background preloader

Fannymarieaude

Facebook Twitter

Vanoo

L'identité numérique et l'adolescent

Quels sites pour protéger sa vie privée sur Internet? La mauvaise e-Réputation. Et si, au lieu de tanner les internautes de discours parano sur Facebook, nous reconnaissions que la vie mise en scène sur les réseaux sociaux n'est plus privée et que chacun a droit à sa part d'insouciance numérique ? Cela fait maintenant plusieurs années qu’on nous assène de discours moralisateurs avec ces concepts, à coup de billets de blogs, de conférences, d’ouvrages, de cours… On nous dit de faire attention aux traces qu’on laisse. On nous met en garde. On nous prévient des conséquences à long terme des photos ou tweets que l’on publie aujourd’hui. On ne doit pas dévoiler sa vie privée. On nous parle de « personal branding », de e-réputation. Personal branding ou obsession narcissique ? Certes, travailler sur sa marque personnelle (personal branding) est important lorsqu’on recherche un emploi, des opportunités professionnelles ou personnelles.

Mais quand cette attention de soi devient chronique, cela ne génère t-il pas une forme de narcissisme ? Ah bon ? Facebook flatte le narcissisme et crée l’illusion d’être un « People » : de la communication interpersonnelle à la communication de masse.

Dans l’acte de communiquer, deux notions sont importantes : la volonté de communiquer, et l’effort que demande cet acte. Autrement dit, toute communication est, du point de vue de l’émetteur du message, un compromis entre la volonté de communiquer et le coût (l’effort) que cette communication exige. Le passage de la pensée au message nécessite -généralement- une volonté de communiquer. En effet, personne n’exprime toutes ses pensées ; ce serait fatiguant pour l’émetteur…et pour le récepteur ! Chacun choisit, sélectionne ce qu’il va dire et ce qu’il ne dira pas. L’effort est également une notion importante. Communiquer nécessite un effort physique et mental. Physique car il faut écrire ou parler. Mental car il faut convertir sa pensée en message, en prenant en compte le récepteur de son message et l’environnement dans lequel on communique.

Appeler un ami par téléphone, engager une discussion en face à face, envoyer un mail, écrire un courrier,… Ils demandent également un effort : Conséquence ? Kit pédagogique Identité numérique – Ma vie numérique (à destination des adolescents) La Mission TICE du Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de l’Académie de Versailles complète aujourd’hui le MémoTice : « Ma vie en numérique » (téléchargeable ici en pdf), brochure pédagogique à destination des adolescents et des enseignants dont nous avions évoqué la parution en septembre dernier sur NetPublic.fr, par le Kit pédagogique Identité numérique – Ma vie numérique.

Accompagnant le MémoTICe « Ma Vie en numérique », le CRDP vient de mettre en ligne des documents pédagogiques permettant de mettre en place des activités ou ateliers en classe (voire en EPN, espace public numérique) sur les questions de la gestion de l’identité numérique chez les jeunes : Comment gérer son identité numérique ? Quelles informations mettre en ligne ?? Avec qui partager ses infos ?? Les questions relatives à l’utilisation des réseaux sociaux… Ces ressources sont diffusées sous Licence Creative Commons BT-NC-ND :

Identité numérique en image par les adolescents : 7 types de traces en ligne. Julie Pascau (Professeur certifié en documentation – ‎ESPE d’Aquitaine) et Bruno Vergnes (Prof de Lettres et formateur en Education numérique – CLEMI) publient : L’identité numérique en image, un dossier d’analyse sur l’image de soi sur les réseaux sociaux ; un travail de qualité présenté le 15 janvier 2014 à Mourenx (64) dans le cadre du Forum des pratiques numériques pour l’éducation. Objectif de ce dossier : « Comprendre la viralité propre à l’image sur les réseaux sociaux et les usages des adolescents des applications existantes en 2013. Apprendre à intégrer ces nouvelles problématiques liées à l’identité numérique des jeunes dans l’éducation aux médias ». L’image saisie, publiée, partagée en ligne (voire effacée) par les adolescents est un phénomène qui s’inscrit aujourd’hui dans des pratiques numériques diversifiées.

Définition et typologie des formes d’exposition en images par les adolescents La numérisation des pratiques Emergence de nouvelles problématiques L’importance de l’image. Qui peut responsabiliser un ado face à son identité numérique? Aujourd’hui, un collègue m’a fait découvrir le blog d’un de nos stagiaires, enfin, pas vraiment son blog mais plutôt le skyblog d’une bande de jeunes avec beaucoup d’humour. Pour les adolescents, l’humour et l’auto-dérision est plutôt une qualité mais sur internet, c’est diffèrent, car à moins d’être connu ou très connu, il est très difficile de ne pas avoir l’air ridicule, voir complètement idiot en s’affichant dans une vidéo visant à faire rire ses congénères.

