background preloader

Krystian Lupa/Des arbres à abattre (Holzfällen)

Facebook Twitter

Krystian Lupa présentera Wycinka holzfällen (Des arbres à abattre) du 4 au 8 juillet à la FabricA.

Festival-avignon.tv. Valère Novarina, Krystian Lupa: le point presse d'Avignon du 5 juillet. Propriété de la Télévision d'Omsk.

Valère Novarina, Krystian Lupa: le point presse d'Avignon du 5 juillet

Remerciements à Elena Mamontova et à la Compagnie de Télévision d'Omsk (Directeur Pavel Paoutov) Kristian Lupa adapte la vindicte de Bernhard aux artistes et crée le buzz en Avignon. Une dissection impitoyable de ses condisciples « Des arbres à abattre » réunit toute une petite clique artistique après le suicide de l’une des leurs, Joana, qu’ils ont laissé tomber.

Kristian Lupa adapte la vindicte de Bernhard aux artistes et crée le buzz en Avignon

Pendant que le public s’installe, Lupa choisit d’évoquer Joana par le biais d’une interview filmée où la défunte explique sa vocation d’artiste, la raison d’être de son atelier qui apprend aux comédiens du Théâtre National à marcher. Au dessous, dans un salon, on perçoit les conversations chuchotées des convives. Avignon : la forêt humaine de Krystian Lupa - Les Echos. Aéronautique - Défense Le débris retrouvé à La Réunion provient probablement du vol MH370.

Avignon : la forêt humaine de Krystian Lupa - Les Echos

Avignon : « Des arbres à abattre », un dialogue au sommet entre Thomas Bernhard et Krystian Lupa. Le festival d’Avignon s’est ouvert samedi sur le coup de 15h à la Fabrica, par une rare splendeur : « Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard magnifiquement et librement adapté par le Polonais Krystian Lupa.

Avignon : « Des arbres à abattre », un dialogue au sommet entre Thomas Bernhard et Krystian Lupa

On se plaint parfois de la disparition des grands maîtres, des Strehler et autre Gruber, Lupa est l’un d’entre eux, si certains en doutaient encore, ce spectacle-là devrait achever de les convaincre. Une double façon de "penser l'écriture" C’est un voyage prodigieux (plein de prodiges), audacieux, lumineux, une virée de longue haleine (plus de quatre heures) au pays extraordinaire et terriblement ordinaire du théâtre et de sa place dans la cité, une introspection de l’être humain saisi dans sa complexité qui nous tient en état d’éveil quasi hypnotique, l’émerveillement le disputant à l’excitation, la douceur à l’irruption du cri. Avignon : Des arbres à abattre époustouflants. «Des arbres à abattre» : Lupa dans les pas de Thomas Bernhard. Dense, épais, touffu, Des arbres à abattre, le roman de Thomas Bernhard, semble écrit dans un seul souffle.

«Des arbres à abattre» : Lupa dans les pas de Thomas Bernhard

Plutôt que de prendre le livre comme un tout pour l’adapter à la scène, Krystian Lupa s’immisce en quelque sorte à l’intérieur du texte en bloc, opère un minutieux travail de déconstruction et de recomposition, mais surtout d’imagination - car c’est ce qui frappe tout particulièrement dans cette mise en scène, la force de l’imagination aussi bien des acteurs que de celui qui les dirige - pour créer une œuvre nouvelle, parfaitement en phase avec l’esprit de l’auteur qu’elle traduit à la perfection.

Avignon : Krystian Lupa dans la tête de Thomas Bernhard. Partir découvrir un spectacle de Krystian Lupa se jouant à 18 heures en Pologne, sur ses terres du Théâtre Polski de Wrocław, où le metteur en scène a un statut d’artiste invité, peut très vite se transformer en cauchemar éveillé quand l’avion décolle avec trois quarts d’heure de retard et qu’on rate sa correspondance à Varsovie.

