background preloader

PNL

Facebook Twitter

Préparation mentale par la PNL. Guy MISSOUM. Développée initialement dans les domaines de la thérapie et de l’optimisation de la vie quotidienne (Dilts R., Grinder J., Bandler R., Delozier J., 1980 ; N. Bidot, B. Morat, 2008), la PNL s’est très vite répandue dans l’univers de l’entreprise. Son contenu pratique et opérationnel en fait également à présent un ensemble de concepts, de méthodes et de techniques extrêmement utiles dans l’univers du sport (Missoum, 1991, 1996, Girod, 1999). La Programmation Neuro Linguistique (PNL) foisonne de techniques de changements rapides, aussi bien mentaux que comportementaux.

Pour lire la suite et vous abonner Edito du Dr Thierry SERVILLAT, Revue Hypnose et Thérapies Brèves n°33 QUI EST ÉRICKSONIEN ? Un abord PNL de l’anxiété. Par Dr Richard Bolstad et Margot Hamblett. Cet article explore le potentiel d’efficacité des processus de la programmation neuro-linguistique (PNL) dans la modification des stratégies mentales qui conduisent à l'anxiété. L'anxiété est un état. Et les modèles les plus fondamentaux de la PNL proposent une multitude d’options pour modifier un état en changeant la physiologie ou les représentations mentales internes. En nous appuyant sur les recherches actuelles concernant les possibilités d’agir sur l'anxiété, nous allons décrire les modalités sensorielles, les méta-programmes spécifiques et les stratégies associés à l'anxiété.

Nous allons ensuite proposer des processus basés sur la PNL qui modifient ces stratégies, et montrer comment un professionnel de l’accompagnement formé à la PNL peut accompagner une personne anxieuse dans la création d’un style de vie plus opérationnel et plus satisfaisant. Qu’est-ce que l’anxiété ? La frénésie d’anxiété Dénominaliser l’anxiété Le monde du “Comme si” Entreprendre pour vivre son rêve et créer un monde meilleur | Leadership. Conférence de Robert Dilts du 14 novembre 2016 pour l’Institut Repère, transcription de JL. Monsempès L’entrepreneuriat un sujet qui me passionne. Au sens général, l’entrepreneur est celui qui prend des risques pour créer quelque chose de nouveau. Le thème de l’entrepreneur de la nouvelle génération concerne la création de notre futur. Et l’une des questions majeures que nous devons tous nous poser aujourd’hui, est celle du monde que nous voulons créer, non seulement pour nous même, mais pour nos enfants et les générations à venir.

Voici quelques représentants de cette nouvelle génération d’entrepreneurs : Richard Branson, Steve Job, Elon Musk le fondateur de Tesla Motor et Solar City et cofondateur de Paypall. Comment créer un monde auquel les individus veulent appartenir Ce soir je vais parler du contenu des livres que je viens d’écrire. Le troisième volume aura pour titre Leadership Conscient et Résilience et comme sous titre « Orchestrer l’innovation et être en forme pour le futur ». La performance par l’alignement | Leadership. Concilier la performance économique, le bien être des salariés et la satisfaction clients, par Jean Luc Monsempès Les praticiens de la PNL ont pu expérimenter la puissance du processus d’alignement des niveaux logiques de Robert Dilts, en terme de motivation, de détermination à agir et de clarté de la direction à suivre.

Dans ce cas, aligner signifie mettre les différents aspects de notre expérience subjective, parfois en contradiction, au service d’une même finalité. Les humains sont des êtres multiples et à l’intérieur de leur frontière psychique, cohabitent des forces en présence qui n’ont pas toujours les mêmes intérêts. Un peu comme un comité de direction dont les membres passent le plus clair de leur temps à se chamailler sur les décisions à prendre, puisqu’ils ne savent où aller ou veulent prendre des directions différentes, du fait de l’absence d’une direction commune.

Imaginez ce qui se passerait sur un aviron dont chaque rameur déciderait de la propre direction à suivre ? La quatrième position de perception de la PNL. Par Robert Dilts La quatrième position est une position perceptuelle qui implique le fait d'être associé à l'ensemble du système ou au « champ » d’une interaction particulière. Ce qui implique le fait de ressentir la situation en prenant en compte l'intérêt de l'ensemble du système. La quatrième position de perception est la position du « nous ». Elle est caractérisée par l'utilisation, dans le langage, de la première personne du pluriel « Nous sommes », « Nous autres », etc. L'expérience de la quatrième position perceptuelle émerge de la découverte des facteurs communs et des caractéristiques qui relient et connectent les membres d'un groupe ou d'un système à un niveau profond.

La relation de la quatrième position aux trois autres peut être au mieux conçue comme une pyramide. Dans des systèmes fonctionnels, chaque membre du système est capable, à un certain degré, d’expérimenter la quatrième position. La quatrième position est également une caractéristique clé de la modélisation. PNL et TCC, des différences compatibles. Richard M Gray et Frank Bourke De nombreuses approches psychologiques utilisées en coaching ou autres démarches d’accompagnement possèdent des sources thérapeutiques. Ces processus thérapeutiques ont été bien souvent adaptés aux contextes professionnels de l’entreprise. C’est le cas de la programmation neuro-linguistique (PNL) et des thérapies cognitivo-comportementales (TCC). Pour des raisons plus ou moins justifiées (méconnaissances, corporatismes et justifications scientifiques) ces approches sont souvent opposées, alors qu’elles ont bien des points communs.

Ces deux approches sont cognitivistes, car elles décrivent les interactions entre les pensées (les Processus Internes), les émotions (les états Internes) et les comportements, et proposent des outils pour comprendre et changer les pensées des individus (représentations mentales, stratégies mentales, croyances, valeurs). Vers une vision complète de la psychologie comportementale et cognitive Les TCC : des généralisations abstraites.

Croyances

7 Overlooked Biases That Creep Into Your Work (And Undermine Its Success) From cooking dinner to deciding which new project to tackle at work, you make a lot of decisions throughout the day. Some of these decisions are so automatic that you don’t even think about them. And the decisions that you do think about (and put hours of research into) may not be as objective and rational as you may think. Instead, you are blissfully overlooking biases that sway your decision-making and have a profound impact on the results of those choices. Biases, more specifically cognitive biases, are your unchecked tendencies to make decisions or take actions in an irrational way. This concept was first introduced in the early 1970s by psychologists who published their findings in 1982 in their book, Judgment Under Uncertainty.

They uncovered that instead of making decisions based on facts and data, you are more prone to base your decisions on unconscious errors that lead to a distorted judgment of the world. Your Brain and Biases = A Lazy Union The brain is powerful yet lazy. 1.