background preloader

Baie des Cochons

Facebook Twitter

Baie des Cochons - Google-Images. Anatomie d’un désastre, Baie des ... Le défi castriste Le premier mérite de Jacobo Machover est de souligner avec clarté les spécificités de la mise en œuvre du Castrisme.

Anatomie d’un désastre, Baie des ...

Il ne s’agit pas d’un énième avatar du traditionnel caudillisme sud-américain mais d’un système totalitaire performant, où l’alibi idéologique du communisme légitime la domination et les privilèges d’une nouvelle classe dirigeante dominée par Fidel Castro, « égocrate » doué, et fort de l’encadrement policier et idéologique serré imposé à la population. Initialement, la nature réelle du régime n’a pas été perçue par les États-Unis. Ils ont même manifesté une authentique sympathie à l’égard du jeune héros vu comme une sorte de nouveau Bolívar. L'invasion de la Baie des Cochons à Cuba. Grayston Lynch fut le premier homme qui toucha la terre cubaine, à Playa Giron.

L'invasion de la Baie des Cochons à Cuba

Il était 23h45 ce 16 avril 1961. Non loin de là , à Playa Larga, un autre Etasunien débarquait aussi le premier : William « Rip » Robertson. Tous les deux faisaient partie de la Brigade d’Assaut 2506 qui, entraînée et armée par les Etats-Unis, prétendait envahir l’île pour en finir avec le gouvernement révolutionnaire. Elle fut défaite en moins de soixante-dix heures. Il faut revenir deux ans en arrière pour situer l’origine de cet « échec parfait », comme le nomment certains spécialistes.(1) Le 19 avril 1959, Richard Nixon, vice-président des Etats-Unis et Fidel Castro, premier ministre de Cuba, se réunirent pendant trois heures à Washington. Les frères Dulles, John Foster et Allen, respectivement secrétaire d’Etat et chef de la CIA, furent d’accord. Parallèlement au projet militaire et propagandiste, à la fin août, la CIA mit un autre plan sur pied.

Hernando Calvo Ospina SOURCE : Il y a 50 ans, les Américains rataient l’invasion de Cuba par la baie des Cochons - Amériques. Une plage de sable fin, une eau turquoise dans la mer des Caraïbes… La notoriété de la baie des Cochons pourrait avoir été héritée du tourisme si, le 17 avril 1961, quelques 1 500 opposants au régime de Fidel Castro n’avaient pas tenté d’en faire le symbole de la reconquête du pouvoir sur le régime communiste. « C’est un symbole pour tous les peuples opprimés.

Il y a 50 ans, les Américains rataient l’invasion de Cuba par la baie des Cochons - Amériques

C’est la première défaite de l’impérialisme en Amérique latine et l’une des premières défaites de l’impérialisme à l’échelle mondiale », pouvait dire quelques jours après Che Guevara. La puissance américaine venait en effet d’échouer piteusement sur cette plage idyllique. Opération Zappata Le 17 avril 1961, il n’y a que deux ans que la révolution communiste a chassé du pouvoir le dictateur Fulgencio Batista. En pleine Guerre froide, les Etats-Unis dirigés par Dwight Eisenhower, supportent difficilement qu’un régime communiste se soit installé à 350 km des frontières de la Floride.

Une succession d'erreurs. 1961, baie des Cochons, par Hernando Calvo Ospina (Le Monde diplomatique, avril 2011) Mettre un terme à la révolution cubaine, qui vient de triompher le 1er janvier 1959 : l’objectif est très vite devenu prioritaire pour Washington.

1961, baie des Cochons, par Hernando Calvo Ospina (Le Monde diplomatique, avril 2011)

Dans son ouvrage de référence, Haynes Johnson rapporte : « Le 17 mars 1960, le président Eisenhower accorda à la Central Intelligence Agency (CIA) l’autorisation d’organiser, d’entraîner et d’équiper des réfugiés cubains pour constituer une force de guérilla anticastriste (1). » Pour cela, explique Tim Weiner, lauréat du prix Pulitzer, la CIA recrute ceux-là mêmes qui ont « renversé le gouvernement [de Jacobo Arbenz] au Guatemala (2) », en 1954. Le 3 janvier 1961, Dwight David Eisenhower rompt les relations avec La Havane. Le 20, John Fitzgerald Kennedy le remplace à la Maison Blanche. L’un des premiers ordres qu’il donne est d’accélérer les préparatifs de l’invasion — tout en répétant publiquement qu’aucune agression ne sera lancée contre l’île des Caraïbes. Cuba, la baie des Cochons. Baie des cochons, avril 1961 : la trahison de John Kennedy ? - Regards latinos.

Les frères Castro ne laissent rien au hasard : ils ont fait débuter le VIe congrès du parti communiste à La Havane le 16 avril, soit 50 ans jour pour jour après le débarquement raté de la Baie des cochons et l’affirmation, pour la première fois, du caractère socialiste de la révolution castriste par Fidel Castro.

Baie des cochons, avril 1961 : la trahison de John Kennedy ? - Regards latinos

Le 15 avril 1961, 1500 cubains anti castristes, entraînés par la CIA dans un camp au Guatemala, débarquaient sur la plage de Giron dans la Baie des cochons. Leur opération, pourtant longuement préparée, devait lamentablement échouer. La plupart des rebelles furent arrêtés et renvoyés ensuite aux Etats-Unis. Pour le pouvoir cubain, il s’agit d’une agression de Washington contre Cuba et de la « première victoire du peuple cubain » contre l’impérialisme Yankee. Nous étions en pleine guerre froide. Ensuite, les autorités américaines ont décidé au dernier moment de changer le lieu du débarquement. Baie des Cochons. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baie des Cochons

Étymologie[modifier | modifier le code] En réalité, le terme ne se réfère pas à des cochons, mais à une espèce de poissons appelés cochinos en espagnol cubain[1]. Géographie[modifier | modifier le code] La Baie des Cochons près de Playa Larga Large d'environ 10 km pour 20 km de longueur, la baie des Cochons se trouve à environ 30 km au sud de Jagüey Grande, 70 km à l'ouest de Cienfuegos et à 150 km au sud-est de la capitale de Cuba, La Havane. Un récif corallien s'étend à l'ouest de la baie et borde le marais de Zapata de la péninsule éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Débarquement de la baie des Cochons. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Débarquement de la baie des Cochons

La Baie des Cochons et la crise des missiles.