background preloader

Vivarais

Facebook Twitter

La vie municipale et la bourgeoisie d'Ancien Régime en Vivarais (Suite.) Laisser s'accumuler force balles, par bonheur non périssables, et destinées même par la suite à prendre une plus- value exceptionnellement lucrative.

La vie municipale et la bourgeoisie d'Ancien Régime en Vivarais (Suite.)

Dès le règne de Philippe de Valois, observe un illustre écrivain, « on voit la bourgeoisie se formant par le travail et le négoce dans le sein de la population rurale, s'en- richissant à mesure que la noblesse s'appauvrit, accueillie par celle-ci, qui accepte d'abord ses services financiers et administratifs, puis lui ouvre ses rangs par l'in- féodatfon de ses terres1. » Bien qu'il ne soit toujours pas facile de déceler un drapier dans chaque bourgeois enrichi ou anobli, nous allons tenter l'aventure, en étudiant l'évolution de la bourgeoisie en général. 1.

Histoire du Vivarais, publiée sous les auspices du Conseil général de l'Ardèche par Jean Régné, archiviste du département. Tome second, contenant « Le développement politique et administratif du pays de 10З9 à 1500 », par Jean Régné. Largentière, imp. Maz. Зоб ANNALES DU MIDI.- guerre de Cent ans (i343-i446), puis l'administration royale (i343-i5oo).

Histoire du Vivarais, publiée sous les auspices du Conseil général de l'Ardèche par Jean Régné, archiviste du département. Tome second, contenant « Le développement politique et administratif du pays de 10З9 à 1500 », par Jean Régné. Largentière, imp. Maz

M. R. s'entend à distribuer les détails précis tirés des sour- - ces, à faire de l'histroire vivante, et à saisir les rapports des événements*. Sa peinture des restitutions in extremis de biens usurpés sur les églises et les monastères, est d'une psychologie piquante et heureuse. Il discute avec finesse et pénétration le problème de la sou-, veraineté impériale en Vivarais. Les États du Vivarais, de leurs origines à la fin du XVIe siècle, par Auguste Le Sourd. Aller au contenu.

Les États du Vivarais, de leurs origines à la fin du XVIe siècle, par Auguste Le Sourd

Les impôts sous l'Ancien Régime. C'est un impôt direct payé par les roturiers (ceux qui ne sont pas nobles).

Les impôts sous l'Ancien Régime

Cet impôt est, normalement, proportionnel aux revenus. Dans le Morvan, à la fin du XVIIIème siècle, la taille est de l'ordre de 10 livres par feu. Prélèvement effectué par le seigneur sur la totalité des roturiers dont il assurait la protection, la taille était, au Moyen Âge, fixée par la coutume et totalement arbitraire. Au cours du XIIe siècle, les communautés villageoises tentèrent d'imposer, à prix d'argent ou au besoin par la force, l'abonnement de la taille, c'est-à-dire un accord en limitant le montant et la périodicité. La taille arbitraire était en effet considérée comme une marque de servitude.

Noblesse en Vivarais

Résultats des recherches. Velay et Vivarais protestants. Page en construction.

Velay et Vivarais protestants

Toute aide, toute contribution sera la bienvenue. l'association de généalogie protestante - guide de généalogie protestante - histoire protestante - lexique - partenaires Géographie : l'implantation du protestantisme en Ardèche (qui était autrefois la province du Vivarais) a peu changé depuis la Réforme : dense dans la vallée de l'Eyrieux et dans les régions de Lamastre et de Saint Agrève, il est absent du plateau ardéchois à l'exception notable des isolats d'Annonay, Vals, Aubenas, Les Vans et, au sud, il suit un axe fragile entre Villeneuve de Berg et Vallon Pont d'Arc.

Généalogie : Histoire et généalogie : Célébrités en projet : recherchons notices biographiques et généalogiques des célébrités du Velay et du Vivarais. Histoire du Velay et du Vivarais Paroisses Pasteurs en cours et à compléter : recherchons les pasteurs ayant exercé en Velay et Vivarais avec éléments biographiques. Édité par : Roland Genneratpour Huguenots de FranceEnvoyez vos remarques à : Votre recherche - histoire naturelle de la France méridionale : 11 résultats - Gallica. La population de la Cévenne vivaroise. 1° La façade cévenole, région des basses pentes, inférieures à 700 m et le plus souvent à 500 m d'altitude, aux sols variés (calcaires, marnes, grès), au climat chaud, aux reliefs adoucis, constituant un ensemble de collines mamelonnées, de vallées épanouies, parfois de vraies plaines limitées à l'Est par la grande cuesta de calcaire jurassique.

La population de la Cévenne vivaroise

Cette façade, c'est essentiellement le pays de la vigne. En Vivarais au XVIIIe siècle : une croissance démographique sans révolution agricole. Elle ne fournit pourtant pas assez de fourrage aux animaux du cru.

En Vivarais au XVIIIe siècle : une croissance démographique sans révolution agricole

Quand les luzernières dépérissent au bout de 5 ans, rongées par les mousses et envahies de chiendent, on les laboure et on les sème en blé roux « pendant quatre années consécutives »14. Dans les premières années du xix* siècle, même le trèfle est très rare ; quant au sainfoin, il ne donne partout que de mauvais résultats car « on ne lui destine que les terres stériles ou épuisées sur lesquelles on craint de répandre des amendements »ie. Le blé de Turquie ou maïs occupe une place très réduite dans la part des céréales : on le rencontre seulement, et encore en bien petite quantité, le long du Rhône, de La Voulte à Saint-Marcel-d'Ardèche, en 1760. Les données statistiques pour 1802 indiquent que dans le canton rhodanien de Rochemaure, sur une récolte de 5 583 hectolitres de grains, on n'en a recueilli que 141 de maïs, soit 2,5 %.

L'année suivante, point de maïs : la sécheresse de l'été l'a fait entièrement périr. 14.