background preloader

Sitographie

Facebook Twitter

Les compagnies low-cost vont-elles concurrencer les grandes. REPÈRES La première compagnie considérée comme une référence pour le modèle low-cost est la compagnie Southwest Airlines créée au Texas en 1971. Aujourd’hui, Southwest a une flotte de 500 B-737 et a franchi le cap des 100 millions de passagers par an, ce qui en fait la première compagnie du monde en nombre de passagers, mais pas en passagers-kilomètres transportés ni en chiffre d’affaires. L'essor des compagnies low-cost en Europe est récent. La pionnière, Ryanair, a été créée en 1985, mais elle s'est d'abord cherchée et n'a véritablement adopté son modèle actuel de développement et pris son essor qu'à partir du milieu des années quatre-vingt-dix.

L'autre pionnière européenne est la britannique Easyjet créée en 1995. C'est aujourd'hui la première compagnie européenne en nombre annuel de passagers avec un chiffre de 50 millions par an, mais est encore loin d'Air France-KLM, de Lufthansa ou de British Airways en passagers-kilomètres transportés et en chiffre d'affaires. Abaisser les coûts. Vols long courrier low-cost : le point sur l'offre disponible aujourd'hui. Tour d'horizon des offres déjà disponibles en attendant que le long courrier low-cost se concrétise véritablement. Norwegian La compagnie low cost scandinave est l'une des rares à proposer des sièges à bas coût pour rejoindre un autre continent très éloigné. Précurseur sur ce créneau, Norwegian s'est lancé en mars 2014 pour rallier la Norvège aux Etats-Unis (New York, Boston, Los Angeles, Las Vegas, Orlando), à la Thaïlande et Dubaï.

La compagnie opère aussi ses vols depuis l'aéroport de Londres Gatwick, et bientôt les organisera depuis Paris-Orly et Barcelone. Au départ de Londres, un vol vers New York coûte environ 200 euros. Eurowings La filiale de la compagnie aérienne allemande Lufthansa est une des plus attendues sur le créneau du long courrier low-cost, l'une des plus concrètes aussi pour les voyageurs. "Sunline" d'Air Caraïbes Initiée par Air Caraïbes, le nom de la nouvelle compagnie low cost n'est pour l'instant connu que sous son nom de code "sunline". XL Airways. Low-cost long-courrier. Azul Linhas Aéreas Brasileiras va étendre son réseau long-courrier : la low-cost brésilienne a demandé les autorisations nécessaires pour desservir dès le mois de mai Lisbonne, sa première destination européenne. Les débuts d’Eurowings sur long-courrier sont laborieux : la low-cost de Lufthansa accumule les retards et suspend déjà Dubai pendant la saison été, une destination ouverte le mois dernier.

Air Asia X reliera dès le printemps prochain Kuala Lumpur et Auckland via Gold Coast, effectuant ainsi son retour en Nouvelle Zélande après quatre ans d’absence. La low-cost philippine Cebu Pacific a obtenu l’autorisation des autorités de son pays pour ajouter de nouveaux vols vers les Emirats Arabes Unis, Taïwan et la Russie, ce qui lui permettra de continuer son expansion long-courrier.

Norwegian Air Shuttle continue son expansion transatlantique en ouvrant en mai prochain une liaison entre Londres Gatwick et Oakland près de San Francisco. Une petite sur low cost pour Air Caraïbes. Transport La maison mère d'Air Caraïbes, le groupe Dubreuil, a décidé de lancer un projet visant à exploiter, dès juin 2016, une nouvelle compagnie aérienne privée française orientée vers les marchés loisirs.

Le groupe a annoncé l'acquisition sur fonds propres d'un Airbus A330-300 neuf, version 242 tonnes, équipé de connections Internet, et dont la livraison et le 1er vol interviendront en juin 2016. Cette nouvelle compagnie - nom de code "Sunline" – créée à partir d'une feuille blanche, se basera sur un modèle nouveau de transporteur low cost long-courrier. Low-cost sur le long-courrier, la nouvelle donne du transport aérien? Le low-cost long-courrier est-il enfin en train de voir le jour ? Peut-il révolutionner le transport sur des distances dépassant les 5 heures de vol (la limite entre moyen et long-courrier) comme il l'a fait sur les vols de courte distance ?

Ou est-il au contraire condamné à rester sur des marchés de niche voire à disparaitre ? Le phénomène se développe en Asie En attendant, trois décennies après la faillite de la compagnie à bas prix britannique Skytrain en 1982, qui avait raflé près de 20% du marché entre Londres et les Etats-Unis après cinq ans d'existence, le phénomène est réapparu ces dernières années, essentiellement en Asie. En réponse à l'offensive d'Air AsiaX, la filiale long-courrier de la low-cost malaisienne Air Asia lancée en 2007, plusieurs compagnies traditionnelles de la zone Asie-Pacifique ont riposté en lançant, elles aussi, des filiales du même type. ... et arrive en Europe !

