background preloader

Coronavirus

Facebook Twitter

Covid-19 dans le monde : l’Allemagne vers un nouveau tour de vis, les inégalités d’accès aux vaccins se creusent. L’Allemagne va-t-elle suivre la France sur la voie des reconfinements locaux ?

Covid-19 dans le monde : l’Allemagne vers un nouveau tour de vis, les inégalités d’accès aux vaccins se creusent

Le sujet faisait, lundi 22 mars, l’objet d’âpres négociations entre la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 Länder, les régions disposant d’une large autonomie, face à une accélération des contaminations dans le pays. La pandémie a fait plus de 2,7 millions de morts dans le monde depuis la fin décembre 2019. Angela Merkel négocie avec les Länder un durcissement des mesures sanitaires. Les idées claires sur le Covid-19 : la dangerosité du virus. Cet article a été publié le 14 mars 2021, sur la base de connaissances disponibles à cette date.

Les idées claires sur le Covid-19 : la dangerosité du virus

Celles-ci peuvent évoluer. Curieuse menace que ce SARS-CoV-2. Le coronavirus à l’origine de la pandémie de Covid-19 qui bouleverse la planète entière depuis plus d’un an ne semble pas, à première vue, être le plus dangereux de tous. Covid-19 : Wuhan, la martyre héroïque. L’ambiance est électrique ce soir de novembre dans le Club Vox de Wuhan, légende de la scène punk-rock en Chine.

Covid-19 : Wuhan, la martyre héroïque

La musique fait trembler les murs. Près de 400 personnes, toutes masquées, se déhanchent sur la piste. Dont 200 infirmières spécialement invitées pour ce « Concert de la renaissance », financé par un riche mécène privé. → ENQUÊTE. Covid-19 : ces ressorts utilisés dans le film "Hold-up" pour dénoncer les "mensonges" autour de la pandémie. Des images léchées, des intervenants aux titres prestigieux, des interviews sur fond noir, une musique prenante… Tous les codes du documentaire sont réunis dans Hold-Up, le film qui agite les réseaux sociaux depuis sa sortie, le 11 novembre.

Covid-19 : ces ressorts utilisés dans le film "Hold-up" pour dénoncer les "mensonges" autour de la pandémie

"Il n'en reste pas moins une œuvre de fiction", tranche Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale à l'Université Rennes 2. "C'est un film, une construction à charge, bien loin d'un travail journalistique qui aurait cherché à croiser les sources et à donner des points de vue différents", détaille-t-il pour franceinfo. Covid-19 : ces ressorts utilisés dans le film "Hold-up" pour dénoncer les "mensonges" autour de la pandémie.

Des images léchées, des intervenants aux titres prestigieux, des interviews sur fond noir, une musique prenante… Tous les codes du documentaire sont réunis dans Hold-Up, le film qui agite les réseaux sociaux depuis sa sortie, le 11 novembre.

Covid-19 : ces ressorts utilisés dans le film "Hold-up" pour dénoncer les "mensonges" autour de la pandémie

"Il n'en reste pas moins une œuvre de fiction", tranche Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale à l'Université Rennes 2. "C'est un film, une construction à charge, bien loin d'un travail journalistique qui aurait cherché à croiser les sources et à donner des points de vue différents", détaille-t-il pour franceinfo. 'Hold-Up' : "A partir de faits, le documentaire est bâti comme une vraie entreprise de désinformation". Le documentaire Hold-Up, sorti officiellement en ligne le 11 novembre, est autant contesté qu'il touche un très large public, soutenu notamment par Sophie Marceau ou le sénateur Les Républicains de Bourgogne Alain Houpert.

'Hold-Up' : "A partir de faits, le documentaire est bâti comme une vraie entreprise de désinformation"

Il a été réalisé grâce à un financement participatif de près de 200 000 euros sur la plateforme Ulule, dont le PDG s'est longuement justifié, pour un objectif initial dix fois moindre. Dix contre-vérités véhiculées par «Hold-up» L’idée générale du documentaire Hold-up, selon laquelle la pandémie servirait un dessein caché (et assez fumeux) des autorités, ne relève pas de la critique factuelle.

Dix contre-vérités véhiculées par «Hold-up»

Le propre des discours conspirationnistes, ne s’appuyant sur aucun élément tangible, étant qu’il échappe au fact-checking. Pour autant, tout au long de ses deux heures quarante-trois, le docu distille, dans la bouche de ses nombreux intervenants, quantité d’informations erronées, trompeuses, qui, elles, peuvent être aisément infirmées. Florilège non exhaustif. Covid-19: d'où vient la rumeur d'un reconfinement le 26 octobre, relayée par Christine Kelly ? Question posée le 20/10/2020.

