background preloader

Economie-politique

Facebook Twitter

Syrie : l'impasse, meilleure stratégie pour les Etats-Unis. Pour Edwark N.

Syrie : l'impasse, meilleure stratégie pour les Etats-Unis

Luttwak, économiste et historien américain, spécialiste en stratégie et en géopolitique, les Etats-Unis ne doivent surtout pas intervenir en Syrie. Dans une tribune publiée le 24 août dans le New York Times, il explique que, mieux qu'une intervention militaire, l'impasse doit être privilégiée par l'administration Obama. "Actuellement, une impasse prolongée est la seule issue qui ne serait pas préjudiciable aux intérêts américains", écrit-il dans l'édition du 24 août. L'administration Obama selon lui, ne peut favoriser la victoire de l'un ou de l'autre camp. Jean-Michel Dufays. Le structuralisme (partie 1) Keynes, et après ?   Le structuralisme (partie 2) Le marxisme (XIXe - XXe siècles) (partie 2) Le marxisme (XIXe - XXe siècles) (partie 1) Droit 12ème- Rousseau et Marx. Il y a dix ans, Thomas Friedman agitait son « très gros bâton » Depuis vingt ans, c’est l’un des journalistes les plus connus et les plus influents du monde.

Il y a dix ans, Thomas Friedman agitait son « très gros bâton »

Auteur de best-sellers (son livre, The World is Flat, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, a figuré pendant plus de deux ans dans la liste des meilleures ventes du New York Times), il est également titulaire de plusieurs prix Pulitzer. Bernard Guetta, ébloui par son collègue new-yorkais, a dit de lui : « C’est de très loin le meilleur journaliste américain de sa génération, mais trop fin, trop averti des affaires du monde et du Proche Orient en particulier. Tout simplement trop bon, trop en avance pour refléter le regard américain du moment. » (1).

Le nom de cette perle rare ? Thomas Friedman. Spécialiste du Proche-Orient (il fut correspondant du New York Times à Beyrouth et à Jérusalem pendant les années 1980), Friedman a bifurqué pour ensuite devenir le prédicateur de la mondialisation heureuse auprès des classes moyennes américaines. Il n’y résista pas... Relire Marcuse pour ne pas vivre comme des porcs, par Gilles Châtelet. « Cette destinée est mystérieuse pour nous car nous ne comprenons pas pourquoi les bisons sont tous massacrés, les chevaux sauvages domestiqués, les lieux secrets de la forêt lourds de l’odeur de tant d’hommes, et la vue des belles collines souillée par des fils de fer qui parlent.

Relire Marcuse pour ne pas vivre comme des porcs, par Gilles Châtelet

Où sont les fourrés profonds ? Disparus. Où est l’aigle ? Disparu. C’est la fin de la vie et le commencement de la survivance. » Déclaration du chef indien Seattle au président des Etats-Unis (1894). « Because something is happening here But you don’t know what it is Do you Mister Jones ? Bob Dylan, Ballad of the Thin Man (1). Ce refrain connu de Bob Dylan n’aurait certainement pas déplu au jeune Herbert Marcuse (2), qui appréciait déjà - bien avant la génération beat - les randonnées et les feux de bois des Wandervögel (3). Recommandé par Husserl, Herbert Marcuse rejoint, à Francfort, Adorno et Walter Benjamin à l’Institut für Sozial Forschung, dirigé par Horkheimer.

Stiegler-Faut-il sortir du libéralisme. Ce dont il s’agit de sortir n’est pas tant le libéralisme – mot dont les acceptions sont tellement diverses, voire divergentes – que la financiarisation qui a été mise en place dans le sillage de la révolution conservatrice, et qui a généré ces innombrables maux dont la combinaison jette à présent l’humanité toute entière dans une terrifiante impasse – et il s’agit bien de sortir de cette impasse.

Stiegler-Faut-il sortir du libéralisme

La Bourse de Francfort le 2 novembre 2011 (DANIEL ROLAND/AFP) La question n’est pas celle du libéralisme, mais celle du consumérisme, qui est né avec the american way of life, et dont la révolution conservatrice a extrémisé la domination – ce qui a conduit au règne d’une idéologie que l’on appelle tantôt l’ultralibéralisme, tantôt le néolibéralisme parce que c’est un retour aux erreurs qui, au nom de la pensée libérale, conduisirent à la crise de 1929.

La crise nous pousse à détruire les puissances publiques Or cela ne pourra pas durer bien longtemps. Destruction des "capacités" Guy Debord. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guy Debord

Pour les articles homonymes, voir Debord. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et contexte historique et culturel[modifier | modifier le code] En direct de Mediapart : le débat Stiegler - Todd. Fonds de pension. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fonds de pension

Un fonds de pension (ou fonds de retraite) est un fonds d'investissement spécifique à la retraite par capitalisation. C'est l'outil de l'épargne retraite. C'est un organisme de Placement Collectif (OPC) gérant collectivement en capitalisation les retraites et l'épargne salariale. Les fonds de pension sont alimentés par l'épargne des salariés et souvent complétés par l'entreprise, et versent des pensions.

Caractéristiques principales[modifier | modifier le code] Lénine. La société Automatique. Bernard Stiegler : Constituer l'Europe 1/2. Bernard Stiegler : Constituer l'Europe 2/2. Bernard Stiegler sur Marx. Bernard Stiegler partie 2 philosophie marxiste. Bernard Stiegler : Economie libidinale et économie politique. Bernard Stiegler: La Télécratie et la Captation du désir (Après la Gauche, entretiens, extrait) Bernard Stiegler : "le consumérisme a atteint ses limites". Comment percevez-vous la crise actuelle ?

Bernard Stiegler : "le consumérisme a atteint ses limites"

La crise que nous connaissons aujourd'hui est beaucoup plus grave qu'une crise économique: c'est la crise d'un modèle, celui du consumérisme, qui atteint aujourd'hui ses limites. Il y a donc rupture. Mais c'est une rupture lente dont les premiers signes remontent à 1968 avec le malaise de la première génération de consommateurs. Aujourd'hui, la chute de General Motors démontre ô combien que le monde a changé - et qu'il ne sera plus comme avant. Joseph Schumpeter. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph Schumpeter

Joseph Schumpeter Il est l'auteur d'une Histoire de l'analyse économique, parue en 1954 et qui fait encore référence. Ni keynésien, ni néoclassique, on le rapproche souvent de l'École autrichienne d'économie. Il est considéré comme l'économiste de l'effervescence et on le qualifie d’économiste hétérodoxe pour ses théories sur l’évolution du capitalisme dans la démocratie, qu'il estime voué à disparaître pour des raisons sociales et politiques. Biographie[modifier | modifier le code] Rupture révolutionnaire et socialisme, l'apport de Lénine par Jean Salem. Michel Beaud : la naissance du capitalisme. Thomas More. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thomas More

Pour les articles homonymes, voir More. Thomas More, latinisé en Thomas Morus (, Londres – , Londres), est un juriste, historien, philosophe, humaniste, théologien et homme politique anglais. Grand ami d'Érasme, érudit, philanthrope, il participe pleinement au renouveau de la pensée qui caractérise cette époque, ainsi qu'à l'humanisme, dont il est le plus illustre représentant anglais. Capitalisme. Entretien avec Michel Beaud - De la révolution industrielle à nos jours. Jeremy Rifkin. L'invité Toute l'équipe des Rendez-vous du Futur est très heureuse d'avoir réalisé cette émission hors les murs.

Jeremy Rifkin

Nous étions dans un hôtel parisien en compagnie d'un des penseurs les plus impactants de notre temps. Un long entretien préparé par Nils Aziosmanoff et Salomé Kiner, traduit par l'équipe de Triple C (Amélie, Pauline et Sylvain) et sous-titré par la JD². Merci à Anne Vaudoyer pour nous avoir permis de réaliser cette émission très spéciale. Jeremy Rifkin est un économiste, essayiste, conseiller politique et activiste américain, spécialiste de prospective économique et scientifique. ADS : Christian Laval Le destin de la connaissance à l'époque du néolibéralisme. Annie Vinokur sur la LRU. Jeremy Bentham. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bentham. Bien que très clairement favorable à l'extension des droits individuels, il s'oppose à l’idée de lois ou de droits naturels, des "non-sens sur des échasses", et à l’idée de contrat social.

Biographie[modifier | modifier le code] Jeremy Bentham naquit à Londres le 15 février 1748, d’un père avocat réputé. Contractualisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le contrat social présuppose un état de nature avec lequel il rompt, état préexistant à toute société organisée. Cet état de nature ne correspond nullement à une réalité historique qui aurait précédé l'instauration des lois, mais à l'état théorique et hypothétique de l'humanité soustraite à toute loi.

La théorie du contrat social, en rompant avec le naturalisme politique des philosophes classiques (platoniciens et aristotéliciens), introduit la notion d'égalité politique, formelle et matérielle à partir de l'époque moderne. Origines du concept[modifier | modifier le code] John Stuart Mill. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mill. signature Biographie[modifier | modifier le code] Toujours à l'âge de huit ans, Mill commença le latin, étudia Euclide, l'algèbre et fut chargé de l'éducation des plus jeunes enfants de la famille.

Friedrich Hayek : L'utilisation de la connaissance dans la société. Version imprimable Friedrich August von Hayek (1899-1992) est un économiste complet qui s'est intéressé au droit, à l'anthropologie, à l'histoire, à la science politique et même à la psychologie. Il a été un des défenseurs les plus ardents de la liberté face à la montée du planisme. Ses écrits de science politique (essentiellement "La Constitution de la liberté", et les trois volumes de "Droit, législation et liberté") sont des ouvrages de référence.

Son ouvrage de psychologie ("L'ordre sensoriel" longtemps ignoré, est acclamé aujourd'hui comme un ouvrage majeur). Evolutionniste convaincu, il a contribué au développement de l'analyse des institutions. Quel problème cherchons-nous à résoudre lorsque nous essayons de construire un ordre économique rationnel ? L. Trotsky - Oeuvres nov. 1922. Œuvres - novembre 1922 Communisme et franc-maconnerie 25 novembre 1922 Le dévéloppement du capitalisme a toujours approfondi et approfondit sans cesse les antagonismes sociaux. Les efforts de la bourgeoisie ont toujours tendu à émousser ces antagonismes en politique. L'histoire du siècle dernier nous présente une extrême diversité de moyens employés par la bourgeoisie à cet effet. Il est ridicule et naïf, pour ne pas dire un peu sot, de penser que la politique bourgeoise se fasse tout entière dans les parlements et dans les articles de tête. Chomsky-Ce qu'on appelle "Socialisme" ? Du sens aux mots.

Roosevlt New Deal et le Welfare State. Entretien avec Etienne Chouard : le pouvoir antisocial de l'argent. Comité de Bâle.