background preloader

PSY

Facebook Twitter

Sortir de la souffrance. Avec Miguel Benasayag, état des lieux des nouvelles formes de souffrance psychique, en lien avec la crise, avec l'instantanéité, avec une forme d'isolement "toujours connecté". Pour des pratiques thérapeutiques qui résonnent avec le monde. Pour la dernière partie de l'émission, l'équipe de la Grande Table reçoit Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, auteur deClinique du mal-être – La « psy » face aux nouvelles souffrances psychiques , avec la collaboration d’Angélique Del Rey (La Découverte, février 2015). C'est notre complice Eric fassin, sociologue, professeur à l'Université Paris 8 département de science politique et département d'études de genre, chercheur au laboratoire d'études de genre et de sexualité (LEGS), qui est là aujourd'hui pour dialoguer avec lui.

Il y a un constat c'est que la crise sociale, la crise historique que l'on vit, dans toutes ses dimensions : économique, culturelle, spirituelle prend corps dans le corps et dans la tête des gens. Psychisme et politique : sortir de la souffrance. L’émission « La Grande table » sur France Culture recevait, le 4 février 2015, Miguel Benasayag, pour un état des lieux des nouvelles formes de souffrance psychique, en lien avec la crise, avec l’instantanéité, avec une forme d’isolement « toujours connecté ».

Et pour cela, Miguel Benasayag articule la clinique avec l’émancipation, c’est-à-dire la psychanalyse avec la politique. C’est à écouter en streaming ici. Et je vous en propose des extraits choisis, l’idée étant de vous donner envie d’écouter toute l’émission.. Ces extraits sont nécessairement sortis de leur contexte du fait qu’ils sont extraits du dialogue initial. Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste Son dernier livre : « Clinique du mal-être – La psy face aux nouvelles souffrances psychiques ». Extraits choisis de l’émission : La souffrance psychique manifeste une souffrance sociale Désingularisation du processus de la souffrance. Sur la solitude Eric Fassin : Il n’y a pas d’un côté le psychisme, et de l’autre la société.