background preloader

Google et presse belge

Facebook Twitter

Google supprime puis réintègre la presse belge de son index. Pour Google, la presse belge francophone n'existe plus. La Une du quotidne Le Soir Ne cherchez pas sur Google une information publiée sur les sites de journaux belge francophones (Le Soir, La Libre Belgique...) : ces derniers ont disparu de l’écran radar du moteur de recherche.

Pour Google, la presse belge francophone n'existe plus

Voilà ce qui arrive quand on défie le géant américain... Les éditeurs de journaux belges en avaient marre de voir Google Actualités Belgique « piller leurs contenus », pour reprendre l’expression musclée du directeur de la rédaction du Soir.be, Philippe Laloux. Ces derniers sont archivés sans autorisation, puis affichés à côté de micropublicités (les « Google Ads »), source de revenu pour la firme californienne. Les journaux pourraient (comme tout site) retirer leurs contenus de l’écran radar de Google (« opt out ») mais ils préfèreraient pouvoir négocier une autorisation préalable (« opt in ») sur le seul Google actualité afin de pouvoir négocier un partage des revenus. . « Il faut se taire et se mettre à plat ventre devant Google » Ecoute, qui dénonce ce « boycott » : Google boycotte lesoir.be. Google boycotte lesoir.be. Delpérée a été entendu dans l’affaire Kazakhgate, sa présidence chahutée politique Francis Delpérée (CDH) doit présider la commission d’enquête parlementaire sur le kazakhgate, qui se réunit jeudi pour la première fois.

Google boycotte lesoir.be

Mis en ligne Uccle contemple le déclin de De Decker Sondage: élisez la personnalité belge de l’année belgique Parmi les 50 personnalités suivantes, élisez celle qui, selon vous, peut prétendre au statut de Belge de l’année. Mis en ligne 10 ans de prison pour une dispute au Quick hainaut Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné Cezig K. à 10 ans de prison ferme pour une tentative de meurtre survenue au Quick de Châtelineau (Châtelet) en 2015.

Mis en ligne Publifin, l’affaire qui «jette le discrédit sur l’ensemble du monde communal wallon» politique Cet article du Soir+ vous est proposé gratuitement à la lecture. L’intercommunale Publifin aurait grassement payé 24 élus locaux pour des contributions fort dérisoires. Damien Van Achter, Since 1977 (et des brouettes) » Articles avec le tag » Copiepresse. NDLR: ce billet a été initialement écrit sur Google+.

Damien Van Achter, Since 1977 (et des brouettes) » Articles avec le tag » Copiepresse

Afin d’ouvrir la discussion à ceux qui ne sont pas encore présents sur cette plate-forme (et d’en conserver une trace, #justincase), je le retranscrits ici avec ses commentaires, dont la qualité est vraiment assez remarquable. N’hésitez pas à poursuivre la discussion ci-dessous. (Tx @ Damien Spleeters pour la suggestion) (credit px:@onpurpose) Le conflit entre Google et les éditeurs belges francophones, représentés par Copiepresse, a connu ce vendredi une nouvelle péripétie avec la désindexation des sites de ces médias du moteur de recherche. Ce comportement (qui ne fait qu’appliquer – avec une dose certaine de cynisme- le jugement prononcé en défaveur de Google et dont Copiepresse espère toujours qu’il fera jurisprudence) renforce un bras de fer économique, technique et même, à mes yeux, philosophique, entamé en 2006. Pour vous rafraichir la cache (mwouarf ! Cédric Motte - ah ben voilà, un historique intéressant !

[1] [2] L'actu media web - Google veut faire un exemple avec les journaux belges. Billet actualisé le 19 juillet à 7h45 : Ils sont de retour ! Depuis lundi soir, les journaux francophones, dont Le Soir, qui avaient disparu de Google sont à nouveau référencés par le moteur de recherches (lire le billet ci-dessous). Comme l'explique le quotidien , un accord a finalement été trouvé durant le week-end entre Google et Copiepresse. explique Philippe Laloux, digital media manager du Soir.be Bref, après avoir disparu pendant 72h des écrans radars ou tout du moins de Google, ce qui revient en grande partie au même, la situation est revenue à la normale.

Google et la presse belge, psychodrame de référence. Google et la presse belge sont de nouveau les meilleurs ennemis du monde.

Google et la presse belge, psychodrame de référence

Depuis hier, le moteur de recherche américain référence à nouveau dans son index les sites du Soir , de la Libre Belgique ou encore de la Dernière Heure , disparus du moteur depuis vendredi dernier. Enlisé dans des procédures judiciaires qui n'en finissaient plus, Google a dû retirer de son service Actualités les articles de journaux belges qui estimaient que les droits d'auteurs n'étaient pas respectés. A Mountain View, la décision avait été appliquée à l'ensemble des services Google. Les relations tumultueuses entre la presse du plat pays et le géant américain ne datent pas d’hier . En 2006, les journaux belges francophones, représentés par Copiepresse, une société de gestion des droits des éditeurs, portent plainte contre Google News.

Une sentence que le site s’est empressé de mettre en place, et qu’il a même étendu à son index, comme en 2007. Lire les réactions à cet article. Julie HAMAÏDE.