background preloader

C2I - DM NUMERO 4 (Veille informationnelle)

Facebook Twitter

Voici la veille informationnelle que nous avons fait et que nous avons mit en commun dans l'optique du C2i.

StartPage by Ixquick Search Engine. Google Scholar. Dogpile Web Search. Exclusion sociale, insertion et prévention - Jean-Claude ABRIC. L’« intrusion professionnelle » d’une sociologue-anthropologue dans l’envers gitan du décor urbain. 1Pour un grand nombre de Barcelonais, le quartier de La Mina est le lieu où sont exhibées toutes les phobies de la société : précarité, délinquance, psychotropes, maladies, logements décrépis ; tout y est synonyme de « déchéance humaine ».

L’« intrusion professionnelle » d’une sociologue-anthropologue dans l’envers gitan du décor urbain

Les peurs sont projetées sur ce seul espace et l’on affirme qu’il serait dangereux de s’y aventurer. Perçu comme repaire des Gitans, ce lieu centralise dans l’imaginaire social toutes les corruptions rencontrées à Barcelone. 2Intriguée par une telle rumeur, je suis partie à la rencontre des habitants de La Mina. Je désirais connaître un groupe de femmes gitanes qui venait de publier un livre de cuisine élaboré dans le cadre d’un atelier organisé par le « Centro Cultural Gitano del barrio de La Mina » (Perona et alii, 1996). Ce ne sera qu’après plusieurs mois de recherche passés au sein de cette association que je pourrai découvrir l’envers du décor et rencontrer des personnes qui s’ouvraient aux autres et se révélaient porteuses d’initiatives. Anthropologie et Sociétés v33 n2 2009, p. 255-272  Introduction Cet article présente des variations conceptuelles, discursives et pratiques à propos du métissage en se fondant sur le cas des Gitans de Jerez.

Anthropologie et Sociétés v33 n2 2009, p. 255-272 

Le terme « métis » ou « métissage » n’est toutefois pas utilisé par les acteurs locaux, car on limite son usage aux anciennes colonies. Même s’il s’agit d’un phénomène semblable, à part son caractère colonial, les Jerezans préfèrent au mot métissage celui de entreverado, qui est emprunté au secteur agricole et signifie entremêlé.

Le dictionnaire de la Real Academia Española ajoute à ce sens la dimension de désordre et de confusion. Entreverado évoque la fluidité des rapports sociaux et est cohérent avec les positions d’Amselle (2001) qui rejette la notion même de métissage et son aspect « racialisant » pour proposer celle des branchements culturels. Si la plupart des intellectuels s’intéressent surtout à la « gitanité » de Jerez, peu se penchent cependant sur cet entremêlement. Quelques mots sur le métissage Gitanité/gitanisme. ESPAGNE. Des Gitans de plus en plus espagnols. Sans trahir sa culture, l’importante communauté gitane s’intègre peu à peu depuis trente ans, notamment grâce à l’accès à l’éducation.

ESPAGNE. Des Gitans de plus en plus espagnols

Antonia Núñez, 25 ans, se souvient que sa mère tenait absolument à ce qu’elle décroche le bac. “Si tu rates le bac, ce n’est pas grave. Tu le repasses.” Mais elle l’a eu et elle est même entrée à l’université. Elle est ainsi devenue la première de la famille à faire des études supérieures et elle fait désormais la fierté de sa mère. Antonia, comme de nombreuses autres femmes gitanes, a essayé de se défaire des carcans culturels et elle incarne aujourd’hui l’évolution – certes lente, mais constante – de la communauté gitane, que certains n’hésitent pas à comparer à ce qu’a vécu la société espagnole lors de la transition [après la mort du dictateur Franco, en 1975]. Une population jeune. Tamara Amador, 31 ans, a quant à elle mis dix ans à convaincre ses parents, même si sa grande sœur lui avait ouvert la voie. Stéréotypes. Histoire du peuple Gitan - FAGiC. Originellement les chercheurs pensent que les gitans proviennent de l'Inde (Penjab et Sind).

Histoire du peuple Gitan - FAGiC

Au IXème siècle, l'Islam envahit l'Inde et c'est alors que commencent les migrations vers l'ouest. La deuxième migration se produit au XIIIème siècle, quand les gitans abandonnent leurs maisons au moment où l'armée mongole conquiert le territoire. À partir de ce moment l'exode des gitans a été continu. Au XIVème siècle de grandes populations gitanes commencent à être détectées en Grèce et dans le pourtour Méditerranéen, et ont commencé à s'étendre dans toute l'Europe. Initialement, les gitans ont été bien accueillis par la population européenne pour, ensuite, être marginalisés socialement par ceux-ci. Leur arrivée dans la Péninsule Ibérique date de 1425 quand le Roi Jean II d'Aragon les fait nommer comtes de l'Égypte Mineure, d'où surgirait le terme "gitan". Historiquement le Peuple Gitan a été discriminé de forme continue.

Isabelle et Ferdinand, Medina du Champ, 1499. LE XXème SIÈCLE.