Depuis peu, le modèle a commencé à se propager sur le continent européen. Levier de croissance. Lufthansa va tenter le pari du long-courrier low cost. Ryanair, Easyjet, Transavia.., le "tout low-cost" est-il possible en Europe ? Avec l'irrésistible croissance des transporteurs low-cost sur le Vieux Continent et la volonté des grandes compagnies traditionnelles de développer fortement leur filiale à bas prix, le passage au « tout low-cost » en Europe semble constituer le sens de l'Histoire pour de nombreux acteurs. « À l'avenir, à l'exception de quelques compagnies de niche, le mode opératoire du transport aérien court et moyencourrier sera complètement low cost », estime Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities.« Les compagnies classiques ne savent pas comment gagner de l'argent sur les courtes distances, a récemment déclaré Carolyn McCall, la directrice générale d'EasyJet.

À l'avenir, la majorité des voyages aériens en Europe sera assurée par des compagnies à bas coûts. » 40 à 45% du marché Vingt ans après la naissance du phénomène low cost en Europe, avec la conversion à ce modèle de Ryanair en 1994, les compagnies à bas coûts vont-elles rafler la mise ? Y a-t-il une limite ? Un point fondamental. Le low-cost long-courrier : une menace pour la concurrence et l'emploi. Dans un article de La Tribune du 25 juillet 2014, M Emmanuel Combe et Laurent Perrier constatent l'arrivée de compagnies low-cost long courriers à partir de l'Europe et leur analyse économique est pertinente. L'idée de nouveaux entrants long courriers dans le marché européen peut être séduisante car il est vrai que la concurrence de compagnies low-cost a aidé les entreprises à mieux se structurer pour adapter leurs coûts à la demande des consommateurs.

Mais dans cette frénésie financière et économique mondiale, les fondamentaux de nos sociétés - souvent complexes - ne doivent jamais être oubliés. Et d'ailleurs, les auteurs de l'analyse précitée en sont conscients et se limitent volontairement à des aspects économiques. Le consommateur est avant tout un citoyen Concurrence déloyale ? Norwegian air international : une entreprise fictive en Irlande Le cas de la filiale irlandaise long-courrier de Norwegian (Norwegian Air International - NAI) est le symbole du détournement des lois européennes. Ryanair en 2017 : wifi et vols transatlantiques ? La compagnie aérienne low cost Ryanair n’en est qu’au début de son changement d’image, avec pour objectif pendant les trois prochaines années de lancer une offre gratuite de wifi, des vols transatlantiques, des combinés vol+hôtel – et une nouvelle décoration de la cabine.

Dans un long entretien accordé en exclusivité au quotidien irlandais The Independent, le directeur du marketing de la spécialiste irlandaise du vol pas cher a dévoilé l’évolution planifiée d’ici 2018, à commencer par le wifi gratuit. Selon Kenny Jacobs, l’offre sera lancée d’ici 18 à 24 mois à condition de « trouver la bonne technologie ». Ryanair ne semble donc pas vouloir se presser, à l’instar de sa rivale easyJet dont la PDG Carolyn McCall expliquait la semaine dernière que la demande n’était pas « massive », mais que le service finirait par être proposé une fois les prix plus abordables.

Le serpent de mer des vols transatlantiques de Ryanair a fait une réapparition surprise dans l’interview. Aérien : que pèsent les compagnies low cost en Europe ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil L'Airbus A 320 qui s'est écrasé mardi 24 mars dans la région dans les Alpes-de-Haute-Provence, avec 150 personnes à son bord, était un appareil de la compagnie Germanwings, filale low-cost de la Lufthansa. Les causes de la tragédie ne sont pas connues pour l'heure. Nous republions ici notre article de janvier sur le poids grandissant du low-cost dans le secteur aérien en Europe. L'essor des compagnies aériennes low cost au détriment des compagnies « historiques » ne se dément pas en Europe : les passagers des compagnies européennes classiques privilégient toujours un peu plus les transporteurs à bas coûts.

Bilan de l'année 2014. Un rapport de un à deux pour la croissance Si l'on regarde la croissance du trafic passageren 2014, la palme revient à un représentant des compagnies traditionnelles : IAG, maison mère de Bristish Airways totalise 15 % de passagers en plus, soit 77,3 millions au total. Un podium inchangé. Ryanair relance son projet de vols à bas prix vers les Etats-Unis. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil Après avoir imaginé de faire voyager ses passagers debout ou de leur faire payer l’utilisation des toilettes, Michael O’Leary le bouillant PDG de la compagnie low cost Ryanair, relance son projet de vols transatlantiques à prix cassés, à 14 euros (10 livres). « Le conseil d’administration de Ryanair (…) a approuvé des projets de développement pour la croissance future, dont un projet transatlantique », a fait savoir, lundi 16 mars, la compagnie irlandaise low cost. L’objectif de la compagnie irlandaise est de proposer des vols à destination d’une grosse douzaine de villes américaines depuis le même nombre de villes en Europe.

