background preloader

Les femmes dans la noblesse

Facebook Twitter

Introduction. La place des femmes dans la société. Au courant de l’histoire on peut observer que la femme s’est vue attribuer différentes places dans la société !

La place des femmes dans la société

Cette évolution est due à un changement de la mentalité des personnes la composant. Dans cette première partie nous allons étudier la place des femmes en général entre le XVIIème et le XXIème siècle ! Au XVII ème Siècle A l’époque il y avait deux modèles, la dignité de la fonction et la richesse. La société était divisée en trois classes apparentes : La noblesse, le clergé, et le tiers-état Au niveau de la noblesse, les femmes étaient considérée comme « précieuse », ce qui veut dire qu’elles s'élevaient au-dessus du vulgaire par la dignité des moeurs, l'élégance de la tenue, la pureté du langage.

De plus en France, et contrairement à d'autres pays européens en raison de la loi salique, les femmes ne portaient pas de titres "en propre", il y a certes le titre de princesse , considéré alors non comme un titre mais comme le témoignage de leur qualité. Au XVIIIème siècle.

Les marriages arrangés et la dote

Mathilde de Flandre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mathilde de Flandre

Mathilde de Flandre (vers 1031 – , Caen), fut l'épouse de Guillaume le Conquérant et donc duchesse de Normandie et reine consort d'Angleterre. Biographie[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Les ossements de Mathilde, conservés à l’abbaye aux Dames de Caen[2], ont été étudiés en 1961[3]. Sa taille, calculée à partir de son fémur et de son tibia, est estimée être de 152 cm[3], ce qui était probablement au-dessus de la moyenne de son temps[3]. Mariage[modifier | modifier le code] Mathilde de Flandre a apparemment des relations cordiales avec tous ses enfants, et elle est notamment très proche de son aîné Robert[5]. Aliénor d'Aquitaine.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aliénor d'Aquitaine

Pour les articles homonymes, voir Aliénor. Aliénor d’Aquitaine, aussi connue sous le nom de Éléonore d'Aquitaine ou de Guyenne, née vers 1122 ou 1124[1],[2] et morte le 31 mars ou le [3], à Poitiers[4] et non à l'abbaye de Fontevraud[5],[6], a été tour à tour reine des Francs, puis reine consort d'Angleterre. L’héritière d’Aquitaine[modifier | modifier le code] Aliénor d'Aquitaine est la fille aînée de Guillaume X, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers lui-même fils de Guillaume IX le Troubadour, et d’Aénor de Châtellerault, fille d'Aymeric Ier de Châtellerault, un des vassaux de Guillaume X.

Aliénor, « l'autre Aénor » en langue d'oc, est ainsi nommée en référence à sa mère Aénor. Elle devient l’héritière du duché d'Aquitaine à la mort de son frère Guillaume Aigret, en 1130[9]. La reine des Francs[modifier | modifier le code] Certains historiens attribuent ces critiques à l’influence qu’elle aurait sur le roi. Femmes au Moyen Âge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Femmes au Moyen Âge

L'histoire des femmes au Moyen Âge est incomplète, puisque dans l'histoire, la plupart des textes sont écrits par des hommes et les femmes sont très peu évoquées (voir histoire des femmes). Plus nous remontons dans le passé, plus les informations sur les femmes sont partielles. La femme religieuse Depuis le Ve siècle les femmes ont l’interdiction de recevoir les ordres sacrés, seul le clergé régulier (clergé des moines et religieuses) accepte les femmes. Elles sont même un nombre très important. Princes et princesses. Texte intégral 1De l'ouvrage de Michelle Bubenicek sur Yolande de Flandre1 au colloque du CRISIMA de 1999 dont l'objet était « Reines et princesses »2, en passant par les dernières biographies politiques sur les ducs et duchesses de Bourgogne (Charles le Téméraire, Philippe le Beau, Isabelle de Portugal3), par les récentes études consacrées aux reines4 ou le dossier des Annales HSS de 2002 intitulé « Du gouvernement des princes »5, l'historiographie française paraît aujourd'hui marquée par un fort engouement pour les princes et les princesses de la fin de l'époque médiévale6.

princes et princesses

Comment l'expliquer ? Par le retour du politique7 ? Par une attention soutenue portée depuis quelques années aux élites8 ? Par la tradition française du genre monographique ? 3Affectant les princes dans un premier temps19, ce mouvement gagne depuis quelques années les princesses et les reines20.

Pyramide sociale

Régente. Conclusion.