background preloader

ECRIVAINS

Facebook Twitter

Les salons littéraires féminins au XVIIIe par un professeur de lettres. Arthur Rimbaud par Georges Rodenbach (1898) L’Abyssinie est d’actualité.

Arthur Rimbaud par Georges Rodenbach (1898)

Les ambassadeurs abyssins visitent la France après avoir promené dans Paris leurs manteaux brodés d’or et leurs pagnes de cotonnade. En même temps qu’eux, arrivait le comte Leontieff, ramené par une malencontreuse blessure reçue là bas. Et ces derniers jours, le prince d’Orléans nous donna ses impressions publiques sur l’Abyssinie :« Tant de voyageurs français viennent de redescendre tous plus ou moins désillusionnés sur le compte de l’Abyssinie et des Abyssins. Aujourd’hui, en effet, les routes sont ouvertes, largement parcourues. » Or, n’est ce pas curieux de songer qu’il y eut là un précurseur tout à fait imprévu et extraordinaire, un voyageur d’âme aventureuse qui n’était ni un explorateur ni un envoyé, ni un missionnaire, mais tout simplement un poète devenu marchand, c’est-à dire cet étonnant Arthur Rimbaud, l’ami de Verlaine, si en vogue dans les chapelles littéraires de ces dernières années ?

Rimbaud aussi s’écriait déjà dès le collège : D.A.F. de Sade. Sade reste un auteur dérangeant deux siècles après sa mort en 1814. « Divin marquis », « grand seigneur méchant homme », et autres épithètes sont autant de masques qui révèlent des facettes de l’écrivain et philosophe mais peuvent aussi égarer ses lecteurs...

D.A.F. de Sade

De nos jours, la pornographie la moins soutenable est accessible en un clic, pornographie dont l’étymologie [1] révèle bien ses accointances avec le monde d’un nihilisme moderne par lequel, selon Gianni Vattimo, tout est réduit à sa valeur d’échange. Et pourtant Sade dérange... Dans sa magnifique biographie en trois tomes sur Donatien de Sade — Sade vivant (1986, 1989 & 1990) — J. -J. Pauvert rappelle : « tout se passe au fond comme si depuis près de deux cents ans un siècle, puis l’autre avaient inventé deux manières inverses et successives de se débarrasser des questions que pose l’œuvre de Sade en travestissant son personnage.

Il serait bien présomptueux d’affirmer que le présent dossier a pour but de faire lire Sade autrement. Le Voyageur lu par Apollinaire. Le 24 décembre 1913, à 11 heures, Ferdinand Brunot (et Madame), l’ingénieur délégué par Pathé : Ravenet, les écrivains Paul Fort, Guillaume Apollinaire, André Billy et André Salmon se retrouvent aux Archives de la parole pour une séance d’enregistrement.

Le Voyageur lu par Apollinaire

Guillaume Apollinaire dit et enregistre trois de ses poèmes : Le Voyageur, Le Pont Mirabeau et enfin Marie. Puis, d’après André Salmon qui relate la séance, "il s’écoute, non sans stupeur. Ses amis le retrouvent, mais il ne se reconnaît pas ! Il est en effet des organes profonds de perception auditive dont nous ne jouissons que grâce au phonographe [...] lorsqu’il nous renvoie cette propre voix qui étouffe, quand nous parlons, les dites perceptions profondes, trop délicates ; les voix intérieures eût dit Hugo qui eût aimé l’invention du professeur Brunot.

L'Internationale lettriste. En 1951, au festival du cinéma à Cannes, Guy Debord, alors âgé de dix-neuf ans, rencontre le groupe lettriste d’Isidore Isou qui, sous les huées, projette un film intitulé "Traité de Bave et d’Eternité" ; un film composé de collages d’images récupérées, parfois détériorées, avec en bande sonore des poésies onomatopéiques et des monologues.

L'Internationale lettriste

L’oeuvre se situe dans une filiation du dadaïsme et du futurisme italien ; en particulier, dans celle de Kurt Schwitters et de son "Ursonate". Isou et les lettristes (Maurice Lemaître, Gil J. Wolman), reprenant la charge iconoclaste des dadaïstes et des premiers surréalistes, veulent porter à son terme l’autodestruction des formes artistiques. L’art traditionnel est déclaré mort ; l’une des alternatives proposées est le détournement (par des collages réutilisant des éléments déjà existants pour de nouvelles créations). De 1952 à 1954 paraissent quatre numéros de l’Internationale Lettriste ; suivent, de 1954 à 1957, vingt-neuf numéros de Potlatch. Lire Céline aujourd'hui :Conférence de Philippe Sollers. Malcel Proust (documentaire de 1962) Marcel Proust - Une vie d'écrivain [1992] [Subtítulos en español] Documentaire Bataille Georges Un siècle d'écrivains. Emil Cioran - documentaire "Un siècle d'écrivains"

En Compagnie d'Antonin Artaud, FILM ENTIER de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (1993) La véritable histoire d'Artaud, le momo - 1993 - DOCUMENTAIRE ENTIER - 1er film. LAUTRÉAMONT – Une vie, une œuvre (émission de radio, France Culture, 1992) El abecedario de Gilles Deleuze (1988) - De la "N" a la "Z" - Español. Por otra parte, Jacques Derrida. Jacques Lacan parle. François Maspero : « Aller au-devant du monde » Chris Marker, On vous parle de Paris - Maspero, les mots ont un sens, 1970.avi. George Steiner : La barbarie de l'ignorance. Lucien Jerphagnon : De Socrate à Jankélévitch. Lucien Jerphagnon : La découverte de soi. Jankélévitch dialogue avec Michel Serres sur la disparition de la philosophie (1975)

¨PhilO - Michel Serres - Le temps des crises (19 février 2010) PhilO - Elisabeth Badinter - Peut-on être une femme sans être une mère? (19 mars 2010) Elisabeth Badinter, A Contre-Courant. Jean Baudrillard_La violence faite aux images. Jean Baudrillard (1929-2007) : Une vie, une oeuvre. La Féminité d'Alain BADIOU. Louis Ferdinand Celine - Interview. Louis-Ferdinand CÉLINE - Entretien avec Francine BLOCH (1959) Qu'est-ce que l'acte de création? par Gilles Deleuze sous-title français / sub. French. Bourdieu - Entretien pour "Chercheurs de notre temps" (1991) Lévi-Strauss - Entretien avec Jacques Chancel (1988) Radioscopie - Michel Foucault.

Gaston Bachelard parmi nous, ou l'héritage invisible. Philosophie et vérité (1965) - Badiou, Canguilhem, Dreyfus, Foucault, Hypolite, Ricoeur. Jean Paul Sartre - Interview - 1967.