background preloader

EPE Aéroports

Facebook Twitter

Ces aéroports qui coûtent cher et ne servent presque à rien. En France, 55% du trafic aérien passager et 89% du trafic de fret sont concentrés dans les aéroports de Paris.

Ces aéroports qui coûtent cher et ne servent presque à rien

La moitié du trafic régional concerne quatre aéroports : Nice, Lyon, Marseille et Toulouse [1]. Mis à part Nice, aucun des 150 aéroports régionaux n’a vraiment réussi développer ses liaisons internationales. Si ce n’est à coup de subventions régionales ou en accueillant des compagnies low-cost, elles aussi subventionnées. Une situation qui risque de perdurer alors que la morosité s’installe dans le ciel commercial : parmi les 15 premiers aéroports mondiaux, seul ceux situés en Asie (Pékin, Hong Kong) ou au Moyen-Orient (Dubaï), ont une croissance en nombre de passagers supérieure à 4% (2,2% pour Paris CDG). Pour les vols intérieurs, le trafic aussi est en berne : « Le niveau d’activité du trafic intérieur, en constante diminution depuis une dizaine d’années, est du même ordre de grandeur qu’en 1994 », constate la Direction générale de l’aviation civile. Le pari réussi de l'aéroport de Bergerac en Dordogne - France 3 Aquitaine. Welcome to Bergerac, un aéroport très anglais en Dordogne.

Le pari réussi de l'aéroport de Bergerac en Dordogne - France 3 Aquitaine

Les liaisons vers Londres ou Southampton sont quotidiennes. A bord plus de 75% des passagers sont britanniques. Onze ans après sa création, l'aéroport garde le cap grâce aux compagnies low cost. Il vise 25% de croissance. Par Hélène Chauwin Publié le 22/06/2014 | 17:23, mis à jour le 30/07/2015 | 09:43 © MAXPPP L'aéroport de Bergerac (2010) "C'était un pari osé. Une stratégie gagnante. Le reportage de Nicolas Morin et Bertrand Joucla-Parker : La success story de l'aéroport de Bergerac. Ne plus pouvoir aider Ryanair : cette menace qui plane sur les petits aéroports français. Menaces pour une grande partie des aéroports régionaux français.

Ne plus pouvoir aider Ryanair : cette menace qui plane sur les petits aéroports français

Principalement pour les plus petits d'entre eux, ceux qui accordent à certaines compagnies à bas coûts en général, à Ryanair en particulier, de larges soutiens financiers pour les attirer sur leur tarmac. Au premier trimestre, Bruxelles va publier de nouvelles règles européennes en matière d'aides d'Etat qui devraient être durcies. Auquel cas, les aides versées aux compagnies aériennes seraient touchées, rendant ainsi plus compliquée la façon de travailler de plusieurs aéroports avec ces compagnies. « Il existe une préoccupation des aéroports sur l'évolution des textes, a déclaré ce mardi Jean-Michel Vernhes, le président de l'Union des aéroports français (UAF), également directeur de l'aéroport de Toulouse, lors de l'assemblée générale du Board Airlines Representatives (BAR) qui regroupe l'ensemble des compagnies étrangères basées en France (Air France est également membre).

Plusieurs aéroports bretons menacés de fermeture. Ryanair fait planer la menace dun retrait des aéroports de la région. Lourde menace sur l’économie touristique et les emplois en Languedoc-Roussillon : Ryanair pourrait se retirer de plusieurs aéroports, voire tout simplement réduire le nombre des lignes que la compagnie exploite dans la région.

Ryanair fait planer la menace dun retrait des aéroports de la région

Possibilité de fermetures de lignes Hier à Nîmes, puis à Carcassonne, Michael Cawley, son directeur général adjoint, n’en a pas fait mystère, en évoquant la possible "fermeture de lignes", si la Commission européenne va au bout des enquêtes qu’elle a décidé d’ouvrir. Bruxelles veut en effet savoir si les aides publiques versées aux aéroports et à la compagnie à bas coût sont conformes ou non à la réglementation européenne. Pour le moment, 18 aéroports sont visés tant en France que dans d’autres pays de l’Union. Deux d’entre eux sont dans la région : Carcassonne et Nîmes. Concurrence déloyale ? En fait, la Commission européenne cherche à déterminer si Ryanair bénéficie, oui ou non, d’un "avantage économique indu" susceptible de constituer une concurrence déloyale. Une vingtaine d'aéroports en trop en France.

Alors que les opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes défilaient ce week-end pour montrer une nouvelle fois leur opposition à sa construction, le Board of Airlines Representatives (B.A.R) en France, organisme représentant les compagnies aériennes, indiquait de son côté que la France avait trop d’aéroports.

Une vingtaine d'aéroports en trop en France

Manque de rentabilité La France compte actuellement 160 aéroports sur son territoire et une quarantaine d’entre eux attirent moins de 10 000 passagers par an, ce qui est insuffisant pour être rentable. Ainsi, certains spécialistes indiquent qu’environ 20 aéroports sont en trop sur le territoire français. Ryanair fait planer la menace dun retrait des aéroports de la région.