background preloader

Actus musée

Facebook Twitter

Le Louvre victime d'un vaste trafic de billets d'entrée. Trente ans après l'ouverture de la Pyramide du Louvre, quel sera le "grand projet" d'Emmanuel Macron ? Il y a trente ans jour pour jour, François Mitterrand inaugurait la grande pyramide du Louvre, l'un de ses projets d'envergure. Et si, comme Georges Pompidou, Valéry Giscard-d'Estaing ou Jacques Chirac, Emmanuel Macron voulait laisser sa trace architecturale dans le paysage français, quel pourrait être son choix ?

Le 4 mars 1988, François Mitterrand inaugurait en grande pompe un monument encore en chantier, à l'époque controversé, aujourd'hui devenu partie intégrante du patrimoine parisien : la Pyramide du Louvre (et son alter ego souterrain, la pyramide inversée, devenue symbole spirituel avec le best-seller Da Vinci Code), conçue par l'architecte Ieoh Ming Pei. Pas de grands chantiers pour Hollande et Sarkozy Et après ? Nicolas Sarkozy a lancé puis abandonné l'idée d'une "Maison de l'histoire de France" à la place des actuelles Archives nationales, à Paris.

Ces "grands travaux", souvent vus comme un fait du prince, ne sont-ils pas des décisions on-ne-peut-plus "jupitériennes" ? L'Inrap et le musée du Louvre renouvellent leur. Le bilan très peu mitigé de Jean-Luc Martinez au Louvre. 1. Vue du Louvre prise de la salle de la Chapelle Photo : Didier Rykner Voir l´image dans sa page L’exposition « François Ier et les Flandres » actuellement au Louvre, est magnifique. Sans doute l’une des plus belles et des plus importantes de ces dernières années, une exposition qui fera date dans l’histoire de l’histoire de l’art.

Comme nous l’avions écrit alors, nous voyions plutôt d’un bon œil la nomination de Jean-Luc Martinez à la tête du Louvre (voir la brève du 3/4/13). Nous avons cherché longtemps des points positifs à mettre en avant dans cet article, car il est normal, dans un bilan, d’essayer d’être mesuré. 2. Voir l´image dans sa page Un nivellement par le bas Le président-directeur se mêle de tout, jusqu’à relire le moindre cartel écrit par les conservateurs (il souhaite tous les renouveler, et il y en a 38 000...) au risque de négliger le principal. 3.

Voir l´image dans sa page 4. Voir l´image dans sa page 5. Voir l´image dans sa page 6. Voir l´image dans sa page 7. 8. 9. Le Louvre s'exporte à Téhéran en cinquante chefs-d'œuvre. Comment bien visiter le Louvre en 2018. Acheter son billet Si vous voulez acheter vos billets sur place, la billetterie se trouve sous la Pyramide, juste avant l'allée qui va vers le centre commercial du Carrousel. Pour acheter vos billets en ligne cliquez sur ce lien. En achetant vos billets à l’avance vous pouvez utiliser l’accès réservé aux porteurs de« e-billets » et leurs accompagnants (ex: enfants) du passage Richelieu. Ce passage, très peu fréquenté, se trouve en face de la rue de Rivoli, vous pouvez aussi y accéder à partir de la station de métro "Palais royal - musée du Louvre" (ligne de métro n° 1). Dans la station, prendre la sortie n°1 "Passage Richelieu".Prix du billet Le prix du billet aux caisses est de 15€, il comprend l'accès aux collections permanentes, aux expositions temporaires et au musée Delacroix situé dans le 6e arrondissement.Attention si vous achetez votre billet sur internet, le prix est majoré de 2€, vous le paierez donc 17€.

Gratuité L'entrée du musée est gratuite pour : Où est l’entrée du Louvre ? Wifi. Mathieu Kassovitz visiter le Louvre seul, pour CNN STYLE – People Inside. Pour CNN Style, le réalisateur Mathieu Kassovitz a eu le privilège de visiter le Louvre seul, sans aucune foule. Un musée qu’il affectionne particulièrement et qu’il considère être le cœur de Paris. Sa passion pour le musée du Louvre « Le Louvre est un musée unique en son genre qui se démarque par son architecture exceptionnelle. C’est le cœur de Paris. Peu importe l’endroit où vous posez vos yeux, tout y est magnifique. Vous ne pouvez pas réellement l’apprécier si vous souhaitez tout faire en une seule fois. Pouvoir visiter le Louvre seul est une expérience singulière. Le lien entre culture et drame « Paris est la ville lumière. Enfin restaurée, La Vénus du Pardo de Titien retourne au Louvre. Après une patiente et minutieuse restauration de 14 ans effectuée par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), ce chef-d’œuvre du XVIe siècle va retrouver les cimaises de la Salle des États du Louvre.

À œuvre monumentale, restauration monumentale. Arrivée en 2002 au C2RMF, La Vénus du Pardo de Titien est revenue depuis le 30 mars au musée du Louvre. Appelée aussi Jupiter et Antiope, cette composition monumentale de près de 4 mètres sur 2 a fait l’objet d’une restauration de longue haleine. Aussi, la connaissance que nous avons de ce tableau peint par le peintre vénitien entre 1520 et 1552 s’est considérablement enrichie. À son entrée dans l’atelier de Flore du C2RMF en 2002, le tableau est détendu, la couche picturale très assombrie couverte par un vernis oxydé, maculé de repeints et jutages désaccordés. Au Louvre, la garde alternée de deux Rembrandt. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Philippe Dagen Affaires de famille franco-néerlandaises au Louvre : le roi et la reine des Pays-Bas, en voyage officiel en France, et le président de la République, François Hollande, ont célébré, jeudi 10 mars au matin, l’union du Rijksmuseum d’Amsterdam et du Musée du Louvre, union grâce à laquelle Maerten Soolmans et son épouse, Oopjen Coppit, ne seront pas séparés.

Leur double portrait en pied a été peint, en 1634, par Rembrandt, un an après leur mariage et alors qu’Oopjen était déjà enceinte. En présence de quelques ministres et de beaucoup de caméras, monarques et président ont donc joué les amateurs d’art, quelques brèves minutes : il fallait bien tant de hautes autorités pour fêter cette union, tant elle a été délicate à négocier. Lire le récit : Le couple peint par Rembrandt en garde alternée entre Paris et Amsterdam Garde alternée tous les huit ans Lire le focus : Rembrandt : vers un divorce à l’amiable Restaurations décidées conjointement. Inquiétudes sur le Louvre. A Paris, le nouveau directeur Jean-Luc Martinez réduit les expositions, écarte les artistes contemporains, s'éloigne du mécénat… Le futur cousin d'Abu Dhabi ferait-il déjà de l'ombre à son ancêtre ?

C'était il y a un an ou presque. Le 15 avril 2013, le Louvre changeait de capitaine. Son flamboyant patron, Henri Loyrette, quittait le vaisseau après quatre mandats (2001-2013). A l'issue d'un appel à candidatures peu habituel dans cette maison où l'on procède traditionnellement par cooptation, un certain Jean-Luc Martinez, 49 ans, reprenait finalement la barre. Stupéfaction dans le vénérable palais des bords de Seine : un tel érudit – il faut voir la liste impressionnante de ses publications et contributions – avait-il vraiment la carrure, le charisme nécessaires pour diriger le plus grand musée de la planète ?

Cadet d'un facteur et d'une concierge, élevé à Rosny-sous-Bois, ce petit-fils d'immigrés espagnols entretient avec le Louvre un rapport non pas d'ordre culturel, mais existentiel.