background preloader

Culture du viol

Facebook Twitter

Les fêtes de Bayonne : ce sera sans nous. Aujourd’hui c’est le début des fêtes de Bayonne.

Les fêtes de Bayonne : ce sera sans nous.

Alors qu’on entend beaucoup parler de ce rassemblement dans le cadre de l’état d’urgence et des mesures anti-terroristes, on oublie – et c’est pratique – de parler des violences sexistes qui s’y déroulent chaque année. 5 questions pour comprendre la culture du viol. 5 questions pour comprendre la culture du viol À l’occasion de mon 100e article sur ce blogue (!!!!)

5 questions pour comprendre la culture du viol

, j’ai décidé de changer un peu de ton. Depuis que j’ai commencé à écrire il y a deux ans, je répète périodiquement l’affirmation suivante : « je ne fais pas de ‘féminisme 101’ ». Et pourquoi pas? 5 questions pour comprendre la culture du viol. 5 questions pour comprendre la culture du viol. De colère et d'espoir: 5 questions pour comprendre la culture du viol.

Pour en finir avec le déni et la culture du viol en 12 points. Pour bien trop de personnes encore, qu’elles soient ou non des professionnelles susceptibles de prendre en charge des victimes, il y a un véritable refus à penser les violences sexuelles, à en reconnaître la réalité et les conséquences, mais également à les entendre lorsqu'elles sont révélées.

Pour en finir avec le déni et la culture du viol en 12 points

Imposer le silence aux victimes, les culpabiliser leur permet de se débarrasser très facilement du problème : plus besoin de remettre en cause l’opinion favorable qu’elles peuvent avoir des personnes désignées comme agresseurs, et du monde dans lequel elles pensent vivre en sécurité. Le Haut commissariat aux réfugiés dénonce les violences sexuelles sur les femmes et les enfants.

Melissa Fleming a expliqué que ce type de témoignages "dignes de foi" se "sont multipliés ces derniers temps et nous sommes en train d'enquêter sur l'étendue des violences".

Le Haut commissariat aux réfugiés dénonce les violences sexuelles sur les femmes et les enfants

Le HCR (Haut-commissariat pour les réfugiés) a cependant décidé de "tirer d'ores et déjà la sonnette d'alarme et de faire pression sur tous les pays concernés afin de lutter contre ces violences", a-t-elle ajouté. Les femmes et les enfants constituent environ un tiers des centaines de milliers de migrants qui affluent depuis des mois en Europe, fuyant souvent la guerre en Syrie, en Irak ou en Afghanistan. Selon Mme Fleming, des violences auraient eu lieu notamment à Lesbos, une île grecque débordée par l'afflux massif de réfugiés en provenance de Turquie. Le non consentement sexuel féminin est-il excitant ? (Mon texte va uniquement s'intéresser au concept de consentement féminin dans les couples hétérosexuels et en Occident.)

Le non consentement sexuel féminin est-il excitant ?

On voit actuellement, émanant des mouvements féministes, émerger beaucoup de projets autour du consentement en matière sexuelle. Pour une anatomie des classes de sexe. Quand céder n’est pas consentir - RADIORAGEUSES. Le consentement existe-t-il dans l'hétérosexualité ?

(Comme la remarque m'a été faite par mail, je précise que je ne suppose pas que les rapports homosexuels, panssexuels etc sont exempts de rapports de pouvoir, ils ne sont juste pas le sujet de mon article).

Le consentement existe-t-il dans l'hétérosexualité ?

Je revois passer, chez les différents courants féministes, des critiques autour du courant "sex positive" ou "pro sexe". Essayons déjà de remonter à la genèse de cette opposition qui date de la fin des années 70. A cette époque des féministes commencent à discuter de ce qui ne l'a pas encore été dans les mouvements féministes à savoir la sexualité hétérosexuelle.

De là découlent des discussions sur la pornographie et la prostitution. Acte 1 : Les viols disparaissent des chiffres des statistiques officielles. Le nouvel outil statistique SSMSI (qui va remplacer l’ONDRP) définit 9 domaines desquels sont exclus les viols ainsi que les infractions économiques et financières. « L’essentiel de nos sources de données provient de l’enquête de victimation menée tous les ans par l’Insee.

