Google et presse belge

Facebook Twitter
Google supprime puis réintègre la presse belge de son index Google supprime puis réintègre la presse belge de son index Abondance > Actualités > Google supprime puis réintègre la presse belge de son index Vendredi dernier, Google Belgique a supprimé de l'index de son moteur de recherche (web et actualités) bon nombre de quotidiens faisant partie de CopiePresse (société de gestion de droits des éditeurs de presse belge). Des sites comme ceux du Soir, de la Libre Belgique ou de l'Avenir ont donc disparu purement et simplement du moteur de recherche, celui-ci ayant perdu devant la justice belge dans le cadre du litige qui l'oppose à CopiePresse. En effet, au mois de mai dernier, la justice estimait que Google n'avait pas le droit de reprendre le contenu de ces sites car "ces reproductions constituent bien des contrefaçons du fait de l'absence d'autorisation préalable des éditeurs et des auteurs journalistes pour réaliser cette activité". Appliquant à la règle cette demande, Google a donc désindexé les sites en question.
Pour Google, la presse belge francophone n'existe plus Pour Google, la presse belge francophone n'existe plus La Une du quotidne Le Soir Ne cherchez pas sur Google une information publiée sur les sites de journaux belge francophones (Le Soir, La Libre Belgique...) : ces derniers ont disparu de l’écran radar du moteur de recherche. Voilà ce qui arrive quand on défie le géant américain... Les éditeurs de journaux belges en avaient marre de voir Google Actualités Belgique « piller leurs contenus », pour reprendre l’expression musclée du directeur de la rédaction du Soir.be, Philippe Laloux. Ces derniers sont archivés sans autorisation, puis affichés à côté de micropublicités (les « Google Ads »), source de revenu pour la firme californienne. Les journaux pourraient (comme tout site) retirer leurs contenus de l’écran radar de Google (« opt out ») mais ils préfèreraient pouvoir négocier une autorisation préalable (« opt in ») sur le seul Google actualité afin de pouvoir négocier un partage des revenus.
Google boycotte lesoir.be
Di Rupo-Reynders et Hoyos-Lutgen face à face sur la RTBF elections 2014 La RTBF promet de donner la parole aux grands comme aux petits partis. Mis en ligne La Belgique privée d’éclipse lunaire mardi matin belgique La Terre s’intercalera entre le soleil et la Lune mardi à 7h du matin. L’éclipse totale peut donner une couleur rouge sang à notre satellite. Google boycotte lesoir.be

Google boycotte lesoir.be

NDLR: ce billet a été initialement écrit sur Google+. Afin d’ouvrir la discussion à ceux qui ne sont pas encore présents sur cette plate-forme (et d’en conserver une trace, #justincase), je le retranscrits ici avec ses commentaires, dont la qualité est vraiment assez remarquable. N’hésitez pas à poursuivre la discussion ci-dessous. (Tx @ Damien Spleeters pour la suggestion) (credit px:@onpurpose) Damien Van Achter, Since 1977 (et des brouettes) » Articles avec le tag » Copiepresse Damien Van Achter, Since 1977 (et des brouettes) » Articles avec le tag » Copiepresse
L'actu media web - Google veut faire un exemple avec les journaux belges L'actu media web - Google veut faire un exemple avec les journaux belges Billet actualisé le 19 juillet à 7h45 : Ils sont de retour ! Depuis lundi soir, les journaux francophones, dont Le Soir, qui avaient disparu de Google sont à nouveau référencés par le moteur de recherches (lire le billet ci-dessous). Comme l'explique le quotidien , un accord a finalement été trouvé durant le week-end entre Google et Copiepresse. explique Philippe Laloux, digital media manager du Soir.be
Google et la presse belge, psychodrame de référence Google et la presse belge, psychodrame de référence Google et la presse belge sont de nouveau les meilleurs ennemis du monde. Depuis hier, le moteur de recherche américain référence à nouveau dans son index les sites du Soir , de la Libre Belgique ou encore de la Dernière Heure , disparus du moteur depuis vendredi dernier. Enlisé dans des procédures judiciaires qui n'en finissaient plus, Google a dû retirer de son service Actualités les articles de journaux belges qui estimaient que les droits d'auteurs n'étaient pas respectés. A Mountain View, la décision avait été appliquée à l'ensemble des services Google.