background preloader

Elmuneco92

Facebook Twitter

La méthode Mourinho. LE MONDE SPORT ET FORME | • Mis à jour le | Par Rémi Dupré Dans les allées verdoyantes du centre d’entraînement de Cobham, le quartier général du club de Chelsea situé à 30 kilomètres au sud de Londres, on assure que, cette fois, José Mourinho « ne cherchera pas le conflit ».

La méthode Mourinho

Contrairement à la saison passée, le manager des « Blues » a promis d’éviter la moindre provocation, pique mâtinée d’ironie et autre saillie venimeuse avant de se déplacer au Parc des Princes, mardi 17 février, pour défier le Paris-Saint-Germain lors des 8es de finale aller de Ligue des champions. Mais comment croire un seul instant que le sardonique Portugais forcera sa nature à l’heure d’affronter la formation française qu’il a humiliée l’an dernier ? « Les supporteurs l’adorent, souffle-t-on aux portes de Cobham. Ils ont besoin d’avoir un manager en situation de force. Synthèse : la data dans le football. Un double usage en progression L’usage proprement sportif est souvent peu mis en avant mais est pourtant important.

Synthèse : la data dans le football

Les données recueillies permettent de travailler de manière optimale avec les joueurs, d’augmenter le rendement de chacun et de chaque entrainement, c’est une évolution logique de la technologie. L’usage médiatique premier est simple : enrichir la présentation-représentation de match. Le risque inhérent est d’en fait un gadget, mais sans plus. Là où les statistiques deviennent intéressants mais peuvent également engendrer des dérives, tient place dans l’analyse. Une utilisation de ces matériaux s’opère de plus en plus souvent. Prenons l’exemple du Footoscope, sur lequel Philippe Gargov (Football Totalitaire) a collaboré : le but est de livrer les clés du match au grand public, c’est un outil d’analyse alternatif.

Comment Southampton compte dynamiser ses centres de profits ? Ecofoot.fr > Marketing > Comment Southampton compte dynamiser ses centres de profits ?

Comment Southampton compte dynamiser ses centres de profits ?

Marketing Published on octobre 6th, 2015 | by Anthony Alyce EmailShare Alors que le club de Southampton est de retour en Premier League depuis seulement la saison 2012-13, les Saints ne cessent de progresser sportivement et économiquement au sein de l’élite anglaise. Cette ascension est notamment due à une excellente stratégie marketing mise au point par le club.

Certes, Southampton FC n’est pas (encore) un poids lourd sportif et financier de Premier League. Mais la formation du sud de l’Angleterre avance pas à pas, en mettant au point un axe stratégique affirmé et ambitieux. « Nous souhaitons engager nos fans comme une marque et non nécessairement comme un club de football » résume ainsi James Kennedy, directeur marketing de Southampton FC, pour décrire en quelques mots la nouvelle orientation des Saints. Cette nouvelle stratégie ne se résume pas simplement à remplacer le mot supporter par client. Dix conseils pour gagner une séance de tirs au but. Le «groundhopping», ou quand le football devient une destination touristique. Passionnées par les ambiances des stades de football (et pas que), des dizaines de personnes n’hésitent pas à parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir de nouvelles enceintes et de nouvelles atmosphères.

Le «groundhopping», ou quand le football devient une destination touristique

Chaque semaine, plusieurs centaines de milliers de supporters de football se retrouvent dans les pays du monde entier pour assister à des matchs. Au milieu de tout ce monde, des spectateurs ne sont pas là pour encourager une des deux équipes présentes sur le pré, mais pour découvrir un stade et une atmosphère qu’ils ne connaissent pas et apprécier le spectacle visible dans les travées. Ces personnes-là, très souvent issues du mouvement ultra, font du groundhopping. Contraction de ground («terrain») et de hopping («sautant»), le groundhopping est le fait de «se déplacer pour aller voir des matchs dans des stades où l’on n'a jamais été», explique Rémi, 26 ans, ancien ultra du PSG et groundhopper.

#4 The Interview : la data, d’Opta à Canal+ Il y a quelques mois, nous lancions la nouvelle rubrique « The Interview » par un entretien avec Rob Bateman, Directeur du Contenu et des Services de Clientèle pour Opta, leader mondial des statistiques.

#4 The Interview : la data, d’Opta à Canal+

Pour nous recentrer sur l’Hexagone et avoir un lien direct avec la France et l’Angleterre, nous recevons aujourd’hui David Wall, que vous retrouvez chaque semaine dans la « Data Room » de Canal+ et qui est également rédacteur en chef d’Opta. Nous lui avons posé différentes questions sur le rôle de la « data » et son utilisation. Témoin privilégié de la « data-sphère » française, il nous livre ses impressions. Comment arrive-t-on chez Opta Sport, après quelles études ? J’ai débuté à Opta après un master de journalisme à Londres. Quand on travaille pour Opta, quelle fonction a-t-on ? Je m’occupe du bureau éditorial France + Benelux, donc surtout la relation avec les clients médias (L’Equipe, Canal +, beIN, etc) et les clubs pros.

Tu es également consultant dans la Data Room de Canal+. #1 The Interview : Opta, au coeur des statistiques. My Premier League lance une nouvelle rubrique nommé « The Interview ».

#1 The Interview : Opta, au coeur des statistiques

Nous nous efforcerons, comme nous l’avons déjà fait, de proposer des discussions sur des sujets de fond avec des interlocuteurs pertinents. Voici le premier volet de cette nouvelle série… 2015. L’âge d’or des statistiques.