background preloader

Numérique et projet de société

Facebook Twitter

La neutralité du Net, condition d'un Internet libre. Avec l’abolition de la neutralité du net, les actuels géants de l’Internet tiendront encore plus fermement les rênes de l’Internet mondial et l’émergence d’une saine concurrence, déjà compromise à l’heure actuelle, deviendra impossible. La neutralité du net est déjà morte. Dans son vote du 14 décembre 2018, la Federal communications commission a approuvé une mesure visant à abroger les règles de neutralité du net qu’elle avait mises en place deux ans auparavant. En mettant fin à la protection de ce principe fondateur d’Internet, la Federal communications commission, dirigée par Ajit Pai, ancien cadre de l’opérateur Verizon, prétend agir dans le sens de l’innovation et de la concurrence. En effet, a contrario des milieux libéraux qui se félicitent de cette mise à mort et ne manquent pas de déplorer le frein à la concurrence et à l’innovation que représente le concept de la neutralité du Net, la fin de ladite neutralité laisse en réalité augurer un Internet bien moins libre qu’aujourd’hui.

Emoji, Twitter et community management : numériser les émotions pour mieux faire circuler les affects ? | CaddE-Réputation. Dans un précédent billet je présentais les travaux réalisés avec Julien Pierre où nous nous interrogions : le community management est-il un sport de combat ? Derrière cette question, le but était de discuter du travail affectif et surtout émotionnel propre à la profession de gestionnaire de communautés. Nous proposons ici une autre approche : en quoi le recours aux emoji/émoticônes dans le cadre des relations publiques d’organisations est-il le reflet de ce travail affectif et émotionnel ?

Autrement dit, chercher à observer ce travail affectif et émotionnel tels qu’ils se déploient via les emoji sur une plateforme centrale du web affectif : Twitter. Nous avons présenté les premiers résultats de ce pan de notre recherche sur le community management lors du colloque « La Palette des émotions » qui a eu lieu à la MSHS de Poitiers du 3 au 5 octobre 2018. Bonne lecture et/ou bon visionnage Analyser les emoji sur Twitter : pour quoi faire, et comment ? Des emoji comme grammaire émotionnelle ? Prédiction des crimes : « Les algorithmes reflètent les discriminations » « Le futur est déjà dans le présent. » La promesse du narrateur du film Pre-crime n’est guère réjouissante. Car le futur évoqué ressemble à celui de Minority Report. Comme dans l’oeuvre de Spielberg, des logiciels essayent aujourd’hui de prédire les crimes avant qu’ils n’arrivent, se nourrissant pour cela d’énormes quantités de données.

Ce qui s’accompagne de nombreux dangers éthiques liés entre autres à nos données personnelles, explique le documentaire, qui sera diffusé le 28 octobre lors du festival Pariscience dont Usbek & Rica est partenaire. Nous avons posé quelques questions à l’un des intervenants du film, le sociologue Bilel Benbouzid. « Pourquoi suis-je considéré parmi les 400 personnes les plus dangereuses de Chicago juste pour avoir fumé de la marijuana et joué aux dés ?

Son histoire est racontée dans le documentaire Pre-crime, de Monika Hielscher et Matthias Heeder. . « Les données reflètent les pratiques discriminantes » Ces algorithmes fonctionnent par machine learning. Internet est mort, vive le Trinet ? Google, Facebook et Amazon se sont accaparés le Web. Cette domination était loin d’être aussi écrasante il y a encore quatre ans, et semble non seulement bien partie pour durer, mais devrait signer la mort d'un Web fondé sur la diversité et la liberté, comme le démontre le développeur brésilien André Medeiros - dit André Staltz - dans un post publié sur Medium. Nous nous dirigeons, à ses yeux, vers l'avènement d’un « Trinet » aux allures de dystopie. « J’ai inventé le Web, mais vous tous avez contribué à en faire ce qu’il est aujourd’hui », lançait en mars dernier Tim Berners-Lee.

Le père du Web s’inquiétait alors de la triple menace pesant sur sa création, pointant la perte de contrôle de nos données personnelles, l’enjeu des fake news et l’industrie de la publicité politique en ligne. « Tim lui-même assure que le Web est en train de mourir », souligne André Staltz. Mais le développeur brésilien a, lui, daté très précisément le « début de la fin » : le Web est mort en 2014. Social Cooling.

Des communs et des hommes #DATAGUEULE 42. Theconversation. Wikipédia est un monde. J’entends par là que c’est un monde différent de celui auquel nous sommes habitués. Il est différent du point de vue de comment les gens s’organisent, comment les gens interagissent, comment les gens œuvrent à créer quelque chose en commun, comment les gens sont mélangés à la technique, aux logiciels. Par exemple, c’est un monde où il n’y a pas de pays. Wikipédia en français, c’est la Wikipédia de tous ceux qui parlent français dans le monde. Il ne faut pas être naïf : des problèmes de droit français ou de droit américain, ou de droit d’autres pays s’y posent.

Mais ils ne s’y posent pas de la même manière qu’en France. Étudier un monde En disant ça, je ne veux pas simplement dire qu’il y a une différence entre monde d’Internet et monde « réel ». Mon but, c’est d’étudier ce monde. Des anecdotes pour une hétérotopie Tous ces aspects sont uniques et surtout ils sont complètement entremêlés les uns aux autres, et je compte vous le présenter en racontant des anecdotes.

Science-Fiction

La fin du rêve de l’internet - Medium. Où la révolution numérique mène t-elle ? – Mondes Sociaux. CC Pixabay OpenClipart-Vectors La révolution numérique s’est imposée à la fin des années 2000 quand des milliards de personnes ont pu se connecter à Internet.

Cette révolution technique n’obéit à aucune volonté politique de transformation sociale et personne ne connaît la direction qu’elle nous fait prendre. Même si elle est jugée en général positivement grâce au surcroît de liberté qu’elle apporte, des évaluations plus critiques mettent en cause les nouvelles formes de contrôle et de domination qui l’accompagnent. « Quand on ne sait pas où l’on va, dit le proverbe, il vaut mieux savoir d’où l’on vient ». Et nous venons de cinquante ans d’informatisation au cours desquels sont apparues quatre grandes problématiques sociétales, au fur et à mesure de la progression des applications : Revisiter et expliciter ces problématiques est indispensable si on veut comprendre la dynamique de l’incertaine révolution numérique en cours.

Black E., 2001, IBM et l’holocauste, Paris : Robert Laffont.