background preloader

Pulsar (Étoile à neutrons)

Facebook Twitter

Pulsar - Google-Images. Etoiles à neutrons et pulsars. Des noyaux atomiques géants?

Etoiles à neutrons et pulsars.

L'effondrement qui conduit à la formation d'une étoile à neutrons, n'est possible que parce que de nombreux protons et électrons qui forment la matière ordinaire ont pu fusionner ont fusionner en neutrons (avec émission de neutrinos). Ces neutrons finissent par opposer une résistance capable de bloquer la contraction quand ils deviennent dégénérés. C'est-à-dire quand leur confinement est tel qu'il leur impose de très grandes vitesses. En effet, selon le principe d'exclusion de Pauli, qui est l'une des bases de la physique quantique, deux particules de matière, telles que les neutrons, ne peuvent se trouver en même temps exactement au même endroit. Si on essaie donc, comme le fait la force de gravitation, de les rapprocher trop, leur seule issue sera de prendre de la vitesse pour s'échapper.

Qu'est-ce qu'un pulsar ? Lorsqu'une étoile massive arrive à la fin de sa vie, après avoir transformé son hydrogène en hélium, elle se met à synthétiser des éléments chimiques de plus en plus lourds jusqu'au fer, puis elle explose sous la forme d'une supernova.

Qu'est-ce qu'un pulsar ?

Alors que l'enveloppe externe de l'étoile se volatilise, son coeur s'effondre sous l'effet de la gravitation et donne naissance à une étoile à neutrons. Les étoiles à neutrons, c’est quoi? (astronomie) Astronomie - Les pulsars. Etoiles à neutrons et pulsars. Le pulsar caméléon étonne les astronomes - Schéma de l’environnement magnétique d’un pulsar.

Le pulsar caméléon étonne les astronomes -

(ESA medialab / XMM-Newton / ASTRON-LOFAR) Les pulsars sont de petites étoiles d’une vingtaine de kilomètres de diamètre – la taille d’une petite ville – en rotation rapide sur elles-mêmes et d’une masse comparable à celle de notre Soleil. L’astre hyperdense émet un très mince faisceau de radiations. Comme il tourne sur lui-même et que le pinceau de rayonnement balaie périodiquement la Terre, nous détectons un bref pic d’intensité, un peu à la manière du faisceau d’un phare marin.

Certains pulsars émettent des radiations sur tout le spectre électromagnétique, depuis les rayons gamma, les rayons X jusqu’aux ondes radio. Cependant, il est clair depuis quelque temps que certains pulsars radio oscillent entre deux états, changeant l’aspect et l’intensité de leurs impulsions radio. Les scientifiques ont étudié un pulsar particulier nommé PSR B0943+10, un des premiers pulsars découverts. Les résultats ont été totalement inattendus. Pulsars. Observations historiques et découverte Les pulsars ont été découverts grâce à la radioastronomie.

Pulsars

C’est Jocelyn Bell qui en a fait par hasard la première observation en 1967. Le radiotélescope de Cambridge lui a révélé un objet qui émettait des pics parfaitement périodiques, ce qui est déjà une curiosité, mais dont la période était extrêmement courte, de 1,3373 secondes ! C’était le phénomène astronomique le plus rapide connu, les plus courtes périodes déterminées à l’époque étant de l’ordre de l’heure. Chaque bip dure 0,04 seconde. L’équipe a alors entrepris de solides vérifications, et n’a finalement publié sa découverte que plusieurs mois après. Une recherche systématique a permis ensuite de trouver de nombreux objets semblables, on en compte plus de 2.000 maintenant.

Les Pulsars. En 1967, l'astronome Jocelyn Bell étudiait les sources radios célestes à l'observatoire radioastronomique de Mullard de Cambridge, en Angleterre.

Les Pulsars

En testant un nouvel équipement, elle capta un signal périodique qui n'avait encore jamais été détecté. Ces petits sursauts se produisaient avec une régularité incroyable : toutes les 1,337 seconde. Quelqu'un de l'extérieur enverrait-t-il des messages dans l'Univers, se demandèrent avec humour les astronomes. Ce signal intrigant fut donc baptisé LGM pour Little Green Men (petits hommes verts).

Un pulsar. Les pulsars Envisagée sur le plan purement théorique dès 1933 par l’Allemand Walter Baade et le Suisse Fritz Zwicky, l’existence des étoiles à neutrons ne fut réellement prise au sérieux qu’une trentaine d’années plus tard avec la découverte des pulsars.

Un pulsar

En 1967, les astrophysiciens anglais Jocelyn Bell et Anthony Hewish étudiaient l’effet du milieu interplanétaire sur la propagation des ondes radio et découvrirent par hasard une source, PSR 1919+21, qui émettait des impulsions radio de façon très régulière. Très rapidement d’autres radioastronomes mirent en évidence l’existence de très nombreuses sources similaires. Ces sources se caractérisaient toutes par des pulsations très rapides, de période comprise entre quelques millisecondes et quelques secondes, et surtout une régularité extrême, la période étant stables avec une précision relative du millième de milliardième. La nature des pulsars. Pulsar - Google-Images. Pulsar (Wikipedia) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pulsar (Wikipedia)

Vue artistique d'un pulsar tirant de la matière d'une étoile proche. Pulsar. Définitions : Étoile à neutrons en rotation rapide sur elle-même et émettant des ondes radio à intervalles réguliers....

Pulsar

(source : fr.wiktionary) Pulsar. 1er pulsar gamma repéré dans une autre galaxie - 12 novembre 2015. EXCEPTIONNEL.

1er pulsar gamma repéré dans une autre galaxie - 12 novembre 2015

Il s’appelle PSR J0540-6919, mais ce nom de code ne devrait pas masquer son caractère exceptionnel : c’est le premier pulsar gamma — une de ces étoiles très denses en rotation rapide sur elle-même émettant des rayons gamma de très haute énergie —que les astronomes ont pu repérer au sein d’une autre galaxie que la nôtre. Une première, car jusque-là, malgré nos télescopes en orbite, nous ne pouvions repérer que des pulsars au sein de notre propre galaxie ou alors dans les amas globulaires, ces concentrations d’étoiles à la périphérie de notre galaxie*. 75 mois pour le détecter PSR J0540-6919 est au cœur du Grand Nuage de Magellan, une galaxie naine satellite de la Voie lactée. Détection du premier pulsar gamma extragalactique. PSR J0540-6919 (ou J0540 pour faire court), le premier pulsar gamma extragalactique détecté se situe près de la nébuleuse de la Tarentule, vaste région active où se forment de nombreuses étoiles dans la galaxie naine du Grand Nuage de Magellan (Large Magellanic Cloud, LMC).

Détection du premier pulsar gamma extragalactique

PSR J0537−6910 est un second pulsar repéré. Avec 62 rotations par seconde, il est le plus rapide pulsar jeune connu. © Nasa, GSFC, Eso, R. Gérard Grisey - Le Noir De L'Etoile.