background preloader

Réseaux sociaux usages de journalistes

Facebook Twitter

Facebook

Twitter. Du bon usage des réseaux sociaux selon Reuters. Crédit: LoopZilla Le New York Times a déjà édicté, à l’usage de ses journalistes, une charte interne pour l’utilisation des réseaux sociaux.

Du bon usage des réseaux sociaux selon Reuters

C’est au tour de Reuters de s’emparer du problème. L’agence vient de rédiger un règlement à l’adresse de ses employés. «Nous voulons vous encourager à vous servir des réseaux sociaux dans votre métier de journaliste, mais nous voulons aussi être certains que vous connaissez les risques – notamment ceux qui menacent la réputation d’indépendance et d’intégrité de Reuters.» SISMOGRAPHE - Cultures en mutation - Du journalisme et des réseaux sociaux. Journalisme 3.0, mémoire évolutif sur le nouveau nouveau journalisme.

Les r?seaux sociaux, nouvelles sources pour les journalistes. Huis clos sur le net : le bilan - Culture ? Toute l?actualit? culturelle. Journalisme et Réseaux Sociaux: réponse à une étudiante (Charlotte Quevedo – ULg) » Article » Damien Van Achter, la tête dans le flux. La fausse transparence des réseaux sociaux. Sur son blog MarcCompass, Joyce Dierschke raconte l’anecdote suivante: elle avait trouvé une vidéo amusante sur YouTube et s’apprêtait à la poster sur sa page Facebook.

La fausse transparence des réseaux sociaux

En un clic le tour était joué [YouTube propose de multiples moyens de partage de vidéo notamment avec Facebook]. Mais elle ne cliquera pas car cela aurait « une mauvaise idée ». En fait, Joyce Dierschke s’était rappelée tout à coup que son réseau Facebook comptait certes sa famille et ses amis, mais aussi des collègues de travail et des clients. Et écrit-elle, « j’aurai aimé partager cette vidéo avec la majorité de mes amis, mais j’ai commencé à penser aux clients qui faisaient aussi partie de mes amis« . La transparence est un postulat de baseLa question posée par J. Cette interrogation n’est pas anecdotique si l’on considère que le contenu des réseaux sociaux est devenu une ressource imprtante d’information. Comment mesurer la qualité de l’information sur twitter ou Facebook? L'actu media web - Les journalistes ne font pas leur boulot s'ils ne sont pas sur les réseaux sociaux.

« Les journalistes ne font pas leur boulot s'ils ne sont pas sur les réseaux sociaux », la formule peut paraître provocatrice, elle a pourtant été utilisée par le nouveau patron des rédactions internationales de la BBC.

L'actu media web - Les journalistes ne font pas leur boulot s'ils ne sont pas sur les réseaux sociaux

Lorsque je dis cela dans les formations ou les interventions que je fais un peu partout dans les rédactions, j'ai (presque) toujours les mêmes réactions. Quelques confères restent dubitatifs sur l'utilité pour eux, dans leur travail quotidien, de passer un peu de temps à travailler sur les réseaux. D'autres se montrent plus franchement et ouvertement hostiles à l'idée, affirmant haut et fort que " Facebook, twitter et tout ça, ce n'est pas mon boulot.

Le journalisme, ça se passe sur le terrain, et c'est pas un jeune blanc-bec de Paris qui va me faire mettre mes photos de vacances sur Facebook ! W.I.P. (Work In Progress) ? Le labo m?dias de l'?cole de journalisme de Sciences Po. Crédit: Flickr/CC/jakerust W.I.P. demande à des invités de donner leur point de vue.

W.I.P. (Work In Progress) ? Le labo m?dias de l'?cole de journalisme de Sciences Po

Ici, Michael Shapiro, professeur à l’Ecole de journalisme de Columbia, à New York, qui vient d’écrire un livre intitulé “Tales from the great disruption”, fait le point sur la “valeur” des informations à l’heure des paywalls. En anglais. In March of 2011, the New York Times took the considerable risk of altering the unwritten compact with its readers and charge them for access. The Times was by no means the first news organization to do this, but because it remained the nation’s premier newspaper, the implications were enormous. The Wall Street Journal, had been charging for access since 1996. À Bilbao, le New York Times dévoile sa stratégie en réseaux sociaux - EiTB Actualites Technologie. Edito : les comprendre plutôt que les fuir. A moins d'avoir vécu sur une autre planète ces dernières années, il est impossible d'ignorer l'émergence de Facebook et consorts.