Des vols pas chers, certes, mais qui ne sont pas pour tout de suite ! Ryanair n’imagine pas relier Miami, New York, Chicago ou Boston depuis Londres Berlin ou Dublin avant quatre ou cinq ans. Par ailleurs, à l’examen, la future offre du groupe semble plus publicitaire que réelle. Acquérir des avions long-courriers. Aérien : le poids toujours croissant des compagnies low cost en Europe. Le trafic passager de Ryanair et d’easyJet progresse deux fois plus vite que celui de l’ensemble des compagnies classiques. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil L’essor des compagnies aériennes low cost au détriment des compagnies « historiques » ne se dément pas en Europe. Comme une baignoire qui se vide, les passagers des compagnies européennes classiques privilégient toujours un peu plus les transporteurs à bas coûts.

Bilan de l’année 2014. Un rapport de un à deux pour la croissance Si l’on regarde la croissance du trafic passager l’an dernier, la palme revient à un représentant des compagnies traditionnelles : IAG, maison mère de Bristish Airways totalise 15 % de passagers en plus, soit 77,3 millions au total. Lire aussi Ryanair et easyJet : des compagnies low cost championnes d’Europe des bénéfices Un podium inchangé Elle conserve ainsi son rang de numéro un européenne.

Air France-KLM conserve de justesse sa troisième place. Air France bousculé en Europe et en Asie. Les chiffres de l’aérien : les résultats de huit low cost européennes. L’ELFAA (Européean low Fares Airline association) qui regroupe 9 compagnies européennes : easyJet, Flybe, Jet2.com, Norwegian, Ryanair, SverigeFlyg, transavia.com, Vueling et Wizz Air a sorti ses dernières statistiques de trafic passager s’arrêtant à juin 2012. Les résultats montrent une augmentation du trafic passagers de 5,6 % d’une année sur l’autre de juillet 2011 à juin 2012, prouvant la « durabilité de ce modèle économique » selon John Hanlon, secrétaire général de l’ELFAA. L’ELFAA et ses neuf compagnies ont transporté 193 millions de passagers l’année dernière, ce qui représente 43 % du trafic intra-européen. A noter que le tableau ne prend pas en compte la neuvième compagnie, ses performances par rapport aux neuf autres étant marginales (0,35 % du trafic total de l’ELFAA).

Pas de surprise, Ryanair est la low cost n°1 en Europe avec 77,1 millions de passagers transportés, devant easyJet (57,4), Norwegian Air Shuttle (16), Vueling, Wizz Air, Flybe et Transavia.com. Source : ELFAA. Transport aérien : le low-cost long courrier va-t-il enfin décoller. Air France étudierait sérieusement le lancement d’une offre low-cost long-courrier, selon Les Echos. Longtemps inenvisageable du fait des coûts de structure des compagnies aériennes, le modèle low-cost pourrait-il un jour s’étendre aux destinations les plus éloignées ? Un vol Paris-New York à 15 euros ? C’est ce qu’annonçait le roi du low-cost Ryanair en mars dernier avant de faire machine arrière quelques jours plus tard en expliquant que, s’il venait à exister, ce projet serait porté par une filiale.

Seules quelques compagnies à travers le monde ont en fait déjà sauté le pas, notamment en Asie. Capital.fr a fait le point sur cette nouvelle tendance. Des initiatives jusque là limitées Déjà effectué par la compagnie américaine Southwest Airlines sur son marché domestique, le low-cost long courrier (plus de 5 heures de vol) a véritablement débuté à l’international en 2007 avec le lancement d’AirAsia X, filiale de la compagnie malaisienne à bas coûts Air Asia. Wow Air lance des vols entre Paris et l'Ouest Américain. Transport La low cost islandaire Wow Air ouvre des vols vers Paris vers Los Angeles et San Francisco, via l’aéroport de Reykjavik.

Wow Air commencera à opérer ces nouvelles liaisons à partir de l’été 2016. Les vols inauguraux depuis l’Islande sont prévus le 9 juin vers San Francisco et le 15 juin vers Los Angeles. La compagnie islandaise proposera aux Français quatre liaisons hebdomadaires, à partir de 199 euros, depuis Paris Charles de Gaulle vers Los Angeles et cinq vers San Francisco, avec stop-over d’une heure environ en Islande.

Le développement de Wow Air vers la Californie fait suite au lancement réussi "des connections transatlantiques au départ de Paris Charles de Gaulle vers Boston et Washington début 2015 et à l’annonce de la mise en place de nouvelles liaisons vers Montréal et Toronto à partir de mai 2016, toutes opérées via l’Islande avec des tarifs commençant à 139 euros".