background preloader

Ecoles de commerce

Facebook Twitter

Ecoles de commerce : se retrouver dans le maquis des labels, grades et visas des diplômes. Les écoles jouent volontiers sur des formulations ambivalentes pour mettre en avant la valeur de leurs diplômes.

Ecoles de commerce : se retrouver dans le maquis des labels, grades et visas des diplômes

Petit guide des reconnaissances, équivalences, visas, grades et accréditations. Intégrer un IAE, mode d’emploi. L’entrée dans une école universitaire de management tient plus du recrutement que du concours.

Intégrer un IAE, mode d’emploi

Mieux vaut peaufiner sa candidature. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Djavadi Si vous espérez rejoindre le master en gestion des ressources humaines (RH) de l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Dijon, ne retirez pas votre dossier de candidature à la dernière minute. A côté des traditionnelles rubriques sur vos études et vos résultats universitaires, on vous demandera aussi de remplir un questionnaire sur la fonction RH. Et un manuel de management ne vous sera d’aucune utilité pour vous acquitter de cette mission : ce qui intéresse les professeurs qui recevront votre dossier, c’est votre réflexion sur le métier et le recul pris sur vos expériences.

Ecoles de commerce, IAE : les clés pour choisir sa formation en management. Pourquoi les frais de scolarité dans les business schools françaises ont-ils plus que doublé en vingt ans ?

Ecoles de commerce, IAE : les clés pour choisir sa formation en management

Concurrencés par les formations universitaires des IAE, ces cursus restent-ils intéressants malgré tout ? Le tour de la question avec nos reportages et témoignages. HEC, Essec, ESCP Europe, EM Lyon, Iéseg, Audencia, EM Lyon, Skema, Neoma... Les écoles de commerce françaises ont dominé, comme chaque année, le classement mondial des masters en management du Financial Times 2016, qui fait figure de référence. Une réussite qui s’appuie sur des établissements presque tous privés, et de plus en plus coûteux. Concours Post-Bac (ACCES, SESAME, TEAM, PASS, ATOUT+3, …) : 7 conseils pour bien s’y préparer! Les épreuves sont spécifiques à chaque concours et sont souvent hors du champ du programme de Terminale.

Concours Post-Bac (ACCES, SESAME, TEAM, PASS, ATOUT+3, …) : 7 conseils pour bien s’y préparer!

Par conséquent, si l’on souhaite se faire accompagner par une aide extérieure, s’assurer que le professeur est véritablement familier de ces concours. ;;;;;• 1- Bien se documenter sur les écoles visées en se procurant toutes les brochures et en visitant les sites Internet des écoles mais aussi en participant aux Journées Portes Ouvertes Ces journées permettent de visiter les locaux mais surtout de rencontrer les professeurs et les élèves et de bien comprendre les spécificités de chaque école afin de s’assurer qu’elles correspondent aux attentes du candidat. Cette visite servira également le jour de l’entretien oral à prouver l’intérêt que l’on porte à l’école. ;;;;;• 2- Attaquer la préparation des épreuves écrites plusieurs mois à l’avance. Comme une compétition sportive, un concours ne se prépare pas au dernier moment. Insertion professionnelle : un léger mieux à la sortie des grandes écoles. Les classes prépas valent-elles encore la peine ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Eric Nunès Dossier spécial « Classes prépas ».

Les classes prépas valent-elles encore la peine ?

En perte de vitesse, et objets de critiques récurrentes, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) représentent-elles toujours un choix pertinent à l’heure de choisir son orientation dans le supérieur ? Sigem 2016 : Les écoles de commerce à l’épreuve des choix des élèves de prépa. HEC, Essec, ESCP Europe, EM Lyon, Edhec...

Sigem 2016 : Les écoles de commerce à l’épreuve des choix des élèves de prépa

Le positionnement des cinq écoles préférées des préparationnaires semble gravé dans le marbre depuis des années. Une tendance bien partie pour durer : en 2015, HEC a remporté 99% de ses duels avec l'Essec, qui a remporté 93% des siens avec l'ESCP Europe. Cela signifie que, pour 100 étudiants admis à la fois à HEC et à l'Essec et ayant fait le choix d'intégrer l'une ou l'autre, 99 ont préféré la première.

Cliquez sur la photo pour accéder au tableau. Le bachelor, une épine dans le pied des universités. Les élèves de bachelor de Toulouse Business School.

Le bachelor, une épine dans le pied des universités

Avec quelque 1.450 inscrits dans les trois années de ce programme, l’école est celle qui en compte le plus gros effectif (Photo Christian Rivière). La montée en puissance des « bachelors », tant dans les écoles de management que dans les écoles d’ingénieurs (Arts & Métiers, Polytechnique) et même dans d’autres disciplines (hôtellerie, design…), dérange et irrite les universités. La Conférence des présidents d’université s’est même fendue récemment d’un communiqué rageur contre ces programmes, intitulé « Stop à la confusion et à la multiplication des noms de diplômes« , rappelant qu' »en France, le bachelor s’appelle la licence » et qu’inversement, « à l’international, la licence est un bachelor« .

Le président de l’Union nationale des présidents d’IUT, Jean-Paul Vidal, s’inquiète lui aussi de l’essor des bachelors, qui représente « un risque pour les IUT« . En réalité, le problème n’est pas seulement d’ordre sémantique. Concours : les grandes écoles misent de plus en plus sur les oraux. Le bachelor séduit les étudiants... mais dérange les universités. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Benoît Floc'h Le bachelor séduit, et cela commence à rendre les universités nerveuses.

