background preloader

Écriture

Facebook Twitter

Débuts de l'écriture en Mésopotamie. La mise en forme de cet article est à améliorer(avril 2018).

Débuts de l'écriture en Mésopotamie

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article. Les conditions et mécanismes ayant présidé à l’apparition de l’écriture en Mésopotamie à la fin du IVe millénaire av. Depuis quelques années, une telle approche doit pourtant être nuancée, voire corrigée.

Pourtant, notre compréhension de la genèse du système est encore loin d’être acquise. Le temps et l’espace[modifier | modifier le code] Les conditions de la genèse du système[modifier | modifier le code] Homme barbu, peut-être un « roi-prêtre », période d'Uruk, c. 3300 av. Cunéiforme. L’écriture cunéiforme est un système d'écriture complet mis au point en Basse Mésopotamie entre 3400 et 3300 av.

Cunéiforme

J. -C., qui s'est par la suite répandu dans tout le Proche-Orient ancien, avant de disparaître dans les premiers siècles de l'ère chrétienne. Au départ pictographique et linéaire, la graphie de cette écriture a progressivement évolué vers des signes constitués de traits terminés en forme de « coins » ou « clous » (latin cuneus), auxquels elle doit son nom, « cunéiforme », qui lui a été donné aux XVIIIe et XIXe siècles. Cette écriture se pratique par incision à l'aide d'un calame sur des tablettes d'argile, ou sur une grande variété d'autres supports.

Les conditions d'élaboration de cette forme d'écriture, qui est la plus vieille connue avec les hiéroglyphes égyptiens, sont encore obscures. Le cunéiforme a été un élément marquant des cultures du Proche-Orient ancien qui ont développé un rapport à l'écrit et des littératures à partir de ce système. Scribe dans le Proche-Orient ancien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Scribe dans le Proche-Orient ancien

Le scribe du Proche-Orient ancien était la personne pratiquant l'écriture, surtout cunéiforme, chargée de rédiger des textes, mais aussi d'en lire, ou bien d'organiser des classements dans des archives. Il pouvait approfondir sa spécialisation pour devenir qualifié dans un certain domaine. Tout savant devait avoir suivi une formation de scribe. On l'appelait en sumérien DUB.SAR (composé de DUB, « la tablette », et SAR, « inscrire », « écrire » donc : « celui qui écrit sur la tablette »), et en akkadien tupšarru(m) (forme akkadienne de DUB.SAR). Formation[modifier | modifier le code] Littérature mésopotamienne. Le système d'écriture mésopotamien est le plus ancien système d'écriture connu à ce jour.

Littérature mésopotamienne

Il date de la fin du IVe millénaire av. J. ‑C. En parallèle de son usage pratique, cette écriture a servi à transmettre de véritables œuvres littéraires. Celles-ci constituent une portion limitée de l'ensemble de la production écrite mésopotamienne, que l'on connaît essentiellement grâce aux tablettes d'argile rédigées en écriture cunéiforme exhumées sur les sites de Mésopotamie et de régions voisines (Syrie, Anatolie) par les archéologues depuis le XIXe siècle.

La littérature mésopotamienne se manifeste sous différents genres, dont certains sont particuliers à cette culture : mythes, épopées, hymnes, chants, chroniques historiques, sagesses, mais aussi des textes techniques. Définitions et contours[modifier | modifier le code] On a pu tracer les contours de la littérature mésopotamienne en suivant les genres que l'on trouve dans les bibliothèques du Ier millénaire av. Bibliothèque d'Assurbanipal. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bibliothèque d'Assurbanipal

Tablette d'un extrait du récit de l'Épopée de Gilgamesh, trouvée à la Bibliothèque d'Assurbanipal La Bibliothèque royale d'Assurbanipal, qui porte le nom d'Assurbanipal (668-627) – le dernier grand roi de l'Assyrie antique – est une collection de près de vingt-cinq mille tablettes d'argile (la plupart fragmentées) et de fragments contenant toute sortes de textes du VIIe siècle av. L'écriture. Undefined Des tablettes sumérienne (à gauche) et akkadienne (à droite) La Mésopotamie étant une région pauvre en matériau, ses habitants n'avaient pas un vaste choix d'instruments utilisables pour écrire.

L'écriture

C'est l'argile et le roseau, abondants dans le sud, qui devinrent les matériaux privilégiés pour cela. A partir de l'argile, on confectionnait une tablette de taille et de forme voulue, sur laquelle on écrivait, avant de la faire sécher au soleil pour la durcir ou, au mieux, de la cuire pour obtenir une meilleure solidité (l'argile cuit étant très dur à casser). Souvent, les tablettes anciennes étaient recyclées. Tablette sumérienne primitive (début IIIè millénaire)