Edito : les comprendre plutôt que les fuir

Que faire face à ces rouleaux compresseurs? Les éviter? L'enjeu est ailleurs, il faut apprendre à les connaître pour savoir les utiliser à bon escient... quel chantier! Le petit sondage réalisé cette semaine par JournalSIC! Témoigne une nouvelle fois de l'ampleur prise par le site américain Facebook. Quand des journalistes ne vérifient pas leurs informations... Fin du couple Bruni-Sarkozy?

Quand des journalistes ne vérifient pas leurs informations...

Twitter et Facebook, utilisés pour donner des nouvelles lors de catastrophes. Les conseils de la rédaction. A l’aide de nos recherches et des nos rencontres avec des experts, nous avons défini une liste de quelques « bons réflexes » afin d’utiliser prudemment les sites de réseaux sociaux.

Les conseils de la rédaction

Petit tour d’horizon. S’informer Renseignez-vous ! En lisant les conditions d’utilisation avant de vous inscrire et en glanant des informations un peu partout sur les zones d’ombre des sites, vous vous engagerez en connaissance de cause. Ne pas dévoiler sa vie privée Soyez prudents lorsque vous dévoilez des informations relevant de votre privée. Celles-ci pourront être utilisées à des fins commerciales par le site. Respecter celle des autres Les sites de réseaux sociaux peuvent donner l’illusion d’un lieu confortable pour converser entre amis. Rester maître de son temps Beaucoup d'utilisateurs finissent par passer des heures sur ce genre de sites, sans même pouvoir expliquer concrètement ce qu'ils y ont fait. Les étudiants de l'ULB, tous des "geeks"?

Journalisme et réseaux sociaux sur le web : quelle cohabitation ? Les réseaux sociaux se montrent relativement efficaces pour diffuser rapidement des informations. Que l’on aime ou pas, le débat est ailleurs. Le phénomène existe bel et bien. Dès lors, comment doivent se positionner les journalistes face à ces nouveaux outils? Mercredi matin encore, Twitter , une plateforme de réseaux sociaux permettant aux utilisateurs de dire ce qu’ils font en 140 caractères, a été le premier à annoncer qu’un avion s’est écrasé à Amsterdam. Ce n’est pas la première fois que ces types de plateforme prennent de vitesse les canaux d’information classiques. Des avantages indéniables Doit-on cependant, en tant que journaliste, s’émerveiller et s’approprier sans prudence ces nouveaux outils?

La soif de simplicité : dans les médias, aussi… » Article » OWNI, Digital Journalism. Les journalistes passent-ils trop de temps sur les réseaux sociaux ?

La soif de simplicité : dans les médias, aussi… » Article » OWNI, Digital Journalism

Certains, et pas des technophobes hostiles à l'évolution du métier, prônent la sobriété en la matière, rapporte Marie-Claude Ducas, blogueuse canadienne qui arrive sur la soucoupe. Le débat est ouvert ! Photo CC Flickr webtreats Les journalistes passent-ils trop de temps sur les réseaux sociaux ? Certains, et pas des technophobes hostiles à l’évolution du métier, prônent la sobriété en la matière, rapporte Marie-Claude Ducas, blogueuse canadienne qui arrive sur la soucoupe. À la fin de mon dernier billet, où je parlais des inconvénients de la complexité, je promettais de revenir sur le sujet, en abordant les implications qui ont trait aux médias. Malcolm Gladwell : "Quand on est au milieu d'une révolution, on a parfois besoin de s'arrêter pour en évaluer les conséquences. " Tyler Brûlé, fondateur de Monocle : "Le monde a besoin de moins de bavardage. Pour quelques lecteurs de plus » référent réseaux sociaux afp.

Storify facilite le ??journalisme de r?seaux sociaux?? ? Media Trend. Avec Storify, une nouvelle forme de journalisme vient peut-être de naître.

Storify facilite le ??journalisme de r?seaux sociaux?? ? Media Trend

En tout cas, cette plateforme pousse dans sa logique la plus radicale, ce que l’on pourrait appeler le « journalisme de réseaux sociaux. » Ici, les sources d’information s’appellent Twitter, Facebook, Flickr, YouTube, les flux RSS et Google. L’outil offre la possibilité de les trier, sélectionner, organiser, mixer, avec une facilité déconcertante. Il ne reste plus au journaliste qu’à ajouter ses propres informations, éventuellement ses commentaires et ses analyses, et à éditer l’ensemble. Storify est une tout jeune entreprise. Son Pdg, Burt Herman, est aussi le fondateur du mouvement Hacks/Hackers. La genèse du projet tient d’abord à une réflexion et un constat, comme il l’explique à Robert Hernandez de la Online Journalism Review (OJR) : L’idée est venue d’une réflexion sur l’avenir du journalisme et le du fait que désormais chacun crée tellement de contenus.

De là est né Storify qui est: Pour aller plus loin. Les journalistes et les réseaux sociaux.