background preloader

Développement durable

Facebook Twitter

Et si l'on accélérait ? Abrégé du Manifeste convivialiste. Declaration d’interdependance[1] Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de ressources matérielles et de compétences techniques et scientifiques.

Abrégé du Manifeste convivialiste

23 % de la mortalité mondiale liés à l'environnement. Vous êtes ici Accueil > Actualités > 23 % de la mortalité mondiale liés à l'environnement 23 % de la mortalité mondiale liés à l'environnement Le 16 Mars 2016 Le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé l'atteste : près d'un quart des décès dans le monde est dû à l'environnement.

23 % de la mortalité mondiale liés à l'environnement

En 2012, 12,6 millions de personnes ont contracté une maladie due à l'insalubrité de leur environnement personnel et/ou professionnel. Quelles causes ? Fabrice Flipo et Christian Pilichowski, L’écologie, combien de divisions ? La lutte des classes au vingt et unième siècle. Idriss J. Aberkane : Gunter Pauli, le Steve Jobs du développement durable. Agnès Sinaï (dir.), Économie de l’après-croissance. Politiques de l’Anthropocène II. 1 Voir la recension de Marie Duru-Bellat sur du premier tome : 1Cet ouvrage constitue le deuxième volet de la série Politiques de l’Anthropocène, publiée sous la direction d’Agnès Sinaï1.

Agnès Sinaï (dir.), Économie de l’après-croissance. Politiques de l’Anthropocène II

Les dix contributeurs étudient les théories économiques qui ont alimenté l’idée d’une croissance économique indéfinie ainsi que les nouvelles « utopies » que sont censées représenter la croissance verte ou l’économie circulaire. Tous nous mettent en garde face aux « mirages » de la théorie économique dominante et nous invitent à explorer les pistes d’une économie biophysique. A new ecological macroeconomic model. Fabrice Flipo, Le développement durable. 1Le développement durable, concept qui s’est largement popularisé depuis son apparition à la fin des années 1980, n’en reste pas moins très vague pour un certain nombre de nos concitoyens.

Fabrice Flipo, Le développement durable

La collection « Thèmes et Débats » de Bréal se donnant pour objectif d’éclairer des questions de société, propose avec l’ouvrage de Fabrice Flipo, spécialiste reconnu qui travaille sur ce thème depuis longtemps, une entrée en matière intéressante. Cet ouvrage s’adresse clairement par le choix de ses entrées à un public qui se veut le plus large possible, en choisissant de balayer les grands enjeux de la question. Une économie post-croissance est-elle compatible avec Keynes ? Réponse : OUI.

Une économie post-croissance est-elle compatible avec Keynes ?

Pas forcément compatible avec ce que certains keynésiens nous disent, mais compatible avec Keynes, j’en suis désormais convaincu après une récente table ronde avec de bons spécialistes de Keynes, dont mes amis lillois Franck Vandevelde et Laurent Cordonnier. Des échanges auxquels participaient également Christophe Ramaux et Bruno Tinel, dont la position n’est pas identique, mais des convergences semblent possibles.

Je distinguerai dans ce billet d’une part le court terme : la crise actuelle nous invite, Keynes à l’appui, à sortir de la récession et des politiques d’austérité. Et d’autre part le moyen et le long terme : la crise écologique est gravissime et il faut prendre, VITE, un virage vers une économie post-croissance, une « prospérité sans croissance ». Les coûts sociaux de l'entreprise privée. Bravo à l'Institut Veblen et aux Petits matins d'avoir fait remonter à la surface cette belle pépite, enfouie dans les rayons des bibliothèques depuis sa parution en 1950.

Les coûts sociaux de l'entreprise privée

L'économiste germano-américain Karl William Kapp nous y explique que l'action économique privée induit des coûts sociaux qui ne sont pas pris en compte par les systèmes de prix et dont le poids est finalement supporté par la collectivité. Le livre tient ainsi en permanence deux niveaux de discours, l'un explicitant ces coûts sociaux, l'autre dénonçant leur non-prise en compte par la théorie économique dominante.