Covid-19: d'où vient la rumeur d'un reconfinement le 26 octobre, relayée par Christine Kelly ?

Bonjour, Vous nous saisissez au sujet de rumeurs persistantes concernant un éventuel reconfinement à partir du 26 octobre, dont seraient déjà informées les grandes entreprises françaises. Cette rumeur a gagné en consistance après le tweet de Christine Kelly, journaliste sur la chaîne CNews. Le 17 octobre dernier, elle s’interroge sur «des mails internes à des grandes entreprises qui annoncent un confinement au 26 octobre». Pour la rentrée scolaire, enseigner avec un masque représente un défi de plus. Le prix de l’invisible. La crise sanitaire du Covid-19, si dramatique soit-elle, ressemble aussi à une répétition des catastrophes à venir, sanitaires et écologiques.

Le prix de l’invisible

Dans cette crise, les femmes sont curieusement omniprésentes… et absentes. Le covid 19 ou La covid 19. Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation.

Le covid 19 ou La covid 19

On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer français) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. Réouverture des écoles : le choix du gouvernement est bien en désaccord avec le conseil scientifique.

Dans une interview accordée au Parisien dimanche 3 mai, Olivier Véran est interrogé sur la différence entre le choix d’Emmanuel Macron de rouvrir des écoles à partir du 11 mai, et les recommandations du conseil scientifique communiquées le 20 avril. Le ministre de la santé a répondu qu’un tel désaccord n’existait tout simplement pas. Ce qu’il a dit : Le Parisien : Le conseil scientifique plaidait pour une réouverture des écoles en septembre. Coronavirus : Au Brésil les tribus amazoniennes se disent menacées de "génocide" par les missionnaires chrétiens.

Chronique d’une confinée, par Caroline Laurent : “Peaux de chagrin” - Livres. Dans ce journal à plusieurs mains, des écrivains nous offrent chaque jour la chronique de leur confinement… Aujourd’hui et demain, Caroline Laurent (“Rivage de la colère”). On aurait pu titrer son très beau texte “Manque de peaux”, mais “Peaux de chagrin” marche aussi très bien.

C’est un morceau de tendresse volé à l’angoisse et au spleen. Les chauves-souris chinoises, réservoirs de coronavirus émergents – Réalités Biomédicales. » Interview de Jean-François Delfraissy, président du « conseil scientifique » dans le journal italien La Republica. Source : La Republica, Anaïs Ginori La France a également entamé une réflexion sur la phase 2. Et une opinion qui compte est celle de Jean-François Delfraissy. L’immunologue français dirige le comité scientifique qui conseille Emmanuel Macron dans l’urgence sanitaire. Philippe Meirieu : « L’école d’après »… avec la pédagogie d’avant ? S’il restait encore le moindre doute sur le caractère ridicule des prophéties sentencieuses sur notre avenir, la crise que nous traversons l’aurait levé. Certes, tout le monde est d’accord sur le fait qu’« il y aura un avant et un après », mais nul ne sait de quoi cet « après » sera fait.

Les analyses se multiplient pour souligner le caractère inédit du moment que nous traversons, montrer qu’il remet en cause toutes nos habitudes et requiert une véritable refondation de nos systèmes de pensée et de décision. On nous dit que tous les pays et, en particulier, le nôtre, ont fait le choix de la santé pour tous plutôt que de la croissance économique au profit de quelques-uns. Jokeroller. En 2019, la Macronie a sciemment ignoré un rapport qui préconisait de stocker un milliard de masques ! "La réouverture progressive des crèches, des écoles et des lycées le 11 mai, ça fait courir un risque inutile", estime le président de la Fédération des Médecins de France. Jean-Paul Hamon est convaincu du fait que les enfants ne pourront pas respecter les gestes barrières et "vont ramener le virus à la maison".

"La réouverture progressive des crèches, des écoles et des lycées le 11 mai, ça fait courir un risque inutile", déplore Jean-Paul Hamon, médecin généraliste, président de la Fédération des Médecins de France. C'est la seule mesure à laquelle il n'adhère pas après les annonces d'Emmanuel Macron lundi 13 avril à 20h. Il salue en revanche le prolongement du confinement qui était "inévitable". Jean-Paul Hamon confirme que la France devrait être en mesure de tester massivement les malades d'ici 15 jours à un mois.