J’avais évidement déjà vu ce genre de Skyblogs d’ados, par compte, j’imaginais assez mal ces jeunes sur le marché du travail ! Ainsi on prend ce cas précis: Bast* , étudiant dans le secteur du web et des médias et bientôt présent sur le marché de l’emploi s’affiche sur une vidéo humoristique sur le Skyblog de sa bande : Cette vidéo, déjà présente sur Dailymotion et Skyblog est également référencée sur d’autres sites . Donne moi ta casquette pour que je me la pette, si ca te vas pas NOUS ON TE QUETTE. CNIL des fiches pratiques. Identité numérique : formation complète en ligne : 7 modules avec conseils et dossier. Comment parler d’Internet aux adolescents ? Parler aux adolescents d’Internet en tant qu’espace social pose forcément question aux professeurs documentalistes que nous sommes.

Nous ne sommes pas toujours formés au développement de compétences sociales et si nous pouvons nous sentir capables de travailler sur la compréhension des outils, il est toujours plus délicat d’aborder la question des usages, notamment des usages intimes et non scolaires… et éventuellement des comportements à risques.La question peut se poser : est-ce notre rôle d’enseignant ? Est-ce dans nos missions ? Dans les faits c’est quasiment toujours en cas de problème (ou en prévention de problèmes) signalés par des élèves ou des parents qu’il nous est demandé d’intervenir. Une vision simple, facile pour la communication est de décider qu’une formation aux dangers suffit et qu’une fois cela fait, c’est réglé : les adolescents sont parés pour aller sur le Web.

Imaginons à présent changer de métaphore. Quel bilan pour ce travail ? Maîtriser son identité numérique | Internet responsable. Dans la vie courante, lorsque nous achetons une baguette de pain, il ne nous viendrait pas à l’idée de décliner notre identité et notre adresse au boulanger. Les relations que l’on entretient via Internet sont à gérer de la même façon. Pourquoi donner notre identité civile et notre adresse pour acheter un bien immatériel payé en ligne et qui n’a pas besoin d’être livré à une adresse postale ?

Savoir utiliser des identités numériques distinctes et ne fournir que les données appropriées aux différents types de relations établies sur Internet constituent des compétences essentielles à la préservation de notre vie privée. Connaître et contrôler ce qu'on enregistre sur vous Lorsqu’on navigue sur internet, un certain nombre d’informations sont enregistrées en différents endroits du réseau, notamment sur l’ordinateur utilisé, chez le fournisseur d’accès ou chez les fournisseurs des services qu’on consulte.

Lire la suite Endiguer la collecte excessive Gérer ses profils et ses identités. Des ados un peu trop confiants sur Internet. Les ados sont conscients des dangers du Web mais se montrent un peu trop confiants. A l'occasion du Safer Internet Day - un Internet plus sûr - qui se tient aujourd'hui mardi 5 février 2013, l'éditeur de solution de sécurité RSA Security a demandé à l'institut Ifop une étude comparative de la perception d'Internet par les adolescents de 11 à 17 ans et leurs parents. Premier constat : Internet est entré dans le quotidien des jeunes. Ils sont 77 % à reconnaître qu'ils se connectent au moins une fois par jour.

Un chiffre qui augmente avec l'âge. Connectés mais aussi assez souvent seuls : une majorité, 55,3 % des adolescents interrogés, affirment qu'ils se connectent dans une pièce où ils sont seuls. A contrario, 53,7 % des parents pensent que la connexion se fait dans une pièce où il y a du passage et où les faits et gestes de l'enfant peuvent être observés. Les règles générales sont assez bien connues Seulement, malgré cette prudence apparente, il reste des zones floues.

Méthodologie. NOAH La vie d’un ado sur Internet. La dernière obsession des adolescentes : le "thigh gap" C'est la dernière obsession des adolescentes américaines, nourries d'images idéales de magazines : avoir un "thigh gap", un espace entre des cuisses qui, pieds serrés, ne se touchent pas. Au prix de privations qui peuvent mener à l'anorexie et la dépression.

Sur Tumblr, Pinterest ou Facebook, les photos abondent de cuisses plus ou moins longilignes, en gros plan et d'une maigreur parfois insupportable, que publient de très jeunes filles avides de montrer leurs succès ou, à leurs yeux, leurs tragiques échecs. "Mon thigh gap est énorme, soyez jalouses les filles", s'amuse +foster-the-beatles+ quand +skinnysizezero+, solidaire, affirme qu'"ensemble, on peut être maigres, faire une taille 32 avec un beau thigh gap et un ventre plat", écrit-elle sur Tumblr.

"J'ai l'impression que je commence à avoir un thigh gap, je suis contente", ajoute +elleskyyy+ alors que +starvingforperfection+ se désole de son "médiocre/non existant thigh gap". "Mince partout sauf les seins" Observatoire de la vie numérique des adolescents (12-17 ans) : Le « Selfie », portrait de soi narcissique ou nouvel outil de construction identitaire ? « Selfie » a été élu « mot de l’année 2013 » Le 18 novembre 2013, le mot « Selfie » a été élu « mot de l’année 2013 » par les auteurs du dictionnaire d’Oxford, après avoir fait son entrée dans ses pages en août dernier[i]. A la suite de la définition Une photographie qu’une personne a pris d’elle-même, généralement au moyen d’un smartphone ou une webcam et téléchargée sur un média social.

