background preloader

L'étranger

Facebook Twitter

Bac de français 2017 (3) : Le Roman [Camus] En compagnie d’Aurélia Tamburini et de ses élèves du lycée Voillaume (Aulnay-sous-bois) nous nous plongeons aujourd’hui dans le roman.

Bac de français 2017 (3) : Le Roman [Camus]

En prenant pour appui un sujet de type bac nous réfléchirons à la place et au rôle des personnages de roman, ainsi qu'à la manière qu’ont les écrivains de les rendre vivants. Pierre-Louis Rey, professeur de littérature française à l’université Paris III-La Sorbonne nouvelle, spécialiste de l’œuvre de Camus, nous aide à saisir les spécificités de L’Etranger et de ses personnages. Objet d'étude : Le personnage de roman, du XVllème siècle à nos jours. Texte A : Madame de La FAYETTE, La Princesse de Clèves, 1678. Texte B : Guy de MAUPASSANT, Pierre et Jean, 1888 Texte C : Albert CAMUS, L'Étranger, 1942. Retrouvez les textes et sujet complets ICI. Extrait de L'Etranger d'Albert Camus Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier (5) avec elle.

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat). Pourquoi il faut relire "L'Étranger" de Camus. Scène du meurtre : éléments de commentaire. Commentaire de l'incipit. GT incipitsBIS. Personnage de Meursault trois extraits. Commentaire colère aumonier. Guide lecture l'étranger. GT Absurde philo. Camus et l'absurde en 4mn. Le consentement (3/4) : Camus : "consentir, c'est ne pas se résigner" Dire oui pour mieux dire non, consentir pour mieux se révolter : c'est une façon de décrire la philosophie d'Albert Camus.

Le consentement (3/4) : Camus : "consentir, c'est ne pas se résigner"

Cette dernière nous accompagne dans ce dernier volet de la série des Chemins de la philosophie portant sur le consentement. Si l'absurde est un événement qui fait de nous des êtres complètement démunis face à la perspective de la mort, comment revenir à la vie et au monde ? Marylin Maeso, enseignante en philosophie, vous raconte cette convalescence et cette renaissance telle que l'a voulue l'intuition camusienne : sous les auspices de la révolte et de l'amour. Le oui chez Camus c'est d'abord un consentement au monde. C'est à la fois une évidence et une lutte. Camus distingue consentement et résignation : "Le oui chez Camus est d'abord un oui à la vie.

Le texte du jour « Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Camus, L’homme révolté (Gallimard), p 25-26 Lectures Camus, l’Etranger (Gallimard), p 185-186 Extraits Références musicales Neil Young, There’s a World. Le Mythe de Sisyphe. Dans cet essai, Camus introduit sa philosophie de l'absurde : la recherche en vain de sens de l'homme, d'unité et de clarté, dans un monde inintelligible, dépourvu de Dieu et dépourvu de vérités ou valeurs éternelles.

Le Mythe de Sisyphe

Est-ce que la réalisation de l'absurde nécessite le suicide ? Camus répond : « Non, elle nécessite la révolte. » Sommaire[modifier | modifier le code] Cet essai est dédié à Pascal Pia. Chapitre 1 : Un raisonnement absurde[modifier | modifier le code] Conference At Night Hopper Edward (1949) Nighthawks. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nighthawks

Nighthawks est un tableau peint en 1942 par Edward Hopper. Quelques mois après son achèvement par l'artiste, la peinture est vendue le 13 mai 1942 pour 3 000 $ à l'Art Institute of Chicago[1]. Présentation[modifier | modifier le code] Préambule[modifier | modifier le code] Edward Hopper est un peintre réaliste et naturaliste américain ayant pour sujets la solitude et l'aliénation de l'individu dans la société américaine. Tableau[modifier | modifier le code] Nighthawks est un tableau de 1942, dont la gravure de 1921 intitulée Ombres de la nuit ou Ombres nocturnes mais aussi « étrange atmosphère » dans le dialecte américain d'Edward Hopper, ainsi que la peinture Drug Store de 1927 semblent marquer les prémices[2]. L'œuvre à la loupe : Nighthawks d'Edward Hopper. Edward Hopper, Nighthawks (1942, exposé à l'Art Institute of Chicago) / Edward Hopper [Public domain], via Wikimedia Commons Cette semaine, KAZoART vous plonge dans la nuit sombre dépeinte par Edward Hopper en 1942.

Nighthawks est incontestablement son œuvre la plus connue et regorge de petits mystères que nous allons passer à la loupe ! Décryptage de ces oiseaux de nuit au coin de la Greenwich Avenue newyorkaise. Errance nocturne Si Nighthawks (ou Oiseaux de nuit en français) est aujourd’hui l’œuvre la plus célèbre d’Edward Hopper et plus largement l’une des plus reconnues du XXème siècle, elle ne témoigne pas de la reconnaissance immédiate de l’artiste.

Le peintre américain né à New York en 1882 peine en effet à se faire connaître à ses débuts. Mais alors comment expliquer le succès rencontré par cette huile sur toile ? Edward Hopper nous plonge dans les années 1930-40, l’âge d’or du cinéma hollywoodien. Le Secret professionnel du « Nighthawks » d'Edward Hopper.