background preloader

Littérature

Facebook Twitter

André Malraux : «[Note sur l'Islam], 3 juin 1956» En 1956, Malraux s'exprimait sur l'Islam et semblait avoir prévu les problèmes contemporains dus à l'islamisme.

André Malraux : «[Note sur l'Islam], 3 juin 1956»

[Note sur l’Islam] La nature d'une civilisation, c'est ce qui s'agrège autour d'une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera. Charles Baudelaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles Baudelaire

Charles Baudelaire Charles Baudelaire par Étienne Carjat, vers 1862. Œuvres principales Au cœur des débats sur la fonction de la littérature de son époque, Baudelaire détache la poésie de la morale, la proclame tout entière destinée au Beau et non à la Vérité[3]. Comme le suggère le titre de son recueil, il a tenté de tisser des liens entre le mal et la beauté, le bonheur fugitif et l'idéal inaccessible (À une passante), la violence et la volupté (Une martyre), mais aussi entre le poète et son lecteur (« Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère ») et même entre les artistes à travers les âges (Les Phares)[4]. Éléments biographiques Charles Baudelaire, autoportrait, 1860. Le Spleen de Paris. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Spleen de Paris

Petits poèmes en prose, parfois désigné par son sous-titre Le Spleen de Paris, est le titre d'un recueil posthume de poèmes en prose de Charles Baudelaire établi par Charles Asselineau et Théodore de Banville. Il a été publié pour la première fois en 1869 dans le quatrième volume des Œuvres complètes de Baudelaire publié par l'éditeur Michel Levy. Histoire[modifier | modifier le code] Les cinquante pièces qui composent ce recueil ont été rédigées entre 1855 (Le Crépuscule du soir) et 1864. Une quarantaine d'entre elles ont paru dans divers journaux de l'époque ; les dix suivantes furent posthumes entre 1867 et 1869. Le titre Petits poèmes en prose est souvent suivi d'une forme de sous-titre Le Spleen de Paris (qui se rapproche des titres de deux parties des Fleurs du mal : Spleen et Idéal et Tableaux parisiens).

Seule la dernière pièce du recueil (Épilogue) est en vers. Contenu[modifier | modifier le code] Les Paradis artificiels. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Paradis artificiels

Les Paradis artificiels est un essai de Charles Baudelaire paru en 1860, où le poète traite de la relation entre les drogues et la création poétique. Baudelaire met cependant en question l'intimité du lien qui pourrait exister entre les drogues et le poète, le poète véritable n'ayant pas besoin de drogues pour trouver l'inspiration. La seconde partie est un commentaire du livre Confessions d'un mangeur d'opium anglais de Thomas de Quincey paru en 1821.

Pour l'écriture de cette partie, Baudelaire oscille entre passages traduits, commentaires littéraires, philosophiques et biographiques. Les Fleurs du mal. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Fleurs du mal

Unique recueil de poèmes en vers de Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal englobent la quasi-totalité de sa production poétique, de 1840 jusqu'à sa mort survenue fin août 1867. Publié le 25 juin 1857, réédité dans des versions différentes en 1861, 1866 puis 1868, ce recueil est l’une des œuvres majeures de la poésie moderne. Ses quelque 150 pièces, empreintes d’une nouvelle esthétique où l'art poétique juxtapose une réalité souvent crue – voire triviale – à la beauté la plus ineffable, exerceront une influence considérable sur des poètes ultérieurs aussi éminents que Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé.

Historique[modifier | modifier le code] Genèse (dès 1841)[modifier | modifier le code] La genèse du recueil reste mal connue. Les plus anciennes pièces remontent vraisemblablement à 1841 (Une nuit que j'étais près d'une affreuse Juive et À une dame créole[1]). Première édition (1857)[modifier | modifier le code] Dans Les Bijoux : Edgar Allan Poe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Edgar Allan Poe

Après l’échec de son roman Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, Poe réalise son premier recueil d’histoires, les Contes du Grotesque et de l’Arabesque, en 1839. La même année, il devient rédacteur au Burton's Gentleman's Magazine, puis au Graham's Magazine à Philadelphie. C'est à Philadelphie que nombre de ses œuvres parmi les plus connues ont été publiées. Dans cette ville, Poe a également projeté la création de son propre journal, The Penn (plus tard rebaptisé The Stylus), qui ne verra jamais le jour.

En , il déménage à New York, où il travaille au Broadway Journal, un magazine dont il devient finalement l’unique propriétaire. L'influence de Poe a été et demeure importante, aux États-Unis comme dans l'ensemble du monde, non seulement sur la littérature, mais également sur d'autres domaines artistiques tels le cinéma et la musique, ou encore dans des domaines scientifiques. Double assassinat dans la rue Morgue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Double assassinat dans la rue Morgue

Double assassinat dans la rue Morgue (The Murders in the Rue Morgue) est une nouvelle de l’écrivain américain Edgar Allan Poe, parue en avril 1841 dans le Graham's Magazine, traduite en français par Isabelle Meunier[1] puis, en 1856, par Charles Baudelaire pour le recueil Histoires extraordinaires. C'est la première apparition du détective inventé par Poe, le chevalier Auguste Dupin qui doit résoudre l'énigme d'un double meurtre incompréhensible pour la police. Cet enquêteur revient dans les nouvelles Le Mystère de Marie Roget et La Lettre volée. Résumé[modifier | modifier le code] Guy de Maupassant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guy de Maupassant

Henry René Albert Guy de Maupassant Portrait par Nadar Œuvres principales Signature Biographie. Le Horla. Émile Zola. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émile Zola

Émile Zola Autoportrait au béret, Émile Zola, 1902. Œuvres principales Compléments Sa vie et son œuvre ont fait l'objet de nombreuses études historiques. Biographie Enfance et adolescence provençale (1840 - 1858) Émile Zola enfant avec ses parents vers 1845. Victor Hugo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victor Hugo

Portrait de Victor Hugo par Nadar. Œuvres principales Victor Hugo. Victor Hugo : conscience et combats. Musée Victor Hugo. Victor HUGO. Victor Hugo. Toute sa vie Victor Hugo a été un farouche abolitionniste. Ce combat contre la peine de mort est d'abord mené au moyen de son oeuvre littéraire.

Dans deux romans, Le dernier jour d'un condamné (1829) et Claude Gueux (1834), il dépeint la cruauté des exécutions capitales auxquelles il a assisté dans son enfance. Fiodor Dostoïevski. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Fiodor Dostoïevski Dostoïevski en 1876. Les Frères Karamazov. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Frères Karamazov (en russe : Братья Карамазовы) est le dernier roman de l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski qu'il a écrit dans son appartement de la rue Iamskaïa.

Il a été publié sous forme de feuilleton dans le magazine Ruskii Vestnik (Le Messager russe) de janvier 1879 à novembre 1880. Les Frères Karamazov est un roman qui explore des thèmes tels que Dieu, le libre arbitre ou la moralité. Le Joueur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Joueur (Игрок) est un roman de l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski, paru en 1865.

Rédigé[1] dans l'urgence, le roman a été dicté en vingt-sept jours[2] à Anna Grigorievna Snitkina[3]. Pressé par son éditeur Stellovski à qui il avait promis ce roman, contemporain de Crime et Châtiment, Dostoïevski néanmoins en a fait une œuvre marquante. L'Idiot. Souvenirs de la maison des morts.

Donatien Alphonse François de Sade. Les Cent Vingt Journées de Sodome. Salò ou les 120 Journées de Sodome. Justine ou les Malheurs de la vertu. Comte de Lautréamont. Les Chants de Maldoror.