États-Unis : le capitalisme, plus meurtrier que le coronavirus. Mosquée de Valentigney : Marine Le Pen dénonce un appel à la prière par haut-parleurs... qui n'a jamais eu lieu - France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Dans un courrier adressé au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, Marine Le Pen dénonce "une nouvelle escalade dans l’occupation illégale du domaine public par voie sonore". La présidente du Rassemblement national pointe du doigt ces "groupements qui cherchent à saisir toute occasion de repousser les principes de laïcité de notre République et, ainsi, défier ouvertement l’Etat républicain". De quoi s'agit-il ? Coronavirus : une biologistique des corps. « Le président de la République n’est pas muni d’un masque, tout simplement parce qu’il n’y a pas besoin d’un masque quand on respecte la distance de protection vis-à-vis des autres. »Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement français, le 25 mars 2020 « Il faut sortir de ce fantasme autour des masques, respecter une distance de plus d’un mètre, c’est beaucoup plus efficace qu’un masque. »Agnès Pannier-Runacher sur BFM Business, le 19 mars 2020 « La grande erreur aux États-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masque. »George Gao, Directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies [1] Afin d’éradiquer une pandémie, des stocks de masques sont beaucoup plus efficaces qu’un confinement caporaliste ou des mesures anti Gilets Jaunes.

Quand l’Europe se moquait des épidémies. Ne laissons pas le pouvoir voler le récit de l’école au temps du confinement. Les enseignants travaillent et trouvent des solutions En lisant beaucoup de ce qui paraît sur la manière dont les enseignants investissent leur métier dans le contexte actuel, je suis frappé de la manière dont nombre d’entre eux trouvent des solutions à des problèmes complexes posés par cette situation inédite. Je suis en particulier impressionné par les trésors d’intelligence humaine et professionnelle qui permettent d’abord de garder le lien avec les familles sans les culpabiliser, de garder le lien avec les élèves autour d’activités scolaires conduites dans des cadres familiaux souvent complexes qui sont compris des professionnels, de favoriser parfois des échanges entre élèves et d’adapter les types de travaux proposés aux élèves du fait qu’ils ne bénéficient pas du guidage que permet la classe au quotidien. Vous trouverez une veille particulièrement riche sur le site de l’ OZP qui porte tant sur les pratiques mises en œuvre que sur les réflexions nombreuses sur ces sujets.

Bac : « Le contrôle continu n’oblige pas le ministère de l’éducation à changer de stratégie en cas de confinement prolongé » Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a confirmé vendredi 3 avril que « l’ensemble des épreuves du brevet et du baccalauréat général, technologique et professionnel sera validé en contrôle continu » en 2020. La journaliste chargée des questions d’éducation au Monde Violaine Morin a décrypté ces annonces en répondant aux questions des lecteurs.

Coronavirus : « Le bac 2020 ne sera pas un diplôme au rabais », estime l’historien de l’éducation, Bruno Poucet. L’épidémie de coronavirus a conduit le gouvernement à annuler les épreuves du baccalauréat, avec un examen qui reposera cette année uniquement sur le contrôle continu. Ce qui fait redouter à certains lycéens et leurs parents un bac qui n’aura pas la même valeur que les autres. Mais selon Bruno Poucet, historien de l’éducation et professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne, ce ne sera pas le cas.

Contre la pandémie due au coronavirus, de nombreux pays misent sur la surveillance permise par le « big data » Quand pourra t-on rouvrir les écoles ? La destruction des écosystèmes par l'humain favorise l'émergence d'épidémies. Courrier International et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu.

Comprendre le covid-19 avec un chercheur spécialiste des pathologies respiratoires. Monologue du virus. Quelle a été la plus longue épidémie de tous les temps ? Quel animal a transmis le coronavirus aux humains ? Professeur André Grimaldi : "Il est temps de s'apercevoir que la santé doit échapper à la loi du marché !" Emmanuel Macron et le coronavirus : un discours de guerre en temps de paix. La guerre des générations à l’heure du Covid-19. Avec le coronavirus, les fractures entre les Français vont encore s’accentuer. Roland Gori : « La pandémie a révélé un certain nombre de mensonges de l'État »

Non, nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en pandémie. Et c'est bien assez. Face au coronavirus, la Chine mobilise ses drones (et sa propagande) COVID-19 : « Il aurait fallu s’inspirer de Taïwan, mais c’est trop tard » D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ? Nos réponses à vos questions pour mieux comprendre l’épidémie.