background preloader

Santé et prison

Facebook Twitter

Le VIH/sida : prévention, soins, traitement et soutien en milieu pénitentiaire - Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) Prévention, traitement et soins en matière de VIH dans les prisons et autres structures fermées : ensemble complet de mesures d’intervention - Note d'orientation de l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC)

Prise en charge de l’hépatite C en détention - vih.org. Particularités de la population carcérale La population carcérale est précaire et compte un grand nombre d’usagers de drogues où la prévalence de l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) y est majeure. Elle se compose également de migrants venant de région de forte endémie. La prévalence du VHC chez les adultes détenus en France est cinq fois plus élevée qu’en population générale : 11,8% pour les femmes et 4,5% pour les hommes. Les polymerase chain reaction ( PCR ) sont positives dans la moitié des cas attestant de la chronicité de la maladie. La prévalence du virus de l’immunodéficience humaine ( VIH ) y est de 2% et nombreuses sont les co-infections VIH-VHC. Les lieux de détention, aux programmes de réduction des risques encore insuffisants, constituent des lieux à risque de transmission de l’infection. Il existe en Île-de-France onze établissements pénitentiaires (EP) fermés dont huit maisons d’arrêt (MA) ou centres pénitentiaires (CP).

Organisation des soins en détention. Le suicide en prison - Focus - Les mémos de la démo. La détention provisoire Une personne mise en examen, bien que présumée innocente, peut être placée en détention provisoire, en raison des nécessités de l’enquête ou comme mesure de sûreté. En détention provisoire, environ 34 suicides pour 10 000 prévenus sont enregistrés contre près de 13 parmi les personnes condamnées. Indépendamment de certaines caractéristiques, comme l’âge, le sexe, la nature de l’infraction, etc., le risque de suicide reste deux fois plus élevé pour les personnes en détention provisoire.

Elles sont particulièrement confrontées au choc de l’incarcération et à l’incertitude sur leur sort judiciaire. le placement en cellule disciplinaire Les périodes de placement en cellule disciplinaire se caractérisent par un risque considérablement accru de suicide, 15 fois supérieur à celui observé en cellule ordinaire. Le placement en cellule disciplinaire, qui vient sanctionner une faute commise par le détenu, peut témoigner de difficultés à s’adapter à l’univers carcéral. Population_2014_4_suicide_prison_france.pdf. Bibliographie sur santé et prison - Sém@doc ESSSE.

« On va les soigner en prison! ». Qui n'a entendu cette phrase à l'occasion d'un fait divers tragique? Comme si la mission de la prison (punir et réinsérer) intégrait désormais un nouvel objectif: soigner. Or, la prison, à la différence de l¹hôpital, n'est pas un lieu de soin même si c'est un lieu où l'on soigne. Le face à face du médecin et du patient incarcéré est une situation exemplaire pour toucher du doigt l'ambivalence de la prison, tendue pour ne pas dire déchirée entre ses deux finalités, répressive et préventive, mais aussi l'ambivalence de la médecine, prise à la fois dans la nécessité d'objectiver le corps malade et de s'adresser à une personne.

Dans son exercice en milieu pénitentiaire, le médecin peut résister, en faisant ce qu'il sait faire, de la médecine, en luttant contre les dispositifs illusoires qui visent à la transparence, à l'évaluation et à la prévision, et en gardant l'exigence éthique au centre de son métier. Psychiatre en milieu carcéral - Sciences. Plateformes Prisons | GREA - Groupement Romand d'Etudes des Addictions. CARCEROPOLIS : Infirmier en milieu carcéral : accompagner, soigner, réinsérer. Soigner des personnes qui ont commis des actes répréhensibles et qui dès lors, ont été mises au ban de la société, demande de la part du soignant un réel engagement, sans aucune discrimination et dans le respect des règles déontologiques.

Cet engagement, véritable choix professionnel, ne va pas sans poser des questions. Comment réagir face à des détenus parfois très violents ? Comment conserver une écoute empathique ? Quelles sont les qualités à déployer pour dispenser au mieux les soins ? Mais cet ouvrage apporte également un éclairage concret sur la prise en charge infirmière des détenus au sein des Unités de consultations et de soins ambulatoires (UCSA). Entre témoignages - souvent poignants - et informations pratiques, ce livre intéressera tous ceux tentés ou déjà concernés par le métier d’infirmier en milieu carcéral, profession dont les valeurs essentielles sont l’humanisme et le professionnalisme. Coordination Nationale Infirmière - Soins Infirmiers en milieu carcéral : le rôle infirmier dans toute sa dimension. Soins infirmiers en milieu carcéral Le rôle infirmier dans toute sa dimension La prison conquête de la révolution « La liberté est le désir le plus ardent de l’homme, sa privation sera le premier caractère de la peine ».

Le Pelletier de Saint Fargeau député de la Constituante 1791. C’est dans le contexte de la Révolution Française qu’est né le concept de la peine privative de liberté et de la prison républicaine. Mais le mélange des genres reste fréquent, d’autant que les maisons de force et les dépôts de mendicité pallient régulièrement les manques des hôpitaux. Avec le temps, le concept de la pénalité va s’affiner au gré des influences et des politiques. Les idées novatrices de 1789 qui ont fondé la Prison républicaine ont depuis fait débat à plusieurs époques, les soubresauts de l’histoire influençant les politiques pénales. La prise encharge sanitaire des personnes détenues En 1993, le Haut Comité de la Santé Publique publie un rapport alarmant sur l’état de la santé en Prison. Rapport de la Cour des comptes sur le service public pénitenciaire - 2010. (Consulter la 3e partie p. 61) INPES : La sante en action n°430 : Quelle place pour la promotion de la santé en prison ? L'infirmier en milieu carcéral - ADSP, septembre 2003.