background preloader

Mon blog

Facebook Twitter

Mémoires d'un sportif rangé. Non! Le cinéma camerounais n'est pas [encore] mort. La Belle et le Nain, conte camerounais. Le Roi Lion et sa Lionne, Damien Glez© Vous devez d’ores et déjà savoir que je suis un amateur de mondanités et autres sorties.

La Belle et le Nain, conte camerounais

Ce qu’il faut savoir, c’est que je suis également petit. Petit n’est pas à prendre uniquement au figuré hein ? Je suis petit au sens propre du terme. Approximativement 1,68 m pour environ 65 kilos (deux ou trois kilos de plus en période de fête). Embuscade au marché Mokolo. Marché Mokolo.

Embuscade au marché Mokolo

Photo camer.be Alors que je causais hier avec une fille qui se prétend mon amie, je ne sais trop d’ailleurs pourquoi –ma feue grand-mère m’a toujours martelé que l’amie d’un garçon ce n’est pas une fille- elle, la fille pas ma feue grand-mère, m’a assené une phrase : tu es un poltron. Peureux ? Non mais ! Je n’assume pas, je revendique ma qualité de trouillard. La nature a fait de moi un individu qui à l’aube de la trentaine pèse 67 kilos pour environ -je dis environ parce que depuis longtemps j’ai honte de grimper sur une toise. Samedi, au lieu de rester devant mon petit écran regarder les athlètes camerounais transformés en français pour la circonstance des Jeux olympiques se faire éliminer de la compétition un à un, j’ai eu le malheur de répondre au coup de fil d’un ami.

Gars ! Man! KamerKongossa. Si le monde entier veut nous octroyer la médaille d’or du ridicule, tant pis.

KamerKongossa

En ce qui me concerne, je suis surpris quand j’entends des gens dire qu’ils ont entaché le blason de la Nation, qu’ils attirent la honte sur nous et blablabla. Laissez-moi rire. Chaque jour, des sénégalais traversent le désert à pied, espérant finir dans un centre de rétention espagnol, chaque jour, des pirogues chargées de maghrébins bravent la Méditerranée pour squatter les côtes italiennes. Je me souviens de ce malien qui a fait Bamako-Paris recroquevillé dans le train d’atterrissage d’un Airbus, ou de ces congolais qui ont fait le voyage jusqu’à Anvers cachés dans des conteneurs. Voilà sept lions qui ont réussi à émigrer de la façon la plus classe qui soit: Billet d’avion, visa, défilé sous la bannière vert-rouge-jaune devant le monde entier, primes perçues, et pffft !

C’est assez triste néanmoins de voir que notre pays est devenu une prison dont tout le monde veut s’échapper à tout prix. Intellectuel camerounais, masturbe-toi et ferme la! Mongo Beti Aujourd’hui j’ai pas envie de rire.

Intellectuel camerounais, masturbe-toi et ferme la!

Une autre race d’aliens que j’observe chez derniers temps chez nous me met en colère : nos intellectuels ou prétendus tel. Autant le Cameroun regorge de savants, de vrais, autant la sphère de la pensée est prise en otage par des personnages sans épaisseur qui me font regretter de grands noms de ce pays. Gromologues récurrents Ils se reconnaissent d’emblée à leur pédantisme ce qu’on appelle chez nous la gromologie, la culture des mots savants.

Masturbateurs compulsifs L’intellectuel camerounais se considère comme tel d’abord à cause de ses diplômes. Osez mettre en doute leur savoir livresque et ils débarquent à la télévision, traînant derrière eux leurs cantines de parchemins, montrant à qui veut les voir ce qu’ils considèrent comme leur trésor : du papier, des signatures, du vide. Avocats éternels du Roi Lion Enfonceurs de portes ouvertes. Chauffeur de taxi à Yaoundé, analyste à la NASA. Chauffeur de taxi.

Chauffeur de taxi à Yaoundé, analyste à la NASA

Photo Manon Heugel © Si vous passez par Yaoundé, laissez votre voiture au garage et empruntez les taxis de notre cité. Quelques heures passées avec un chauffeur de taxi yaoundéen vous feront prendre la température locale plus sûrement que n’importe quelle immersion, artificielle ou non. Ce n’est pas seulement un chauffeur hein? C’est carrément un alien, mieux, un as! Un as du volant Quand il a affaire aux autres automobilistes, ceux de la race dite des « personnelles », il multiplie les infractions et les fait descendre à coup d’insultes. Un as des injures. Cameroun: liberté d'expression ou liberté d'aboyer? Laissez les seins de ma camerounaise pousser. Photo camer.be Il ya des années lorsque j’ai débarqué à l’université de Yaoundé I la tête pleine d’illusions, j’ai découvert les angloses. « Anglo (se) » est le terme par lequel nous autres francophones qualifions nos frères originaires des deux provinces anglophones du Cameroun qui représentent environ 20% de la population de notre pays, Pour nous autres jeunes « francophones » les angloses étaient pour ainsi dire un fantasme.

Laissez les seins de ma camerounaise pousser

La langue, les référents culturels, le système éducatif, nous étions tous camerounais, mais différents. Les angloses ne fricotaient pas trop avec les francophones, ce qui avait le don de nous exciter car c’est bien connu, ce qui ne nous cède pas nous rend plus entreprenant. C’est ainsi que je suis devenu entreprenant, poursuivant de mes assiduités une certaine Gloria, beauté miniature à la poitrine surdéveloppée, une paire d’obus comme dit mon ami JM The Kid. Deux ou trois trucs à propos des angloses de cette époque: