background preloader

Structure de coût

Facebook Twitter

Leçon n° 2 : la notion de coût. Leçon n° 2 : la notion de coût Exposé : La notion de coût est inséparable de l'activité de l'entreprise.

Leçon n° 2 : la notion de coût

Celle-ci vend des marchandises ou des produits manufacturés. Cette activité consomme des ressources (financières, techniques, humaines…) : le chiffrage de ces consommations représente le coût. La définition du coût doit cependant être précisée, car elle a évolué dans le temps et ses limites doivent être posées. 1.1. Pour comprendre ce qu'est un coût et ce à quoi il sert, considérons l'exemple suivant : ✍ Habitant Nice, vous avez besoin d'acheter des éléments de bibliothèque que vous ne trouverez que dans une grande surface située à Toulon ou à Marseille. Un calcul simple permet de répondre à la question : ☞ Un coût peut être défini comme la somme des charges relatives à un élément (produit, activité, fonction…). Cette définition revient à dire que le coût est constitué de l'ensemble des frais engagés dans une opération, de quelque nature qu'elle soit. . ⚡ Attention ! 1.2. 1.2.1. L'analyse de la structure des coûts pour fixer son prix.

Mais au fait, comment fixer son prix de vente ?

L'analyse de la structure des coûts pour fixer son prix

Toute entreprise commerciale se doit à minima de couvrir ses frais de fonctionnement. Idéalement, elle cherche à réaliser des bénéfices. Avant de parler de la fixation du prix de vente, analysons ensemble les structures de coûts qui existent : Les coûts directs : Ils sont imputables à la production, la vente et la communication du produit ou du service que vous commercialisez et pour lequel vous analysez ces coûts (matériaux, outils de production, commissions des commerciaux, publicité, marketing direct…) Les coûts indirects : Ils sont en règle générale partagés par plusieurs produits ou services que vous commercialisez et sont donc plus « généraux » (locaux, entretien, assurance, services généraux, publicité institutionnelle).

Etant donnés qu’ils sont partagés entre plusieurs produits, c’est au dirigeant de les diviser à l’aide d’une clé de répartition afin d’en affecter une partie à chacun des produits et services commercialisés. Analyser la concurrence pour fixer ses prix. La concurrence est rude aujourd’hui.

Analyser la concurrence pour fixer ses prix

La chasse aux meilleurs prix est le sport favori de vos prospects. Le développement des sources d’informations sur les tarifs et notamment les comparateurs de prix qui fleurissent sur Internet leur facilitent le travail. Alors comment fixer vos prix de vente en étudiant la concurrence ? Quelles conséquences ont les différentes tactiques de fixation des tarifs en fonction des prix des principaux concurrents ? Comment connaître les prix de ses concurrents ?

Plusieurs méthodes existent pour savoir quels prix pratiquent vos concurrents : Réaliser des relevés de prix (sur le terrain ou sur le web).Faire réaliser ces relevés par vos clients et/ou prospects (on peut envisager sur un site Internet un bouton permettant de signaler un prix constaté inférieur sur un autre site par exemple).Vous faire passer pour un prospect de l’un de vos concurrents et obtenir ses tarifs, ses catalogues, des devis pour une prestation spécifique. L'élasticité de la demande et les marges. Lorsque l’on parle d’ élasticité, il faut comprendre que c’est la demande qui est élastique : les volumes de ventes varient en fonction du prix fixé.

L'élasticité de la demande et les marges

Il y a trois cas à analyser pour interpréter le coefficient d’élasticité : 1) L’élasticité est négative : Vous vendez moins à un prix plus élevé ==> c’est le cas classique, les prospects se heurtent à un prix trop important qui les dissuade d’acheter. Un exemple : Vous vendez plus à un prix moins élevé ==> c’est le cas des promotions par exemple, une diminution du prix incite le marché à consommer plus. Un exemple : 2) L’élasticité est nulle (ou presque) : Vous vendez autant, quand bien même votre prix augmente. Vous vendez autant alors que votre prix est en baisse ==> Assez rare comme cas de figure. 3) L’élasticité est positive : Magique : vous augmentez vos prix et vous vendez plus ! Reprenons les concepts de la première partie de ce dossier : Maintenant ajoutons l’analyse des coûts et de la marge :