background preloader

EAU

Facebook Twitter

2 milliards de litres d'eau embouteillée pour moins de 150 000 $ en redevances au gouvernement. Un message d’espoir malgré la mauvaise gestion de l’eau douce | Médium large. L’eau, une ressource stratégique… et menacée | Première PLUS. Une eau, trois continents | Première PLUS. Bar des sciences : le risque de l’exploitation pétrolière dans le Saint-Laurent | Première PLUS. Gaspillage alimentaire : des facteurs psychologiques chez le consommateur en cause. "Le gaspillage alimentaire commence dans les supermarchés. Il y a une profusion de produits sur les rayons, et tous ne sont évidemment pas vendus. Quand au consommateur qui repart chez lui avec des produits, certains mécanismes psychologiques, largement inconscients, le conduisent à gaspiller", explique Mia Birau, chercheuse à l'École de management de Grenoble et dont les travaux sont consacrés au comportement du consommateur, dans un communiqué faisant la synthèse de ses résultats.

Un axe de recherche à l'enjeu majeur, un tiers de la production mondiale de nourriture finissant à la poubelle ! Chez le consommateur, un conflit entre motivation et inconscient L'on peut s'en douter facilement : si les consommateurs gaspillent, c'est notamment car ils ont eu les yeux plus gros que le ventre au moment de faire leurs courses et que leur réfrigérateur regorge de produits périmés. Alors que faire contre le gaspillage alimentaire ? L’Ontario serre la vis à l’industrie de l’embouteillage d’eau.

Après des mois d’âpres débats soulevés par l’achat de sources d’eaux souterraines notamment par le géant de l’alimentation Nestlé, l’Ontario a sonné la fin de la récréation lundi en resserrant les critères d’obtention des permis et en imposant un moratoire de deux ans sur le déploiement de toute nouvelle usine d’embouteillage. La décision, annoncée par le ministère de l’Environnement et des changements climatiques de l’Ontario, a été accueillie comme une victoire par les organismes environnementaux qui tentent depuis des années de sensibiliser le public aux dangers de l’exploitation commerciale des sources d’eaux souterraines de la province. Nouvelles règles du jeu Les nouvelles règles prévoient que des études scientifiques plus sévères seront exigées avant d’octroyer ou de renouveler un permis pour pomper l’eau et que la croissance prévue de la population, les changements climatiques, des périodes de sécheresse et l’impact prévu sur les générations futures seront pris en compte.

Pitié, arrêtez de boire de l'eau en bouteille. L'eau en bouteille est une arnaque. C'est aussi débile que de vendre de l'air en bouteille hors de prix, mais après quelques décennies de commercialisation, un instinct absurde nous pousse parfois à saisir une bonne bouteille de Volvic quand notre bouche devient sèche et notre esprit étourdi par la chaleur. C'est pas de l'eau mon pote, c'est de l'Eau ! Prenez mon pays, le Canada. Ici, l'eau en bouteille prévient des aquifères situés près des Grands Lacs, où elle est pompée pour la modique somme de 3,71$ le million de litres par des compagnies qui la revendent ensuite en réalisant des profits monstrueux. On parle tout de même d'un pays où les peuples autochtones (amérindiens) sont contraints par des décrets à faire bouillir toute l'eau qu'ils consomment, et qui se retrouvent généralement à boire leur propre eau potable après l'avoir rachetée sous forme de bouteilles livrées par des camions.

Sans surprise, cette eau appartient alors à Nestlé et à d'autres grandes entreprises. La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques. L’ONU appelle, à l’avant-veille de la journée mondiale sur l’eau, à économiser cette précieuse ressource. Sans quoi le monde devra faire face à un déficit hydrique de 40 % dès 2030. Le Monde.fr | 20.03.2015 à 05h01 • Mis à jour le 20.03.2015 à 14h39 | Par Martine Valo Y aura-t-il demain assez d’eau pour tous sur notre planète ? Théoriquement oui, mais il est urgent de changer « radicalement » la façon de l’utiliser et de la partager, prévient l’Organisation des Nations unies (ONU) dans son rapport annuel 2015 sur l’or bleu, qu’elle a rendu public vendredi 20 mars, à l’avant-veille de la journée mondiale de l’eau. Sinon, au rythme actuel, « le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % » dès 2030, écrivent les experts du Programme mondial des Nations unies pour l’évaluation des ressources en eau.

Un stress hydrique qui touche une large partie du globe Les eaux souterraines de plus en plus surexploitées Une amélioration de l’accès à l’eau potable Qui consomme le plus d’eau ? Quels pays ont accès à une eau potable de qualité? La réponse en carte | Les cartes week-end. Un texte de Jérôme Labbé Les OMD ont été adoptés par 189 pays en septembre 2000 à l'issue du Sommet du Millénaire, à New York.

La cible 7.C visait à « réduire de moitié, d'ici à 2015, le pourcentage de la population qui n'a pas accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d'assainissement de base » par rapport à 1990, l'année de référence. Ce cycle de 25 ans s'est clos l'année dernière. L'accès à l'eau potable a constitué une réussite majeure pour la communauté internationale, puisque la cible a été atteinte cinq ans plus tôt que prévu.

