background preloader

Primaire & Maternelle

Facebook Twitter

Les bénéfices du tutorat entre enfants. 1Classiquement dévolu au milieu de la formation professionnelle par alternance, le tutorat apparaît aujourd’hui au centre de divers dispositifs développés dans le cadre de la lutte contre les inégalités de réussite scolaire.

Les bénéfices du tutorat entre enfants

Les contrats « ambition – réussite » initiés dans le cadre des réseaux d’éducation prioritaire prévoient ainsi le développement de situations tutorielles entre lycéens et étudiants. La généralisation de la scolarisation en milieu ordinaire des élèves en situation de handicap, préconisée dans le cadre de la nouvelle loi de 2005, constitue un autre domaine également propice au développement de nombreuses situations d’entraide entre élèves. Loin de se limiter aux niveaux les plus élevés de la scolarité ou au champ du handicap, ce type de situation pédagogique est également envisagé comme moyen « d’instaurer des habitudes d’activités autonomes dans différents domaines » et ce dès l’école maternelle (cf. les instructions officielles de 2002).

Le tutorat entre élèves du cycle 3. L'organisation du tutorat à l'école primaire et au collège. Sylvain CONNAC– LIRDEF (équipe d'accueil 3749) – Universités Montpellier II et III ISFEC Montpellier - France Sylvain.connac@gmail.com Marie LEMPERIERE - ISFEC Montpellier - France Mots clés : Aide – Coopération – Rapport au savoir – Secondarisation – Tutorat Résumé : En pédagogie, la coopération participe à la personnalisation des apprentissages.

L'organisation du tutorat à l'école primaire et au collège

Introduction La coopération se définit comme l’ensemble des situations où des personnes produisent ou apprennent à plusieurs. Les pratiques de la coopération scolaire défendent une conception précise des relations sociales et tendent à développer la fraternité et la solidarité. En même temps, plusieurs tensions subsistent. La coopération demande aux élèves de l’autonomie. Nous émettons l’hypothèse qu’une formation initiale des élèves à la coopération et au tutorat peut apporter des réponses progressistes à ces questions.

Balisage conceptuel de la coopération en éducation L’aide - l’aide exécutive, le fait de fournir directement la réponse A. Le tutorat à l'école. En général, qu’attend-on d’une méthode pédagogique?

Le tutorat à l'école.

Entre autres, qu’elle fasse progresser un maximum d’élèves, qu’elle leur permette d’améliorer leurs acquisitions scolaires. Bien qu’utilisée parfois à des fins différentes, la formule tutorale n’échappe pas à la règle. Le tutorat et l'effet tuteur à l'école élémentaire. Les formes d’intervention des tuteurs Les résultats rassemblés s’appuient sur des données de score de réussite à la tâche.

Le tutorat et l'effet tuteur à l'école élémentaire

S’ils donnent des indicateurs sur les taux de réussite à l’épreuve proposée, sur les progrès réalisés par les sujets selon la situation vécue au cours de la phase d’expérimentation, ils renseignent assez peu sur ce qui s’est effectivement joué entre les partenaires. Le chercheur et le praticien visent des objectifs d’apprentissage qui dépassent la seule réussite à la tâche. Ils souhaitent que la situation pédagogique qu’ils ont initiée permette de lever les obstacles rencontrés par certains des tutorés.

De nombreuses études mentionnent, chez des enfants de 2 à 5 ans, que « les formes de coopération entre enfants se complexifient et atteignent des niveaux de réciprocité et de complémentarité des actions plus élevés » (Herbé D. et all., 2007, p. 394). À l’école élémentaire, les tuteurs sont de jeunes enfants. Coopérer en maternelle. Sur son site Claude Beaunis, praticien de la pédagogie Freinet au cycle 3, rapporte une expérience où ses élèves ont tutoré des enfants de maternelle (PS et MS) et ce durant toute une année scolaire : travailler ensemble et s'aider Sur le site ministériel Éducation prioritaire, une fiche action pour présenter un tutorat entre élèves de CE1 et de P.S axé sur l'écriture d'un album : Une monographie qui présente la mise en pratique de l’accueil des enfants de toutes les sections de maternelle (TPS, PS, MS et GS) dans chacune des trois classes d’une école maternelle.

Coopérer en maternelle

Les objectifs, les obstacles, les modalités de fonctionnement et les très nombreux bénéfices pour tous les enfants tant du point de vue langagier que du comportement. Le travail en équipe et les modalités de préparations qui allègent le travail de l’enseignant d’une classe «unique». autre exemple de classe de cycle en maternelle : Bibliographie du Crdp de Toulouse :