[ii], la phrase de mise en contexte du mot donne d’emblée le ton de la réprobation morale qui entoure cette pratique : Des selfies occasionnels sont acceptables, mais il n’est pas indispensable de poster tous les jours une nouvelle photo de soi. « L’encouragement à se focaliser sur soi », « égocentrisme montant », « la narcisse communication » : une revue des articles français et anglo-saxons sur le sujet [iv] traduit une préoccupation qui rappelle les diatribes suscitées par les tout premiers portraits photographiques, accusés dès leurs premiers balbutiements de nourrir le narcissisme contemporain. Ce que les usages des ados sur les réseaux sociaux peuvent nous apprendre. Atlantico : Que savent les adolescents au sujet des réseaux sociaux et notamment des paramètres de sécurité et de protection des données personnelles ?

Les adolescents en savent-ils plus que nous à ce sujet ? Pierre Duriot : Ils connaissent les ficelles, à n'en point douter, grâce au temps qu'ils y passent et ils se refilent les astuces entre eux. Cela leur est permis car ils n'ont pas comme un adulte, des intendances à assurer et une activité professionnelle.

Le temps consacré est un facteur important dans un apprentissage quel qu'il soit et ils sont souvent très motivés pour les outils informatiques. En savent-ils plus qu'un adulte ? Difficile à dire, beaucoup d'adultes ont de très hauts niveaux de qualification, on peut penser plutôt que les uns et les autres n 'ont surtout pas le même registre de connaissances informatiques et que le registre se construit plutôt en fonction de l'utilisation que l'on fait de ces outils. Atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne.

Spotted. Gestion de l'identité numérique. Image personnelle en ligne, quand les ados étalent leur vie sur Internet : une étude Trend Micro - 9 février 2010. L’enquête EU kids online § Ce rapport présente les premiers résultats d’une enquête originale qui a été conçue et réalisée par le réseau scientifique européen Eu Kids Online.

Elle a été financée par le programme de la Commission Européenne Safer Internet, afin de produire des données pouvant servir de base aux politiques publiques en matière de sécurité de la navigation en ligne, § Un échantillon aléatoire et stratifié composé de 25.142 enfants de 9 à 16 ans, utilisateurs d’internet, ainsi que leurs parents, a été interrogé au cours du printemps et de l’été 2010 dans 25 pays européens. § L’enquête s’est penché sur les risques en ligne suivants: la pornographie, le harcèlement, la réception de messages à caractère sexuel, les contacts avec des inconnus, les rencontres dans la vie réelle avec ces inconnus, la lecture de contenus dangereux, le détournement de données personnelles. § Dans ce rapport, le terme “enfants” renvoie aux internautes européens âgés de 9 à 16 ans.

Pornographie. Immersion dans les sites de rencontres pour ados. Réseaux sociaux et identité numérique. Internet : quel rôle dans l’apprentissage de la sexualité chez les adolescents. Texte présenté aux 81ièmes Rencontres du CRIPS Ile-de-France Amour et sexualités sur Internet. 26 Septembre 2011. Quel rôle dans l’apprentissage de la sexualité chez les adolescents ? En 2005, une psychologue américaine, Patricia Greenfield, tire la sonnette d’alarme. L’internet que l’on présente comme un espace de partage des savoirs et de discussion n’est en fait pour les adolescents qu’un immense pornoland. En ligne, les enfants sont constamment confrontés à la sexualité Ils sont quotidiennement en contact avec des contenus sexuels ou pornographiques, qu’ils le souhaitent ou non.

Ce contact répété avec la sexualité peut avoir des effets sur le développement des enfants, alerte Patricia Greenfield. Le cri d’alarme de Patricia Greenfield rejoint des préoccupations quant à l’impact des médias sur les adolescents. Le mouvement d’inquiétude s’est également fait sentir en France. Qu’en est il exactement ? Les espaces en ligne des enfants et des adolescents Les chat rooms Les blogs Ybarra, M. Réseaux sociaux: à quoi les ados passent leur temps sur leur smartphone? Ce n'est plus un téléphone, c'est un greffon. De quoi vous faire regretter de lui avoir offert un forfait, ou vous donner envie de verrouiller le réseau WiFi familial.

Combien de fois vous êtes-vous demandé ce qu'il pouvait bien fabriquer le nez collé à son portable? Que votre ado passe sa journée à envoyer des textos, ça, vous le savez déjà. Que le deuxième usage privilégié soit les réseaux sociaux, vous vous en doutez. Mais si pour vous le monde se limite à Facebook, voire à Twitter, ou que vous en êtes restés aux Skyblogs, vous êtes au moins en retard d'une génération. L'adolescent français moyen reçoit son premier téléphone mobile à 11 ans, selon Médiamétrie.

A cela, une raison assez simple: la majorité des adolescents sont "amis" avec leurs parents sur Facebook. Et il ne faut pas se voiler la face, ce à quoi leurs parents ont accès, c'est juste un glaçon échappé de la partie immergée de l'iceberg. 70% des ados cachent à leurs parents ce qu'ils font en ligne.