Le bachelor séduit les étudiants... mais dérange les universités

Au point que celles-ci tapent du poing sur la table et demandent officiellement à l’Etat de mettre de l’ordre dans le premier cycle postbac. La Conférence des présidents d’université (CPU) a ainsi diffusé un communiqué le 8 avril : « Bachelor et licence : stop à la confusion. » Bachelor : bien plus qu’une mode, un tournant majeur ? Un groupe de travail sur le campus de Toulouse Business School à Barcelone, où l'école propose son bachelor.

Bachelor : bien plus qu’une mode, un tournant majeur ?

Très peu présent dans l'Hexagone il y a une dizaine d'années, un cursus d'origine anglo-saxonne connaît aujourd'hui une croissance rapide, en particulier dans les écoles de gestion : le bachelor. Certains y voient un simple phénomène de mode - tout ce qui vient du monde anglo-saxon est accueilli à bras ouvert dans notre pays - appelé à disparaître rapidement. D'autres estiment que ce cursus à bac + 3 ou bac + 4 est pour les étudiants un habile moyen de "contourner" les classes préparatoires pour décrocher in fine un diplôme de grande école, et qu'en outre nombre d'écoles l'utilisent pour renflouer leurs caisses.

Une faille du système d'enseignement supérieur Il y a sans doute une part de vérité dans ces différents points de vue. Cette faille, c'est qu'il existe finalement peu de "sorties professionnelles" au niveau bac + 3. Les admissions parallèles, un bon plan vers les grandes écoles ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Eric Nunès Dossier spécial « admissions parallèles ».

Les admissions parallèles, un bon plan vers les grandes écoles ?

Tous les chemins, ou presque, mènent à une grande école ! Pour progresser jusqu’au titre d’ingénieur ou au diplôme d’une école de commerce, il est désormais moins fréquent de suivre une classe prépa que d’entrer via les admissions parallèles, souligne la Conférence des Grandes écoles (CGE) : 15 223 étudiants, soit plus de 40 % des entrants de la rentrée 2013, étaient ainsi issus d’un DUT ou BTS, d’un cursus universitaire (de la L1 au master), ou encore d’un bachelor (français ou étranger). Comment ces passerelles se sont-elles multipliées ? Un bac +2 ou +3, plus sûr que la prépa Certaines écoles ont fait le choix d’ouvrir largement leurs portes à ces profils, ainsi qu’aux étudiants issus de l’université ou des bachelors, diplôme bac +3 répandu à l’étranger.

Ecoles de commerce : la montée des admissions parallèles. A priori, les chiffres parlent d’eux-mêmes : selon les données les plus récentes de la Conférence des grandes écoles (CGE), 53 % des entrants dans les business schools passent désormais par les admissions parallèles – après un BTS ou un DUT, un cycle universitaire ou un cursus international. Elles sont donc devenues la première voie d’accès à ces écoles. Les étudiants issus des classes préparatoires, de leur côté, ne représentent plus que 37 % des inscrits, les 10 % qui restent intégrant leur école juste après le bac.

Pour autant, faut-il parler de déclin des prépas ? On en est loin. Car il faut nuancer le constat : les écoles de tête continuent de miser en priorité sur les candidats qui y ont été formés – HEC, par exemple, n’accepte pas d’admissions parallèles en première année. . « En réalité, les effectifs des prépas ont continué d’augmenter ces dernières années, souligne Stéphan Bourcieu, directeur général de l’ESC Dijon-Bourgogne.

Passer le bac et intégrer aussitôt une école. LE MONDE DE L'EDUCATION | • Mis à jour le | Par Martin Rhodes Dossier spécial APB 2016. Frais de scolarité : les écoles de commerce toujours plus haut - Enquête sur Educpros. Les écoles de commerce après prépa ont franchi la moyenne des 10.000 euros par an à la rentrée 2015. Un seuil limite ? Plutôt un palier : entre la réforme de la taxe d'apprentisage, la baisse des subventions des CCI d'un côté, et les besoins en recherche de l'autre, la hausse des tarifs semble inéluctable. Le prix annuel moyen des écoles de commerce post-prépa est passé de 9.907 euros à la rentrée 2014 à 10.252 euros à la rentrée 2015, passant ainsi le seuil symbolique des 10.000 euros.

L'augmentation moyenne sur cette même période est de 346 euros.Certaines écoles ont toutefois connu une hausse de l'ordre de 10%. Comment bien choisir son école de commerce. Après une prépa bien sûr mais aussi dès le bac ou après une licence, un BTS, un DUT ou encore un bachelor, il y a aujourd'hui des dizaines de façon d’intégrer une école de commerce et de management. Pour autant, la prépa reste la voie royale vers les toutes meilleures. Un vaste choix de stratégies est donc ouvert selon son profil et son parcours. Ecoles de commerce : la folie des grandeurs. Xavier Cornu : "Les fonds privés ont bien compris l’intérêt d’investir dans l’éducation" Vous vous êtes occupé d’enseignement supérieur au sein de la CCI de Paris-Île-de-France pendant trente ans. Qu’est-ce qui a changé en trois décennies ? D’abord, je suis frappé par la massification de l’enseignement. Palmarès. Les écoles de commerce postbac montent en gamme.

Le blues de l’élève de prépa à l’école de commerce. D’où viennent les élèves des écoles de commerce ? SIGEM - Résultats des concours prépa HEC. Le blues de l’élève de prépa à l’école de commerce.