Acte 1 : Les viols disparaissent des chiffres des statistiques officielles

Les données administratives étant imparfaites, et sachant que moins de 10 % des viols sont connus des forces de sécurité, nous avons fait le choix de ne mettre en avant que ce qui tient la route », admet François Clanché, inspecteur général de l’Insee et chef du SSMSI. 27 Alternatives To Asking “Is This Okay?” When it comes to sexytimes, we all want to know if what we’re doing in bed is working for our partner.

27 Alternatives To Asking “Is This Okay?”

RÉFLEXIONS SUR LE CONSENTEMENT LE DÉSIR ET LA PROSTITUTION. Réflexions sur le consentement, le désir et la prostitution.

RÉFLEXIONS SUR LE CONSENTEMENT LE DÉSIR ET LA PROSTITUTION

Ou, pour ma liberté de ne pas être une victime. 1- Prendre la parole depuis le bas de l’échelle sociale. Précaire. C’est en réfléchissant à la précarité de ma situation, matériellement très inconfortable malgré une vie sociale riche et un bon niveau d’étude, que j’en viens à m’intéresser à la prostitution. Je fouine sur le net à la recherche d’informations, de quelque chose qui ressemblerait à une liste de conseils de sécurité à l’usage des débutantes… Je pose une question sur un forum parlant explicitement du sujet : réponse immédiate, mon message est supprimé, il est interdit par la loi de donner des conseils ou des bons plans, c’est de l’incitation à la prostitution (et ça tombe sous le coup de la loi contre le proxénétisme).

En plein débats sur la loi pour la pénalisation des clients, j’entrais sans le savoir en plein cœur d’un sujet de société. Être libre sexuellement, ce n'est pas forcément la fête du slip. En général, les femmes qui affichent une trop grande liberté sexuelle sont menées au bûcher de la stigmatisation, je ne vous apprends rien.

Être libre sexuellement, ce n'est pas forcément la fête du slip

Mais il arrive aussi que ce soit le contraire qui se produise, et qu’on juge celles qui ont une sexualité trop « plan-plan ». Pourtant, on peut se revendiquer « sexe-positive » et, au final, pratiquer le missionnaire tranquillement chez soi le samedi soir dans le cadre d’un gentil petit couple monogame. Voire ne rien pratiquer du tout. Si, si, c’est possible. On peut être sexe-positive sans que ce soit open bar. Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Le cas de la culture occidentale. Partie 1 : les études interculturelles Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis J’ai commencé une petite série d’articles sur les cultures enclines au viol. Après vous avoir présenté le concept de cultures enclines au viol (à comparer aux cultures sans viol) , je vais discuter maintenant du cas des cultures occidentales.

L’enlèvement des Sabines, par Francisco Pradilla Selon plusieurs autrices1,2, la culture euro-américaine est une culture prônant le viol. La culture du viol expliquée aux garçons. S’il y a une chose qui me rend malade, qui me donne la nausée, qui me donnerait des envies de violence comme j’en ressens très rarement, c’est le viol. Coup d'un soir - Le dessin de Cy.(prine) Les mythes, les idées reçues et les préjugés autour du viol.

Les mythes ou idées reçues autour du viol désignent les croyances entourant le crime en lui-même, les victimes et les coupables. On les définit par des attitudes et croyances fausses mais profondément et constamment entretenues servant à nier et à justifier le viol. Ces mythes, par des idées fausses répétées constamment, servent à décrédibiliser la personne violée et à excuser le violeur. Etudions donc à présent ces mythes : Mythe : Les femmes mentent et accusent des hommes de viol car elles regrettent une relation sexuelle ou veulent se venger En parlant de de Samantha Geimer, jeune fille de 13 ans droguée et violée par Roman Polanski, Alain Finkielkraut souligna que "ce n'était pas une fillette, une petite fille, une enfant, au moment des faits" et Costa Gavras déclara qu'"elle en faisait 25".

