background preloader

Techniques d'animation

Facebook Twitter

Formes de débats dynamiques. Des formes de débat pour que tous puissent prendre la parole.

formes de débats dynamiques

Ces formes concernent des groupes de personnes (jusqu'à 30), plutôt que les grands débats publics. Le débat de position ou le débat mouvant (nommé ainsi par l’association Matières Prises et la scoop Le Pavé) Le principe : l’animateur trouve une phrase polémique qui divise le groupe (de 12 à 30 personnes). Les participants choisissent leur camp : d’accord, pas d’accord. Le débat butiné (nommé ainsi par l’association Matières Prises) Le débat butiné permet d’avoir un aperçu de tous les arguments développés par l’ensemble d’un groupe (avant une prise de décision par exemple). Le world café C’est le même principe mais on met en scène un café avec des tables tournantes.

Fiche rédigée par Evelyne Guimmara. Intelligence Collective & Ideation Methods. Enquête et conscientisation Raymond DEBORD. Praxis n°3 mars 2001 Raymond DEBORD janvier 2001 «Enquête» : un drôle de nom pour un concept théorique se rapportant à une action militante...

Enquête et conscientisation Raymond DEBORD

On ne parlera pas ici de l’enquête au sens judiciaire du terme qui, on le comprend, n’est que de peu d’intérêt quand on vise à l’émancipation des gens. L’enquête dont on parlera ici est une «recherche méthodique reposant notamment sur des questions et des témoignages» (1) même si c’est aussi quelque chose de plus. La volonté d’étudier scientifiquement la réalité sociale est née à la fin du XIXème siècle, sous les auspices de Saint Simon, d’Auguste Comte et d’Emile Durkheim, tous pères à des degrés divers de la discipline à part entière qu’est devenue la sociologie.

Simultanément, on trouve l’idée de l’enquête chez Karl Marx qui publie d’ailleurs une célèbre «enquête ouvrière» en 1880. C’est dans ce cadre que Marx a rédigé son «Enquête ouvrière», questionnaire peu connu aujourd’hui mais diffusé à l’époque de manière large. Un patrimoine en friche. Petite histoire - grande Histoire.

Durée : 1h par participant, nombre : entre 5 et 15 personnes, aménagement : fresque murale ou sur table vierge Désir : partager nos histoires de vie, les racines de nos colères et nos engagements, organiser la transmission de nos expériences politiques, Préparation : aucune si ce n’est de se former aux récits de vie Animation : Les participants ont tout d’abord une heure pour remplir un tableau vierge comprenant une ligne par année, la première année étant celle de notre naissance, la dernière étant l’année actuelle et 3 colonnes, la première pour y inscrire les années donc, la deuxième pour la petite histoire, la troisième pour la grande histoire.

Petite histoire - grande Histoire

La petite histoire signifie notre histoire personnelle, la grande histoire, tout le reste. Il s’agit, pendant cette première heure, de trouver une anecdote par case vierge de ce tableau, signifiante par rapport à votre présence ici dans cette consigne : quels éléments de la petite et de la grande histoire vous ont amené ici aujourd’hui ? Phgh. Pédagogie et théâtre de l'opprimé. Techniques développement de l'esprit critique. Techniques d'interventions en lieux publics.