modèle 70:20:10 - Bien plus que des chiffres, il évoque le changement. Écrit par Charles Jennings Au cours des six dernières semaines, j'ai eu le plaisir de prendre part, aux côtés des représentants de plus de 60 organisations, à une série de master classes destinées à identifier des solutions offrant un rendement immédiat et élaborer des plans d'action pour la mise en place du modèle 70:20:10.

Le modèle 70:20:10 - Bien plus que des chiffres, il évoque le changement

En fait, ces dernières années, j'ai travaillé avec de nombreuses autres organisations — depuis les grandes multinationales employant des centaines de milliers de personnes à travers le monde aux petites et moyennes entreprises, en passant par les services d'administrations régionales — toutes soucieuses de mettre en place le modèle 70:20:10 ou œuvrant activement pour en assurer le succès. Cette démarche m'a suggéré un certain nombre d'insights, parmi lesquels les CINQ principes suivants qu'il me semble utile de partager avec vous : 1. Le blog de la formation d'entreprise. Le modèle 70 : 20 : 10 de Michael M.

Le blog de la formation d'entreprise

Lombardo and Robert W. Eichinger paraît s’imposer comme une nouvelle évidence dans le milieu de la formation en entreprise. C’est vrai que ce modèle a l’avantage d’être simple et de dire ce que tout le monde pensait sans pouvoir le démontrer. Loin de nous l’idée de le remettre en cause, même si nous trouvons ce type de statistiques totalement dénuées de sens dans le domaine de l’apprentissage. Cela nous fait penser à l’autre statistique bien connue, dont la paternité est attribuée à Roger Mucchielli - maître à penser de générations de formateurs : “on retient 10% de ce qu’on lit, 20% de ce que l’on entend… et 90% de ce qu’on fait et dit“. Social Learning in Business. L’apprentissage informel. Entre formel et informel, ma formation balance… Bien que l’apprentissage informel soit largement évoqué dans notre profession et suscite aujourd’hui de nombreux échanges, sa définition et ses contours peuvent paraître encore flous.

L’apprentissage informel

En fait, plusieurs recherches montrent que 10% de notre apprentissage se fait de manière formelle, c’est-à-dire avec un programme/curriculum défini contrôlé par un formateur (formal learning). 20% par le biais d’échanges, de conversations et le développement de son réseau qui permet ainsi de connaitre la bonne personne au bon moment pour poser la bonne question (social learning). 70% de notre apprentissage se concrétise à travers l’expérience et nos activités au quotidien (informal learning).

Autrement dit, 90% de notre apprentissage se fait de manière informelle. Arrêtons-nous quelques instants pour mieux le définir et illustrer également comment l’usage de nouvelles technologies occupe une place importante dans son développement. Use of a LMS Enables Formal Training and Informal Learning. L’apprentissage informel. Au delà du Social Business (2e Partie) : la formation autrement. En deux phrases : si les dispositifs de formation traditionnels ont encore de beaux jours devant eux, le besoin pour des formations de niches sur un modèle plus conversationnel et adhoc prend chaque jour plus d’ampleur.

Au delà du Social Business (2e Partie) : la formation autrement

Un besoin que les technologies adéquates peuvent aider à satisfaire mais elles ne permettront pas à elles seules de faire l’économie d’une aggiornamento sur la nature de la formation aujourd’hui et l’officialisation de dispositifs émergents. Voici (enfin), la suite de mon premier billet sur « Au delà du Social Business ». Après la prise de décision nous allons donc nous attaquer à un autre sujet d’importance qui est celui de la formation.

La situation L’acquisition et la transmission des savoirs sont devenus essentielle à la performance des employés et de l’entreprise. . - L’évolution de la nature même du travail qui ne demande plus d’exécuter des séquences de tâches prescrites mais de traiter des exceptions et résoudre des problèmes sans cesse nouveaux. Les contraintes L’idée. Apprentissages sociaux et plateformes LMS… On n’a pas attendu jusqu’à ce jour pour apprendre avec et par les autres autres… L'apprentissage social existe depuis l’origine de l'humanité ; c'est en fait notre façon naturelle d'apprendre.

Apprentissages sociaux et plateformes LMS…

Internet permet de développer considérablement ces opportunités d’apprentissages sociaux, par le partage des expériences, des réflexions, bien au-delà des limites organisationnelles et géographiques, instantanément et gratuitement. Social learning ou formation collaborative : un pour tous, tous pour un. Le chômage se répand alors même qu'un nombre croissant de nouveaux postes s'ouvrent.

Social learning ou formation collaborative : un pour tous, tous pour un

En cause : l'inadéquation des compétences disponibles. La formation collaborative, ou social learning, sera-t-elle une solution aux pénuries de Talents qui deviennent chaque jour plus critiques ? Depuis 2011, 3 millions de nouveaux postes se créent chaque mois aux Etats-Unis. Qu’est-ce que le social learning ? 1ere partie. Dans cette série de trois articles, je souhaite explorer le social learning du point de vue de l’individu et de l’organisation, dans le monde du travail que nous connaissons aujourd’hui, pour ensuite porter un regard vers l’avenir, là où la notion du social est susceptible de nous mener.

Qu’est-ce que le social learning ? 1ere partie

Le social learning se produit dans la zone d’ombre qui sépare le monde du travail formel et les espaces sociaux informels que nous fréquentons en dehors du travail. Il se caractérise par un dialogue facile, des idées et opinions semi-évoluées et par une propension à s’engager facilement, indépendamment de toute notion de technologie, de temps ou d’espace. Le social learning pourrait très bien s’inscrire dans un programme de formation, mais en tant qu’activité, il jouit rarement d’une structure formelle.

Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il soit dénué de toute finalité, mais plutôt qu’il tend à rechercher les connaissances émergentes et non pas les idées pré formatées. Qu’est-ce que le social learning ? 2e partie. Dans cette série de trois articles, je souhaite explorer le social learning du point de vue de l'individu et de l'organisation, dans le monde du travail que nous connaissons aujourd'hui, pour ensuite porter un regard vers l'avenir, là où la notion du social est susceptible de nous mener. Hier, nous nous sommes penchés sur la notion d'expérience personnelle en pointant du doigt toute l'importance que revêt le capital social : la capacité à survivre et s'épanouir dans des espaces virtuels et en quoi cela diffère-t-il du passé.

Je vais, aujourd'hui, m'attacher à analyser les défis qui s'imposent aux organisations. Qu’est-ce que le social learning ? 3e partie. Dans cette série de trois articles, nous nous sommes, tout d'abord, penchés sur la notion d'expérience personnelle en pointant du doigt toute l'importance que revêt le capital social : la capacité à survivre et s'épanouir dans des espaces virtuels et en quoi cela diffère-t-il du passé. Puis, nous avons analysé les défis qui s'imposent à l'organisation, nourris de préoccupations d'ordre juridique et éthique, ainsi que le rôle qui incombe au modérateur.

Aujourd'hui, je souhaite porter un regard vers l'avenir, me laisser aller à quelques pures spéculations quant aux progrès que le social learning est susceptible de nous faire réaliser. Nos modes d'apprentissage sont en pleine mutation. Nous avions, jusqu'alors, pour habitude d'emmagasiner des connaissances et les garder pour plus tard dans un petit coin de notre tête. Ce qui signifie que les compétences susceptibles de nous mener au succès aujourd'hui sont différentes de celles qui étaient, hier encore, requises. Social learning. 5 videos on connected learning from the Digital Media and Learning Research Hub [VIDEOS]