Une victime de viol qui ne se débat pas, ça ne veut pas dire qu'elle consent. Illustration sur le viol (R.BEN ARI/MAXPPP). À toutes celles et ceux qui sont encore tenté-e-s de dire, ou de se dire en leur for intérieur, quand on leur rapporte un viol : "pourquoi n’a-t-elle pas crié, ne s’est-elle pas débattue, n’a-t-elle pas fui ?

", "moi, à sa place, jamais je ne me serais laissé faire ! " ; et si la victime est un homme : "comment est-ce possible ? " Jackson Katz: Violence faite aux femmes - C'est un problème d'homme. Proposer l'étiquette de "violé-e" à une victime/survivant-e peut lui être bénéfique - Lamia, sa vie, son oeuvre (non je déconne) TW viol, culture du viol Je voudrais parler d'un principe que j'entends souvent avec lequel je ne suis pas vraiment d'accord du moins pas pour toutes les situations. Une victime de viol décrit un viol sans employer le terme viol dans son témoignage et pour certaines personnes le fait de dire à cette personne qu'elle a subi un viol, c'est lui imposer cette étiquette.

En principe,je suis pour l'autodétermination de la personne sauf que parfois, la personne a juste besoin qu'on le lui dise en fait pour la valider dans son statut et que ça lui apportera même des choses positives pour sa reconstruction personnelle. Je vais prendre plusieurs exemples qui peuvent montrer ces effets bénéfiques. Causette, Jack Parker et le consentement. Chez madmoiZelle, ça fait quelque temps que nous avons abandonné l’idée de comprendre la ligne éditoriale de Causette.

On ne commente pas, on ne réagit pas. Quand le magazine « plus féminin du cerveau que du capiton » a été sévèrement critiqué pour son traitement pour le moins surprenant de la prostitution, nous n’avons rien dit. Ses propres rédactrices s’étaient en partie désolidarisées du « dossier pastèque ». Nous n’avons rien dit. Lorsque la presse s’est fait l’écho des difficultés internes à l’entreprise, nous n’avons rien dit. Mais là, Causette, ce n’est pas ta ligne éditoriale qui nous fait bondir : c’est ta cible. « Eric, un homme, un vrai. » Chez madmoiZelle, on a de l’humour.

Mais dans son édition de mai, le sujet de la chronique d’Éric n’est autre que l’agression dont a été victime Jack Parker en mars dernier. Quelle ne fut pas la surprise de Jack de retrouver sa mésaventure commentée dans les colonnes de « Éric, un homme, un vrai ». Ces 7 choses vous paraissent absurdes, et pourtant lorsqu'on le fait pour le sexe, certains les trouvent tout à fait banales... À voir absolument !

Le Consentement. Re, Rémy. Salut Rémy, C’est Daria, tu sais, enfin non tu sais pas, Disons que je suis une personne avec des seins et un vagin, que je me déplace dans l’espace public et que j’ai le droit à la parole, un peu mais pas trop. De la tolérance envers le viol. Valider à tout prix le physique des femmes. Consentement sexuel: "Le 'non' doit pouvoir intervenir à tout moment" - L'Express Styles. C'est une histoire presque banale. Après une rencontre dans une soirée, Sophie et Christophe* se revoient quelques jours plus tard. Un repas au restaurant, un dernier verre chez elle, un baiser échangé et les choses s'accélèrent. Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Collège Montaigne : faut-il interdire les portables ou (enfin) éduquer les garçons ? Losing Virginity for Good.

Un trésor si (peu) précieux. Le Courrier de Diké. Jean Bidule n’est pas un violeur. Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? The Enliven Project – The truth about false accusation. Tu seras violée ma fille. Deux lycéennes à l'origine d'un cours contre le viol au Canada - Journal des Femmes. Jean Bidule n’est pas un violeur. Arguments bidon mais véritable agression: Rémi Gaillard récidive dans sa dernière vidéo. Lucrèce, l'histoire d'un viol et d'un suicide. DSK acquitté. La justice d’Etat au service du patriarcat. « Une sexualité plus rude. Collège Montaigne : faut-il interdire les portables ou (enfin) éduquer les garçons ?

Laisse pas traîner tes fils.