background preloader

Aristote

Facebook Twitter

Aristote. Traité du ciel. Dédicace.

Traité du ciel

Préface au Traité du Ciel i à cxvi Traité du Ciel 1 à 325 livre I (1-113) livre II (114-219) livre III (220-279) livre IV (280-325) Table générale des matières 327 à 373 Table sommaire des matières contenues dans le volume 375 Objet de la science de la nature ; définition de ce qu'on doit entendre par un corps; les trois dimensions; importance du nombre Trois, selon les Pythagoriciens; rôle que ce nombre joue dans la composition du monde. Étude spéciale des corps qui ne sont que des parties isolées du Tout et de l'univers.

Explication de ce qu'il faut entendre par pesanteur et légèreté; le corps dont le mouvement est circulaire ne peut avoir ni l'une ni l'autre; il est incréé, Impérissable et absolument Immuable. Il est impossible qu'il y ait un corps infini; importance considérable de ce principe;, discussion pour l'établir. Considérations générales sur la nature et le mouvement des corps; aucun corps ne peut être infini. Il ne peut pas y avoir plus d'un ciel. Physique. Préface I -CLXXII Paraphrase de la Physique d'Aristote 1 paraphrase du livre I 1-39 Dissertation sur la composition de la Physique. 415 Leçons de Physique, Livre 1 429 + texte grec Table des matières du premier volume 496 PRÉFACE À LA PHYSIQUE D'ARISTOTE.

Physique

Idée générale de la Physique d'Aristote : c'est une théorie du mouvement. - Antécédents de la Physique ; théories de Platon sur le mouvement. - Analyse de la Physique d'Aristote. Réfutation des Sophistes. § 1.

Réfutation des Sophistes

Πρῶτον μὲν οὖν, ὥσπερ συλλογίζεσθαί φαμεν ἐνδόξως ποτὲ μᾶλλον ἢ ἀληθῶς προαιρεῖσθαι δεῖν, οὕτω καὶ λυτέον ποτὲ μᾶλλον ἐνδόξως ἢ κατὰ τἀληθές. Ὅλως γὰρ πρὸς τοὺς ἐριστικοὺς μαχετέον οὐχ ὡς ἐλέγχοντας ἀλλ´ ὡς φαινομένους· οὐ γάρ φαμεν συλλογίζεσθαί γε αὐτούς, ὥστε πρὸς τὸ μὴ δοκεῖν διορθωτέον. Εἰ γάρ ἐστιν ὁ ἔλεγχος ἀντίφασις μὴ ὁμώνυμος ἔκ τινων, οὐδὲν ἂν δέοι διαιρεῖσθαι πρὸς ἀμφίβολα καὶ τὴν ὁμωνυμίαν (οὐ γὰρ ποιεῖ συλλογισμόν), ἀλλ´ οὐδενὸς ἄλλου χάριν προσδιαιρετέον ἀλλ´ ἢ ὅτι τὸ συμπέρασμα φαίνεται ἐλεγχοειδές. § 2. Οὔκουν τὸ ἐλεγχθῆναι ἀλλὰ τὸ δοκεῖν εὐλαβητέον, ἐπεὶ τό γ´ ἐρωτᾶν ἀμφίβολα καὶ τὰ [176a] παρὰ τὴν ὁμωνυμίαν ὅσαι τ´ ἄλλαι τοιαῦται παρακρούσεις καὶ τὸν ἀληθινὸν ἔλεγχον ἀφανίζει καὶ τὸν ἐλεγχόμενον καὶ μὴ ἐλεγχόμενον ἄδηλον ποιεῖ. Ἐπεὶ γὰρ ἔξεστιν ἐπὶ τέλει συμπεραναμένου μὴ ὅπερ ἔφησεν ἀποφῆσαι λέγειν, ἀλλ´ 〈ἢ〉 ὁμωνύμως, εἰ καὶ ὅτι μάλιστ´ ἔτυχεν ἐπὶ ταὐτὸ φέρων, ἄδηλον εἰ ἐλήλεγκται· ἄδηλον γὰρ εἰ ἀληθῆ λέγει νῦν.

Éthique à Nicomaque. DISCOURS PRÉLIMINAIRE, ou INTRODUCTION A LA MORALE D'ARISTOTE.

éthique à Nicomaque

Garnier : traduction par J. Voilquin Livre I CHAPITRE 1 : Le bien et l’activité humaine La hiérarchie des biens CHAPITRE 2: Le bonheur; diverses opinions sur sa nature — Méthode à employer CHAPITRE 3: Les théories courantes sur la nature du bonheur: le plaisir, l’honneur, la richesse CHAPITRE 4: Critique de la théorie platonicienne de l’Idée du Bien. CHAPITRE 5: Nature du bien: fin parfaite, qui se suffit à elle-même CHAPITRE 6: Le bonheur défini par la fonction propre de l’homme. Livre II. Histoire des animaux : livre I. § 1. [486b] [5] Entre les parties dont les animaux sont formés, il y en a qui ne sont pas complexes; ce sont celles qui peuvent se diviser en parties similaires, comme les chairs, qui se divisent toujours en chairs ; il y en a d'autres, au contraire, qui sont complexes, comme toutes celles qui se divisent en parties non similaires; et telles sont, par exemple, la main, qui ne se divise pas en plusieurs mains; ou le visage, qui ne se divise pas non plus en plusieurs visages. § 2.

Histoire des animaux : livre I

De ces parties non composées, il en est qu'on n'appelle pas seulement des parties, mais qu'on appelle plus proprement des membres ; ce sont en général [10] les parties qui, formant un tout complet, renferment encore en elles d'autres parties distinctes. La contemplation selon Aristote. Aristote (427-346) "Une telle vie sera au-dessus de celle qui est selon l’homme ; car ce n’est pas en tant qu’homme qu’il vivra de cette manière mais en tant que quelque chose de divin est présent en lui-même.

La contemplation selon Aristote

Et autant ce quelque chose de divin diffère du composé, autant aussi son acte diffère de celui qui est selon l’autre vertu. Si donc le noûs est divin par rapport à l’homme, la vie selon le noûs (l'esprit) est divine par rapport à la vie humaine. Il ne faut donc pas suivre ceux qui conseillent à l’homme, parce qu’il est homme, de borner sa pensée aux choses humaines, et mortel, aux choses mortelles. Mais l’homme doit, autant qu’il le peut, s’immortaliser, et tout faire pour vivre selon [la partie] la plus excellente qui est en lui ; car même si elle est petite par la masse, par la puissance et par la valeur elle dépasse de beaucoup tout le reste.

Aristote, Éthique à Nicomaque, X, 7, 1177 b 26 – 1178 a 8 Delphes, photo de José Le Roy Alain Delaunay, Article Contemplation.