background preloader

Aéroports en Lorraine

Facebook Twitter

Dossier: Dessine moi un aéroport. Voyages.liberation.fr/actualite/s-039-il-te-plait-dessine-moi-un-aeroport-0. Une étude tente de réinventer "l'écosystème aéroportutaire" pour rendre les voyages plus agréables.

voyages.liberation.fr/actualite/s-039-il-te-plait-dessine-moi-un-aeroport-0

L'aéroport de demain devra trouver les solutions pour libérer les touristes du stress lié au voyage, selon une des conclusions d'une étude d'Amadeus baptisée "Réinventer l'écosystème aéroportuaire", publiée jeudi 24 mai. 72% des personnes interrogées estiment perdre du temps entre l'enregistrement et l'embarquement. Un constat qui doit inciter les plateformes à se réorganiser d'ici 2025, pour rendre le voyage plus agréable.

L'entreprise, spécialisée dans les solutions de traitement de réservations et de distribution pour l'industrie du voyage et du tourisme, donne des exemples de modèles que pourraient adopter les aéroports pour répondre aux attentes de leurs clients. L'aéroport comme une ville L'aéroport "Micro-cité" pourrait s'organiser comme une petite ville, proposant des commerces, des restaurants ou encore des lieux de divertissements et de restauration. Aéroport Epinal Mirecourt - Chambre de Commerce et d'Industrie des Vosges. Les aéroports lorrains changent de pilotes, Lorraine. Aéroport de Nancy-Essey. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aéroport de Nancy-Essey

Désenclavement de la Lorraine : les aéroports de Metz-Frescaty, Nancy-Essey et EPINAL-Mirecourt, vidéo Désenclavement de la Lorraine : les aéroports de Metz-Frescaty, Nancy-Essey et EPINAL-Mirecourt, vidéo - Archives vidéos. AEROPORT METZ NANCY LORRAINE. Françoise Herment-Leonard dans le cockpit. On l’attendait sur le terrain de la quantité, curieux de savoir par quel moyen elle comptait remonter la pente d’un trafic passagers tombé de 350 000 en 2005 à 280 000 en 2011.

Françoise Herment-Leonard dans le cockpit

Et d’une activité fret réduite à néant depuis le départ de DHL, en 2006. Surprise, pour sa première rencontre avec la presse, Françoise Herment-Leonard, nouvelle directrice de l’aéroport régional Metz-Nancy-Lorraine, s’est surtout placée sur le terrain de la qualité. Avec, pour première mission, d’améliorer l’accueil et le service. Regrettant « le manque réel et certain de communication autour de l’aéroport », elle évoque, pêle-mêle, le relooking du hall d’accueil et du site internet, l’organisation d’animations en tout genre ou la mise en place de partenariats avec les acteurs touristiques.

L’idée étant de faire vivre l’endroit, le meilleur moyen d’y parvenir reste quand même de le remplir… d’avions. Bien entourée. Aéroport : le Gigal défend ses vingt ans de gestion. L’ aéroport a été géré, mais pas développé. » La petite phrase est signée Patrick Abate, vice-président du conseil régional et tout nouveau gestionnaire de l’aéroport régional en tant que président de l’EPMNL (Établissement public aéroport Metz-Nancy-Lorraine).

Aéroport : le Gigal défend ses vingt ans de gestion

Propriétaire des lieux, la Région en est, depuis le 1 er novembre, le seul et unique gestionnaire. Avec la ferme intention de faire mieux que son prédécesseur, le Gigal (Groupement interconsulaire pour la gestion de l’aéroport Lorrain). Cette émanation des chambres de commerce et d’industrie de Moselle et de Meurthe-et-Moselle avait la charge de la gestion de l’aéroport régional depuis son ouverture, en 1991.

Partie par la petite porte le 31 octobre dernier, l’instance dresse, par le biais d’un document, un bilan de sa gestion. . • La fréquentation : « Le trafic passagers (hors Paris) a été multiplié par plus de trois », se réjouit le Gigal. . • Les échecs : MNL n’a pas su (ou pu ?) Le retour des vols low-cost à MNL. Le 23/03/2012 à 05:00 par Philippe MARQUE.

Le retour des vols low-cost à MNL

Vu 1661 fois. Les compagnies low-cost tournoient sur la région. La succession d’annonces est passée relativement inaperçue.

Les compagnies low-cost tournoient sur la région

Et pourtant, les compagnies low-cost, si chères aux voyageurs désargentés, mènent depuis quelques mois une véritable offensive sur les aéroports de la Grande Région. Le dernier atterrissage en date est sans doute le plus spectaculaire. Longtemps, l’Etat luxembourgeois a clamé qu’il ne voulait pas de compagnie à bas coûts sur son territoire.

Histoire de protéger la compagnie nationale Luxair dont il est l’actionnaire principal. Las. Sachant que la compagnie aux avions orange vif n’a rien d’une amatrice (55 millions de passagers transportés en 2011, sur 600 lignes et dans 29 pays), et encore moins d’une philanthrope, on peut imaginer qu’elle a fait le plus dur en mettant une aile au Findel et qu’elle devrait peu à peu y étendre son offre. La nouvelle fait suite à l’arrivée, dans le ciel de l’Est de la France, d’une toute nouvelle compagnie espagnole : Volotea. Attention fragile.