Avignon : Krystian Lupa dans la tête de Thomas Bernhard

Par miracle, on arrive à temps et l’on oublie vite le stress-test aérien pour se laisser happer par les vertiges d’émotion mis en œuvre par Lupa – définitivement l’un des artistes les plus éminents de l’époque. S’emparant de Wycinka holzfällen (Des arbres à abattre), Krystian Lupa retrouve en Thomas Bernhard un auteur fétiche. Ses romans, transformés en matériau d’exploration pour son théâtre, lui ont déjà donné l’occasion de nous combler avec les spectacles mythiques que furent La Plâtrière (1992), Extinction (2001) et Perturbation (2013) en témoignant dans son parcours d’une passion pour l’écrivain autrichien qui ne s’est révélée qu’avec la maturité. Avignon : Krystian Lupa sublime "Des Arbres à abattre” de Thomas Bernhard. En 4h30, le metteur en scène polonais ressuscite le chef-d'œuvre du dramaturge autrichien à la Fabrica.

Avignon : Krystian Lupa sublime "Des Arbres à abattre” de Thomas Bernhard

Une immersion vertigineuse dans les abysses de l'âme, aussi cruelle qu'éblouissante. Avouons qu’on avait peur. Krystian Lupa. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Krystian Lupa

Krystian Lupa (2015) Krystian Lupa est un metteur en scène polonais, né le à Jastrzębie Zdrój (Silésie). Biographie[modifier | modifier le code] Il commence des études de physique à l'Université Jagellonne de Cracovie. Théâtre: Entretien avec Krystian Lupa  Cette saison, le Théâtre de la Colline présente deux pièces de Thomas Bernhard, Perturbations et Des arbres à abattre.

Théâtre: Entretien avec Krystian Lupa 

Hasard ou ligne conductrice? Pour moi c'est difficile d'en juger car je ne participe pas au spectacle Des arbres à abattre. Si cette pièce n'avait pas été montée par d'autres, peut-être aurais-je eu envie de la choisir. Interview de Krystian Lupa au sujet de "Perturbation" Des arbres à abattre - Folio. Dpeda_arbres.pdf.

Krystian Lupa retrouve Thomas Bernhard : une impressionnante « Perturbation » atmosphérique. Programació - Tala (Holzfällen) - Temporada alta - Festival de teatre. Hi ha pocs textos com Tala, implacables i crítics amb el que costa més de ser implacable i crític: la pròpia cultura i el propi ecosistema.

Programació - Tala (Holzfällen) - Temporada alta - Festival de teatre

Thomas Bernhard ens convida a sopar amb la burgesia per acarnissar-se contra la grisor i el conformisme de les classes dirigents austríaques. Muntatge "Tala" - Krystian Lupa - Temporada Alta. HOLZFÄLLEN - Schauspielhaus Graz (Youtube) Krystian Lupa nous égare dans les tourments de Thomas Bernhard. Aux Célestins, le metteur en scène polonais transpose Perturbation, roman de jeunesse de son auteur fétiche. Son exploration met tout le monde à l’épreuve, le public comme les acteurs. Toutes photos © Mario Del Curto La nouvelle mise en scène de Krystian Lupa risque bien d’aggraver mon cas auprès de spectateurs effarés.

En discuter, l’apprécier ne va pas me réconcilier avec mon si distingué compère de Tribune de Lyon, Luc Hernandez, très, très énervé, ou avec Pétrus Félix, lecteur de Rue89, qui a aimablement réagi au précédent billet de ce blog, consacré à Molly Bloom. S’il s’est endormi devant Anouk Grinberg, s’il lui faut « trouver le livre » pour « comprendre de quoi elle a parlé », alors que va-t-il me dire, s’il a pris sa place pour Perturbation et survit à presque cinq heures de représentation, deux entractes compris ? Vieille connaissance, nouvelle approche Krystian Lupa, c’est sûr, ne conforte pas le spectateur habitué à ce qu’on lui serve tout sur un plateau. Manipulation radicale. Thomas Bernhard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bernhard.

Thomas Bernhard en 1987 Thomas Bernhard, né le à Heerlen (Pays-Bas) et mort le à Gmunden (Autriche), est un écrivain et dramaturge autrichien. Écrivain et dramaturge au style singulier, misanthrope, vivant une relation d'amour et de haine avec sa patrie, Thomas Bernhard est un des auteurs les plus importants de la littérature germanophone d'après-guerre. Biographie[modifier | modifier le code] L'enfance de Thomas Bernhard est marquée par de multiples déménagements et par une maladie pulmonaire dont il souffrira jusqu'à sa mort.