Indicateurs de DD

Ellen MacArthur : "Notre objectif est de modifier le système, pas les comportements" Comment définiriez-vous la consommation durable ?

Ellen MacArthur : "Notre objectif est de modifier le système, pas les comportements"

Quand on dit consommation durable, on pense immédiatement à la provenance des produits, à la réduction des déchets... Mais ce que nous proposons à la Fondation Ellen MacArthur, c’est de penser davantage en amont. Je m’explique : nous considérons qu’il est préférable de concevoir au départ un système plus vertueux qui, justement, ne fasse pas porter au consommateur la responsabilité du « bon choix ». Le-dd-la-2-etap.jpg (Image JPEG, 355 × 500 pixels) Bilan de la prospérité. Recensé : Isabelle Cassiers, dir., Redéfinir la prospérité.

Bilan de la prospérité

Jalons pour un débat public. Ed. de l’Aube, 2011, 282 p. Bertrand Zuindeau (ed.), Développement durable et Territoire, Presses universitaires du Septentrion, 2010, 517 pages, nouvelle édition originale (Collection « Environnement et société »). 1Que ceux qui pourraient se souvenir d’un ouvrage sous le même titre et sous la même direction paru en 2000 ne s’y méprennent pas !

Bertrand Zuindeau (ed.), Développement durable et Territoire, Presses universitaires du Septentrion, 2010, 517 pages, nouvelle édition originale (Collection « Environnement et société »).

Il s’agit en fait d’un ouvrage totalement original. Il faut dire que la multiplication des publications sur le sujet, les évolutions du « terrain » et l’inévitable renouvellement des auteurs auraient rendu une réédition aussi ancienne caduque avant que de paraître ! Relancer une édition originale a permis de réunir des auteurs très au fait des questions qu’ils avaient à traiter. D’où une liste stimulante de « contributeurs » associant les auteurs patentés que l’on attend sur le sujet et de jeunes auteurs auxquels le livre met fort à propos le pied à l’étrier. 2Cinq cent pages de textes (le reste est pour la liste des contributeurs, un index et la table des matières), quarante huit auteurs, cinq parties, quarante chapitres : voilà qui donne une idée de l’outil qui est entre nos mains ! 9Un autre fil de lecture enfin mériterait aussi attention. Le capitalisme ne rend pas heureux. L’économie de fonctionnalité : principes, éléments de terminologie et proposition de typologie.

1L’économie de fonctionnalité consiste en « la substitution de la vente de l’usage d’un bien à la vente du bien lui-même » (Bourg et Buclet, 2005 : 2).

L’économie de fonctionnalité : principes, éléments de terminologie et proposition de typologie.

La reproduction de document avec paiement « à la copie » de la société Xerox est certainement l’un des exemples les plus connus en matière d’opérationnalisation réussie de ce concept. Ce n’en est cependant qu’une de ses nombreuses déclinaisons. Une étude comparative sur l'économie circulaire dans 4 pays précurseurs. Selon une étude menée par le ministère sur la mise en œuvre de l’économie circulaire, le schéma linéaire « produire, consommer, jeter » du système économique traditionnel atteint ses limites.

Cette étude porte sur la mise en œuvre de l’économie circulaire dans 4 pays précurseurs : L’Allemagne, les Pays-Bas, le Japon et la Chine. Elle a pour objectif de fournir des éléments d’appréciation utiles pour son développement en France. D’ici une trentaine d’années, la population mondiale aura augmenté de 2 milliards d’individus. Si nous continuons d’utiliser les ressources au rythme actuel, il faudrait plus de deux planètes pour satisfaire nos besoins. Il s’agit de réduire notre empreinte écologique en accélérant la transition vers un système économique plus circulaire, et plus généralement vers une économie plus efficace dans l’utilisation des ressources et sobre en carbone.

Comptabilité flux matières énergies. EE Krausmann etal MatsGDPPop 20thC 2009.