background preloader

Caricatures

Facebook Twitter

Cette liberté de caricaturer qu'exècre l'islam radical. Si l'islam s'est progressivement affranchi de l'interdit de représentation, la liberté de dérision reste une barrière inexpugnable entre Occident et islam radical.

Cette liberté de caricaturer qu'exècre l'islam radical

Liberté d'expression - Pour le droit d'offenser, pour le droit à l'outrage. Dans l'affaire du film sur Mahomet, rares sont les voix qui invoquent la liberté d'expression, constate le quotidien danois Jyllands Posten, qui avait publié les caricatures de Mahomet en 2005.

Liberté d'expression - Pour le droit d'offenser, pour le droit à l'outrage

Les pays occidentaux devraient pourtant prendre une position claire sur le sujet. Dans quelques jours paraîtront les mémoires de l'écrivain Salman Rushdie sur ses années de clandestinité après la publication, en 1988, de son roman Les Versets sataniques [publié en France par Christian Bourgois en 1989]. Certains passages au sujet du Prophète avaient poussé l'ayatollah Khomeyni à appeler ses coreligionnaires à tuer l'écrivain. Deux des traducteurs de Rushdie ont été assassinés, un troisième a survécu à un attentat et plusieurs personnes sont mortes lors de manifestations dans les pays musulmans. Sites et blogs de dessinateurs/dessinatrices d'actualité... un petit tour du monde ! - Dessin de presse : «Au lieu de prendre une arme, je prends un crayon»

“L’humour doit être l'étincelle qui allume la flamme de la résistance” : interview du dessinateur espagnol KAP - Dessin de presse : enfin libres grâce au printemps arabe. Khalid Albaih, un Soudanais installé au Qatar, rêve de voir les révoltes s'étendre à Khartoum.© DR Le "printemps arabe" a dopé les caricaturistes, qui ont largement soutenu les mouvements révolutionnaires.

Dessin de presse : enfin libres grâce au printemps arabe

Si leur liberté d’expression progresse depuis quelques mois, rien n’est encore joué. « Je n’ai pas pris un jour de congé en six mois ! » s’exclame le caricaturiste algérien Ali Dilem. Du drame de Boston à la mort de Thatcher: quand les caricaturistes se déchainent. Signe des temps, reflet d’une époque ?

Du drame de Boston à la mort de Thatcher: quand les caricaturistes se déchainent

Si la caricature et le dessin ont toujours accompagné l’actualité d’une plume trempée dans le curare, les récents évènements survenus à Boston, ainsi que la disparition de Margaret Thatcher, ont déchainé la toile et les médias où une légion de dessinateurs, au trait morbide, se sont multipliés en croquis assassins. Mais c’est la disparition de la Dame de fer qui a le plus inspiré ces fossoyeurs, dont le crayon est allé creuser sa tombe avec acidité. Florilège. Caricaturistes dans le monde : Fantassins de la liberté. Hier, Mercredi 7 janvier, 12 personnes perdaient la vie lors d'un attentat perpétré dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo.

Caricaturistes dans le monde : Fantassins de la liberté

Cabu, Charb, Georges Wolinski, Tignous, Phillipe Honoré, tous dessinateurs de presse, figures emblématiques du journal, de la presse, de la liberté d'expression. figurent parmi les victimes. Emission hommage avec les Cabu, les Charb; les Tignous et les Wolinski tunisien, iranien, algérien; burkinabé, israélien, danois, vénézuélien... Aujourd’hui, France Culture dédie et consacre son antenne à l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo… 16 heures d'antenne, depuis 6h ce matin, avec la diffusion notamment de trois documents exceptionnels - 5 heures d'à voix nue avec Cabu et Wolinski, ainsi qu'un documentaire consacré à Charlie Hebdo réalisé en 2002 à l'occasion du dixième anniversaire du journal.

Dessinateur de presse : un métier sous pression. 20 mars 2011.

Dessinateur de presse : un métier sous pression

Kaïs al-Hilali, dessinateur libyen de 34 ans, caricature Mouammar Khadafi sur un mur. Il est abattu par un snipper. Pinceau contre kalashnikov, le combat est inégal; même si les cartoonists semblent moins souvent assassinés que les journalistes rédacteurs. Selfie mondial. Inde : Bientôt, la mort de la caricature politique. Avis aux dessinateurs indiens : vos caricatures d'aujourd'hui, qui circulent (encore) librement pourraient bien être censurées demain - ou dans 63 ans !

Inde : Bientôt, la mort de la caricature politique

Le 12 mai dernier, le Parlement indien a en effet retiré du programme de la classe de onzième (l'équivalent de la Première) un manuel scolaire dans lequel était reproduit un dessin de presse réalisé en 1949 par le célèbre caricaturiste Keshav Shankar Pillai (connu sous le simple nom de Shankar), jugeant son contenu "inapproprié" et "insultant". Le dessin montre B R Ambedkar, le père de la Constitution indienne, assis sur un escargot appelé "Constitution" et derrière lui le Premier ministre, Jawaharlal Nehru, tenant un fouet.

Les députés ont jugé qu'Ambedkar, l'homme politique qui s'est battu toute sa vie contre les discriminations dont les intouchables sont victimes, y était représenté d'une manière trop négative - certains ont même estimé que Nehru levait son fouet en direction de son collègue. Il n'empêche. Bob Mankoff: Anatomy of a New Yorker cartoon. AliDilem. Cartoons : l'année 2014 vue en 40 dessins de presse. Mais qu’ont-ils donc à se faire pardonner, les grands de ce monde qui se pressent au confessionnal du pape François ?