Un point d'eau amélioré est défini par l'ONU comme « une installation ou un point de distribution qui protège l'eau d'une contamination extérieure, notamment la contamination fécale. Depuis 1990, certains pays ont fait des pas de géant. L'accès à l'eau potable améliorée dans le monde Le nombre de pays où 100 % de la population a accès à l'eau potable a par ailleurs grimpé durant le dernier quart de siècle, passant de 36 à 58. L'après-2015. §. Y a-t-il assez d'eau sur Terre pour 10 milliards d'hommes? Dans cet entretien, Ghislain De Marsily traite du cycle de l’eau, de la gestion de l’eau et soulève le problème de l’eau : les besoins de l’humanité en eau et le problème de la croissance démographique, les écosystèmes naturels et artificiels, les conséquences du changement climatique, de l’agriculture et de l’industrialisation sur les réservoirs d’eau douce, et enfin les menaces qui pèsent sur les réserves en eau, les inégalités qui découlent de ces différents éléments et les actions à mener.

Ghislain de Marsily est professeur émérite à l’Université Pierre et Marie Curie et à l’École des Mines de Paris. Spécialisé en hydrologie, Ghislain de Marsily a principalement étudié les ressources en eau, la contamination des eaux par les activités humaines, et les processus géologiques liés aux écoulements souterrains. Le stockage des déchets de l’industrie (dont les déchets nucléaires) en liaison avec les écoulements souterrains est aussi une de ses préoccupations Niveau : Populaire. Agir rapidement pour éviter une pénurie d'eau dans le monde | Les samedis du monde. Y a-t-il assez d'eau sur Terre pour 10 milliards d'hommes? Dans cet entretien, Ghislain De Marsily traite du cycle de l’eau, de la gestion de l’eau et soulève le problème de l’eau : les besoins de l’humanité en eau et le problème de la croissance démographique, les écosystèmes naturels et artificiels, les conséquences du changement climatique, de l’agriculture et de l’industrialisation sur les réservoirs d’eau douce, et enfin les menaces qui pèsent sur les réserves en eau, les inégalités qui découlent de ces différents éléments et les actions à mener.

Ghislain de Marsily est professeur émérite à l’Université Pierre et Marie Curie et à l’École des Mines de Paris. Spécialisé en hydrologie, Ghislain de Marsily a principalement étudié les ressources en eau, la contamination des eaux par les activités humaines, et les processus géologiques liés aux écoulements souterrains. Le stockage des déchets de l’industrie (dont les déchets nucléaires) en liaison avec les écoulements souterrains est aussi une de ses préoccupations Niveau : Populaire. Les maîtres de l'eau. Les réseaux de distribution d'eau sont des éléments d'hygiène, de santé, et de productivité essentiels dans nos vies.

Il n'y a qu'à voir ce que doivent endurer ceux qui n'ont pas la chance de bénéficier d'une eau accessible à leur domicile, de qualité et d'un prix acceptable pour s'en rendre compte ! L'entreprise publique Eau de Paris offre aux plus jeunes un serious game pour saisir tout ce qui est mis en œuvre pour donner aux millions de Parisiens un accès à de l'eau potable. Il est proposé au joueur de devenir le représentant (virtuel) d'Eau de Paris, mais pour y arriver, il devra montrer qu'il a compris la mission du service en affrontant les cinq maîtres de l'eau. Ces cinq individus représentent les cinq éléments essentiels liés au réseau de distribution de Paris : la protection de la ressource, le prélèvement de sources souterraines, le traitement, le transport et le stockage et la distribution. Niveau : Secondaire. La Californie manque d'eau. Un texte de Chantal Srivastava aux Années lumière C'est du jamais vu depuis 1895.

Le mois de janvier 2015 a été le plus sec jamais enregistré en Californie. Le 12 mars dernier, l'hydrologue Jay Famiglietti, chercheur réputé au laboratoire Jet Propulsion (JPL) de la NASA, lançait un cri d'alarme dans une lettre ouverte publiée dans le Los Angeles Times. L'eau emmagasinée dans les réservoirs de l'État permettra de répondre aux besoins durant un an, et les eaux souterraines disparaissent rapidement. L'exemple de la marina du lac Oroville : Photo Credits: Before Getty After Getty Combien d'eau souterraine? Au JPL, des chercheurs modélisent le cycle de l'eau. . « Pour le moment, on en sait bien peu », remarque Cédric David, spécialiste de la modélisation hydrologique au JPL. Dans certains secteurs de la vallée centrale, des routes commencent tout doucement à s’effondrer. L'exemple du réservoir du lac Folsom : Photo Credits: After California Department of Water Resources De l'eau venue du Canada?

«J’ai vécu une journée avec 10 L d'eau» Une mère de 5 enfants d’Akwateakwaso, au Ghana, en train de puiser l’eau nécessaire à la culture des céréales. (Photo: Acqua For Life) Le gros bidon bleu nous est arrivé hier au bureau. Accompagné d’un défi : ne pas dépenser plus que son contenu pour tous nos besoins en une seule journée. Le défi en question (#1dayon10liters) nous était lancé par la fondation Acqua For Life, un projet humanitaire de la marque Giorgio Armani. L’objectif : nous rappeler à quel point l’eau potable est précieuse. Ici en Occident, on consomme en moyenne 100 L par personne par jour, alors que dans certains pays, 10 L est un luxe. Pire : les Québécois en utilisent 424 L en moyenne par jour.

Six filles de l’équipe Châtelaine ont donc tenté de passer une journée en dépensant 42 fois moins d’eau que la moyenne. Le « bain » de Sophie Banford. 150 litres dans le rouge « L’affaire a mal commencé: à 6h30, encore endormie, je suis descendue au sous-sol pour faire une petite brassée de lavage, comme à chaque matin.