background preloader

Inégalités scolaires

Facebook Twitter

FMR FLASH ECONOMY 2016 320 18 03 2016 FR. L’inégalité intergénérationnelle dans quatre grands pays de l’UE : un seul modèle peut-il tout expliquer ? Francesco Vona L’ampleur des différences de mobilité sociale entre les pays est sujet à beaucoup de débats à la fois politiques et académiques.

L’inégalité intergénérationnelle dans quatre grands pays de l’UE : un seul modèle peut-il tout expliquer ?

Les pays scandinaves, relativement égalitaires d’un côté, et de l’autre les pays anglo-saxons, où les inégalités sont plus prononcées, sont souvent pris comme exemples extrêmes pour corroborer une explication fondée sur le capital humain. Press note France. Les souhaits d’orientation scolaire des familles ouvrières en fin de 3e Poullaouec. La féminisation des filières scientifiques recule à nouveau en France. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gaëlle Picut L’étude annuelle MutationnElles-Y Factor 2015, publiée le 30 novembre, confirme une stagnation, voire un déclin de la féminisation des formations scientifiques et techniques dans les pays occidentaux, dont la France, et une lente progression dans le monde, avec de fortes disparités régionales.

La féminisation des filières scientifiques recule à nouveau en France

Malgré toutes les opérations menées en France, ces dernières années, pour attirer les jeunes filles vers les études scientifiques et techniques (hors santé), certaines filières d’étude dans l’enseignement supérieur voient la proportion de femmes décliner. C’est le cas en informatique (-6), en agronomie (- 4 points en 10 ans), en science (- 5 points) et en ingénierie (-2). Les deux étapes du déclin Pourtant ces métiers offrent généralement d’excellents débouchés et des rémunérations attractives. C’est sur la gestion de carrière, que le niveau de satisfaction reste le plus faible (55 %) chez toutes les femmes interrogées. Yann Algan : "Le secret de la réussite scolaire ne réside pas dans le QI"

Pourquoi les enfants d’ouvriers réussissent moins bien à l’école que ceux des cadres ? 19 novembre 2015 - Les enfants des catégories populaires sont-ils moins intelligents ou moins travailleurs ?

Pourquoi les enfants d’ouvriers réussissent moins bien à l’école que ceux des cadres ?

Pourquoi les écarts de niveau scolaire se creusent-ils entre les enfants de milieux sociaux différents dès l’école primaire ? Les explications de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du Centre d’observation de la société. Au CP, parmi les enfants d’ouvriers non qualifiés, 15 % figurent parmi les 10 % les plus faibles aux évaluations et 5,7 % parmi le dixième le plus fort, selon les données 2011 du ministère de l’Éducation [1]. Les chiffres sont respectivement de 2,9 % et 19 % pour les enfants de cadres supérieurs. Si l’on part de l’hypothèse que la réussite scolaire ne se transmet pas avec les gênes, ces résultats posent la question de la relation entre l’école et le milieu social des parents.

Ces facteurs n’expliquent pas tout. La façon dont l’école est faite a aussi son importance. 5jrqj7vfcr42. Note 36 geographie ascension sociale ok. Nicolas Charles : "La France défend une conception corporatiste de l'égalité scolaire" Dans votre ouvrage, vous comparez les systèmes d'enseignement supérieur français, anglais et suédois.

Nicolas Charles : "La France défend une conception corporatiste de l'égalité scolaire"

À partir de ces comparaisons, vous montrez que l'organisation de l'enseignement supérieur sous-tend une conception différente de la justice sociale selon les pays. Cela signifie-t-il que tous les pays n'accordent pas la même importance à la méritocratie ? Tous les pays visent un système méritocratique. Mais tous ne le mettent pas en œuvre de la même manière. En France, la méritocratie scolaire est au cœur de la conception de la justice sociale. En Angleterre, en revanche, la motivation des candidats et leur histoire personnelle sont davantage prises en considération. Quant à la Suède, elle se distingue par l'existence de deux procédures de sélection différentes à l'entrée de toutes les formations.

L’école, mission égalité ? 7 janvier 2014 - Assurer l’accès de tous au savoir est l’une des missions fondamentales de la République.

L’école, mission égalité ?

En théorie. Mais en pratique, l’accès au savoir n’est pas le même pour tous les élèves. L’école pour tous ? L’école permet à tous de mieux comprendre le monde, de connaître ses droits pour mieux les faire respecter, et d’acquérir des savoirs et des savoir-faire. En théorie, chaque enfant doit pouvoir faire les études qu’il souhaite, en fonction des efforts qu’il fournit. Le flux d’entrée. Un système scolaire ségrégatif et reproductif - Le système éducatif français en panne - Dossiers. Des enquêtes PISA guère flatteuses pour l’école française Dans un article intitulé " Le système éducatif français dans l’OCDE : quelles performances?

Un système scolaire ségrégatif et reproductif - Le système éducatif français en panne - Dossiers

" (Cahiers français, "L'École en crise ? ", La Documentation française, n° 368, mai juin 2012), Georges Felouzis dresse un bilan des évolutions de l’école en France entre 2000 et 2009 du point de vue des compétences des élèves et des inégalités scolaires, à partir de l’édition 2009 de l’enquête PISA (Programme for International Student Assessment). «…en moins de dix ans, l’école française laisse plus d’élèves au bord de la route et augmente légèrement sa proportion d’élèves très bons : les écarts de compétences entre élèves se creusent donc.

L'égalité des chances mise à mal - Le système éducatif français en panne - Dossiers. Des inégalités précoces Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, visite une école à Brie-Comte-Robert, mai 2012.

L'égalité des chances mise à mal - Le système éducatif français en panne - Dossiers

Discriminations et inégalités à l'école - 90-fevrier-2014. Marie Duru-Bellat : L’emprise du diplôme sur la société. La méritocratie contre la cohésion sociale. Rien ne prouve a priori qu’une école ouverte et équitable produise une société plus mobile et plus juste.

Marie Duru-Bellat : L’emprise du diplôme sur la société. La méritocratie contre la cohésion sociale

Rien ne prouve que le système apparemment « méritocratique et juste » du diplôme soit facteur d’égalité dans une société. Et pour être précis : au contraire. Marie Duru-Bellat, Le mérite contre la justice. D'où l'intérêt qu'il peut y avoir pour des sociologues d'enquêter sur les représentations que les agents sociaux placent derrière le concept de justice selon leur situation.

Marie Duru-Bellat, Le mérite contre la justice

Pour un exemple, cf. François Dubet (dir.), Injustices. L'expérience des inégalités au travail, Paris, Seuil, 2006 Cf Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité, Paris, Raisons d'Agir, 2009 Cf The Bell Curve. Pour une démonstration éclairante de la dimension éminemment collective des œuvres d'art, voir Howard Becker, Les Mondes de l'art, Paris, Flammarion, 1988 [1982]

L'influence des relations entre élèves. Copain-copine, camarades de classe, amis de collège..., les relations interpersonnelles sont cruciales dans le développement de l'enfant.

L'influence des relations entre élèves

Comment s'instaurent-elles ? Exercent-elles des effets sur les résultats scolaires ? La psychologie sociale et les sciences de l'éducation apportent des éléments de réponse. L'étude des relations sociales chez les enfants et les adolescents fait l'objet de recherches depuis plus de soixante ans en Europe et aux Etats-Unis. Un nombre important de travaux a démontré l'importance des relations interpersonnelles dans le développement social, émotionnel et cognitif de l'enfant (1). Article de 10449 mots. Maître de conférences en psychologie à l'université François-Rabelais de Tours, elle a collaboré à : Le Défi éducatif.