background preloader

Etat dans l'économie

Facebook Twitter

17 27 finances publiques web. Trente ans de politique budgétaire Des déficits le plus souvent pro-cycliques La France est en déficit budgétaire de manière continue depuis le milieu des années 1970, ce qui a conduit la dette publique à représenter environ 20 % du PIB en 1975 puis 96,2 % en 2015 (graphique 1).

Si les deux dernières récessions de 1992-1993 et 2008-2009 expliquent les pics de déficit et les épisodes de hausse rapide de l’endettement, le solde des administrations publiques est déficitaire depuis quarante ans, y compris lors des périodes les plus fastes. Cette persistance du déficit public renvoie à une hausse tendancielle du niveau des dépenses publiques, de 46 % du PIB en 1980 à 57 % en 2015, qui n’a pas été accompagnée d’une hausse parallèle des recettes (celles-ci sont passées de 46 % à 53,5 %) (graph H1).

Cette dérive n’a pas été la contrepartie d’une politique contra-cyclique de soutien de l’activité économique en période de ralentissement. Un ajustement post-crise d’abord par des hausses d’impôts. Pourquoi la Grèce ne parvient-elle pas à se désendetter ? Par Sébastien Villemot Entre 2007 et 2015, la dette publique grecque est passée de 103 % à 179 %[1] du PIB (voir graphique ci-dessous).

Pourquoi la Grèce ne parvient-elle pas à se désendetter ?

L’augmentation du ratio a été ininterrompue, exceptée une baisse de 12 points en 2012 à la suite de la restructuration imposée aux créanciers privés, et ce malgré l’application de deux programmes d’ajustement macroéconomique (et le commencement d’un troisième) dont l’objectif était précisément de redresser les comptes publics grecs. L’austérité a plongé le pays dans une spirale récessive et déflationniste, rendant son désendettement difficile sinon impossible, ce qui pose avec acuité la question d’une nouvelle restructuration.

Comment expliquer cet échec ? Piloter le budget de l'État. C5 - Régulations et déséquilibres macroéconomiques - Bienvenue sur Inverséco. Comment réduire les dettes publiques. Il y a cinq façons de diminuer un endettement excessif.

Comment réduire les dettes publiques

Et leurs conséquences diffèrent. La victoire de Syriza, en Grèce, a remis la question des dettes publiques à l'ordre du jour en Europe. Aujourd'hui, tous les Etats de la zone euro, à l'exception de la Grèce, trouvent pourtant à se financer sur les marchés à des taux d'intérêt très bas, voire pour certains d'entre eux à des taux négatifs. Mais, même très faibles, ces taux ne suffisent pas à réduire l'endettement de la zone. En outre, rien n'assure qu'ils resteront aussi bas dans le futur.

Les Norvégiens, tous millionnaires. C’est une augmentation colossale qui résume à elle seule la progression des actifs mondiaux.

Les Norvégiens, tous millionnaires

Créé en 1996 pour placer les excédents de ses recettes pétrolières, le fonds souverain norvégien a vu sa taille doubler en trois ans. Www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/na-fs-depenses-publiques-ok_0.pdf. Www.societegenerale.com/sites/default/files/documents/EcoNote16_Dette_FR.pdf. Les Comptes nationaux de la santé en 2012 - er851. Les Comptes nationaux de la santé en 2012.

Le montant des dépenses courantes de santé s’élève à 243 milliards d’euros en 2012, soit 12 % du produit intérieur brut (PIB).

Les Comptes nationaux de la santé en 2012

La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), qui en représente les trois quarts, atteint pour sa part 183,6 milliards d’euros. Entreprises - Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État au 31 décembre 2012. Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État au 31 décembre 2012 Résumé Fin 2012, l'État contrôle près de 1 400 sociétés en France, qui emploient 797 500 salariés.

Entreprises - Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État au 31 décembre 2012

Par rapport à 2011, le nombre de sociétés contrôlées par l'État diminue de près de 130 unités ; en revanche, le nombre d'emplois de ces sociétés progresse de 1,6 %. Comprendre la dette publique en quelques minutes. La dette est-elle une institution dangereuse ? Recensé : David Graeber, Dette : 5000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent, 2013, 624 p., 29,90 € (David Graeber, Debt : The First 5000 Years, New York, Melville House, 2011).

La dette est-elle une institution dangereuse ?

Compte tenu des crises de la dette qui touchent actuellement le monde occidental, de la crise des subprimes aux crises des finances publiques, il n’est guère surprenant qu’un ouvrage radical et compliqué traitant de l’histoire de la dette finisse sur la liste des bestsellers de l’année. L’auteur, David Graeber, est l’un des principaux intellectuels militant au sein des mouvements Global Justice et Occupy [1] ; il se définit lui-même comme un « anthropologue anarchiste [2] ». Depuis qu’il s’est vu refusé un poste permanent dans des circonstances controversées par l’université de Yale, il est professeur à la London School of Economics. Ce qui manquera aux économistes Une histoire de la dette et de l’argent durant le dernier millénaire.