background preloader

La nouvelle vague

Facebook Twitter

Les 400 Coups - François Truffaut : Présentation du film. Une histoire du cinéma . La Nouvelle vague, analyse du mouvement. Principaux cinéastes : François Truffaut, Jean Eustache, Eric Rohmer, Arnaud Desplechin, Olivier Assayas, Pascal Bonitzer, Christophe Honoré, Wim Wenders, Jim Jarmusch, Hong Sang-soo. peinture/cinéma : L'art in situ - la nouvelle vague : Daniel Buren - François Truffaut La nouvelle vague et l'art in situ sont descendus dans la rue pour inventer une forme d'art à le fois plus ludique, plus jeune et plus optimiste.

une histoire du cinéma . La Nouvelle vague, analyse du mouvement

Ces deux mouvements cherchent à rénover le romantisme en liant passé et présent au sein d"histoires romanesques. Nul ne conteste aujourd'hui l'importance historique, économique et même technique de la Nouvelle vague française (voir : Histoire de la Nouvelle Vague). Ce qui est remis en cause et régulièrement attaqué c'est son importance esthétique. Méthode Définition Esthétiquement on définira la nouvelle vague comme cherchant à inscrire le lyrisme dans les gestes du quotidien. La nouvelle vague et les acteurs Emblématiques de cette position François Truffaut et Eric Rohmer. Claude Chabrol. Eric Rohmer. François Truffaut. Enfant non désiré et mal-aimé, François Truffaut se réfugie dans le cinéma et la littérature.

François Truffaut

Entre école buissonnière et petite délinquance, la fréquentation assidue des ciné-clubs l'amène à rencontrer le critique de cinéma André Bazin, son père spirituel, qui lui ouvre les portes des revues cinéphiliques : après un engagement dans l'armée en 1951, suivi d'une désertion, François Truffaut entre aux Cahiers du cinéma, puis à la revue Arts en 1953, où il publie des articles violemment polémiques contre l'académisme des cinéastes "de la Tradition de la Qualité". Jean-Luc Godard. Nouvelle vague. Dénomination appliquée, en 1958, par la critique à certains cinéastes français (François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Éric Rohmer, Jacques Rivette, Jacques Demy, Agnès Varda, Jacques Rozier) qui affirmaient la primauté du réalisateur sur le scénariste et défendaient un cinéma d'auteur, expression d'un regard personnel.

nouvelle vague

L'expression « nouvelle vague » s'applique à la période de l'histoire du cinéma français couvrant les années 1959-1960. Toutefois, elle traverse les décennies et dépasse l'aspect éphémère de son seul moment d'apparition ; nombre d'auteurs nouvelle vague étant encore, en 1990, les metteurs en scène de référence du cinéma français contemporain. Au départ simple étiquette journalistique appliquée aux jeunes de 1958, le qualificatif nouvelle vague rassemble bientôt toute une génération de cinéastes qui commencent leur premier long métrage à la fin des années 1950.

Quelques-uns, qui ont déjà signé des courts métrages, vont donner son impulsion au mouvement. Jacques Rivette. Quatre cents coups (Les) Synopsis Les Quatre cents coups Antoine Doinel, 12 ans, est la bête noire de strict instituteur Petite Feuille.

Quatre cents coups (Les)

Distrait, il accumule les bêtises et écope d’une conjugaison à faire chez lui. Dans l’appartement étroit, il ne peut écrire sa punition : sa mère, très froide, l’envoie chercher de la farine, son beau-père jovial ne lui est guère utile. Le lendemain, son copain René l’emmène faire l’école buissonnière, en particulier à la fête foraine. Générique Titre original : Les Quatre Cents Coups Production : Les Films du Carrosse, SEDIF Producteur exécutif : Georges Charlot Scénario : Marcel Moussy, François Truffaut Réalisation : François Truffaut Dir.

Interprétation Antoine Doinel / Jean-Pierre Léaud Ginette Doinel (la mère) / Claire Maurier Julien Doinel (le père) / Albert Rémy Petite Feuille / Guy Decomble René Bigey / Patrick Auffray M. Mise en scène S’inscrire dans le monde Générosité et beauté morale. Célébrations nationales 2004 - Une certaine tendance du cinéma français de François Truffaut. Les césures rythmant l’histoire du cinéma sont souvent attachées à l’influence de certains films, à l’apport d’innovations techniques, à l’émergence d’écoles ou de mouvements, parfois, plus rarement, à des groupes intellectuels ou à certaines revues.

Célébrations nationales 2004 - Une certaine tendance du cinéma français de François Truffaut

Il existe un texte d’une quinzaine de pages auquel les histoires du cinéma accordent une place privilégiée : « Une certaine tendance du cinéma français », écrit par François Truffaut, publié dans le numéro 31 des Cahiers du cinéma en janvier 1954. Il s’agit d’une exception célèbre, sans doute le seul article critique traçant avec autant de vigueur une rupture dans l’histoire d’un art. Ce pouvoir conféré à un jeune critique de 22 ans d’écrire en un tour de main l’histoire du cinéma demeure absolument unique. 1. -La création des Cahiers du cinéma a été signalée dans la brochure des Célébrations nationales 2001 par une mention (p. 120). Antoine de Baecque historien critique de cinéma responsable des pages Culture de Libération. Cinéchronique. I.

Cinéchronique

Contexte de la fin des années cinquante I. Contexte de la fin des années cinquante A) Politiquement Nous sommes en pleine guerre froide : intervention des troupes soviétiques à Budapest en 1956, début de la construction du mur de Berlin en 1961, crise des fusées à Cuba en 1962…