Cartoons : l'année 2014 vue en 40 dessins de presse

La NSA qui espionne le monde entier ou encore les tortures de la CIA (Barack Obama), l’annexion de la Crimée (Vladimir Poutine), les violentes manifestations au Venezuela (Nicolás Maduro), la crise en Argentine (Cristina Kirchner)… Rien de moins. Entre révolutions, guerres et révélations en tout genre, 2014 restera comme une année noire. De quoi donner des sueurs froides au souverain pontife. Le seul à paraître serein en attendant son tour ? Le président uruguayen Pepe Mujica (soulagé peut-être de quitter le pouvoir), malgré la légalisation (pas très catholique) du cannabis.

Caricatures: il faut se moquer de la religion. En 2006, le monde était secoué par l'affaire dite des caricatures de Mahomet, publiées par un journal danois et reprises en France par Charlie Hebdo.

Caricatures: il faut se moquer de la religion

Christopher Hitchens, grand défenseur de la laïcité aujourd'hui décédé, réaffirmait la nécessité de ne pas céder aux menaces et de critiquer les religions. Mercredi, des hommes armés ont attaqué les bureaux de Charlie Hebdo, faisant au moins 12 morts. Le magazine était connu pour avoir publié des images du prophète Mahomet, y compris les dessins de 2005 parus pour la première fois dans le quotidien danois Jyllands-Posten, des caricatures qui avaient été à l'origine d'une vague de violence dans le monde entier. En février 2006, Christopher Hitchens, mort en 2011, se saisissait du problème à son inimitable manière. Nous republions aujourd'hui des extraits de son article. Il débutait par la déclaration du porte-parole du Département d'Etat américain réagissant aux caricatures: Une déclaration contestée par Hitchens: [...]

«Une bonne caricature doit secouer le lecteur» interview d’Anette Gehring, directrice du Musée de la caricature de Bâle par Gabriele Ochsenbein (swissinfo.ch) - A lire sur le site Swissinfo.ch En matière de dessins de presse, il n’existe pas de tabous.

«Une bonne caricature doit secouer le lecteur» interview d’Anette Gehring, directrice du Musée de la caricature de Bâle par Gabriele Ochsenbein (swissinfo.ch) -

C’est le credo d’Anette Gehring, directrice du Musée de la caricature de Bâle. Reste que dans le paysage médiatique actuel, la place dévolue à cet outil journalistique à part tend de plus en plus à se réduire comme peau de chagrin. L’éthique de la caricature. Les caricaturistes, sorte de fous du roi des temps modernes, ont une latitude beaucoup plus grande que les autres éditorialistes. Leur médium – le dessin – leur confère un statut à part, doublé d’une liberté unique; mais peuvent-ils pour autant rire de tout? Caricature d'André-Philippe Côté, Le Solei, 18 mai 2012 Comme le disait le caricaturiste du journal Le Monde, Jean Plantureux dit Plantu, si on veut connaître le degré de liberté d’expression d’un pays, on ne doit pas parler au premier ministre, mais aux dessinateurs de presse. « On a une liberté particulière, estime André-Philippe Côté, caricaturiste au journal Le Soleil.

Je ne suis pas tenu à rapporter des faits, je peux inventer, ce que mes collègues de l’éditorial ne peuvent pas faire. Une liberté à part pour cette forme unique de journalisme d’opinion, consacrée par les guides de déontologie journalistique. André-Philippe Côté constate pour sa part une évolution dans ses motivations comme caricaturiste. Tout dire? Plantu : "Le dessin est un moyen de faire émerger les frustrations" Propos recueillis par Hervé Brusini Mis à jour le , publié le Dans le documentaire Caricaturistes, fantassins de la démocratie, on voit de drôles de choses. Certains, tel ce dessinateur russe, font le taxi de nuit pour survivre.

D’autres, comme ce caricaturiste danois, ont bien failli y laisser leur peau. Incroyable comme un petit (ou grand) dessin peut attirer les foudres de celui qui ne supporte pas la liberté d’expression. Caricatures et caricature. Caricatures de Mahomet à Mahomet. Dans un article précédent, écrit avant la sortie des caricatures de Charlie Hebdo, nous évoquions les arguments dont se réclament les censeurs.

Notamment que les images - film ou dessin- ont le singulier pouvoir de causer une douleur inadmissible à celui qu'elles blessent dans ses croyances et de produire de la haine (donc des comportements répréhensibles) chez celui qui ne les partage pas. Il est permis de soupçonner des motivations publicitaires ou mercantiles chez Charlie Hebdo, comme il est permis de soupçonner les auteurs du film sur Mahomet d'avoir les pires des intentions. "Charlie Hebdo" caricature Mahomet : pas du courage, mais du pur opportunisme. Charb tenant le numéro de "Charlie Hebdo" de la semaine, le 19/09/12 (F. DUFOUR/AFP) EDU'bases lettres - Du portrait à la caricature ; la caricature de Daumier à nos jours ... Daumier. " L’Age d'or de la recherche sur la caricature est derrière nous... " : entretien avec Guillaume Doizy -

Vous avez fondé en 2007 (7 ans déjà !) Le site Caricatures&Caricature.com, l’objectif de départ est-il rempli ? Guillaume Doizy : En partie seulement. En 2007, j’avais déjà publié deux livres sur la caricature anticléricale (A bas la calotte et Et Dieu créa le rire) et je ne trouvais pas sur la Toile de site de référence correspondant à mon centre d’intérêt, à savoir la caricature. Presse, le dessin s’estompe. Mais où donc a disparu le dessin de presse ? Il suffit qu’on pose la question pour qu’aussitôt mille contre-exemples viennent faire le siège. La presse satirique a une histoire. Cette note de lecture fut initialement publiée le 24 octobre 2007 sur nonfiction.fr, sous licence Creative Commons.