background preloader

Citoyenneté

Facebook Twitter

Citoyen hackeur. Le diagnostic est maintenant largement partagé : la démocratie, au moins dans sa forme représentative, serait « malade », à bout de souffle.

Citoyen hackeur

Elle serait débordée par la défiance exprimée par des citoyens réfugiés dans l’abstention et prêts à se mobiliser dans la rue pour venir contester les décisions prises par des gouvernants en manque de légitimité [1]. De fait, rarement un malade n’aura vu autant de docteurs à son chevet : on ne compte plus les propositions de transformations institutionnelles, les réflexions théoriques pour réformer le fonctionnement de nos institutions [2]. Cittaslow, vivre lentement et simplement. Milan fait partie du réseau « Cittaslow Metropole », au même titre que Rome et San Francisco. © Armin Gruber Le réseau Cittaslow regroupe aujourd’hui 192 villes dans 29 pays.

Cittaslow, vivre lentement et simplement

L’impulsion est venue d’Italie depuis le village d’Orvieto en Ombrie. Le mouvement, né en 1999, est la suite logique du Slow Food et réaffirme l’importance d’aller au-delà « du travail et de la productivité ». La réduction des pollutions lumineuse et sonore, la valorisation des grands arbres ou bien le développement de l’hospitalité sont quelques-uns des critères qui définissent la « ville lente ». Mais les métropoles se prêtent-elles à l’exercice ? « Il n’y a pas de ville lente qui ne soit pas aussi intelligente » Pier Giorgio Oliveti remarque un intérêt croissant des métropoles pour Cittaslow depuis 2010. Pour aider les gens à se déplacer sans leur voiture, la ville de Barcelone développe les pistes cyclables, de 100 km aujourd’hui à 300 km à terme. © Barcelona.cat « Une forme de contre-culture » Vie privée, santé, démocratie participative… Ce que prévoit le Parti pirate islandais.

Ce parti politique devrait être le principal vainqueur des élections législatives.

Vie privée, santé, démocratie participative… Ce que prévoit le Parti pirate islandais

C’est un cas unique dans le monde : en Islande, où des élections législatives se déroulent samedi 29 octobre, la star de la campagne a été le Parti pirate. La déclinaison islandaise de ce mouvement politique international, qui prône le libre-échange d’informations et la démocratie participative, récolte autour de 20 % des intentions de vote dans les sondages. Civic Tech : la démocratie à l’heure du numérique. « Nous sommes des citoyens du XXIe siècle qui faisons de notre mieux pour faire fonctionner des institutions qui ont été conçues au XIXe siècle et sont basées sur un support d’information qui remonte au XVe siècle.

Civic Tech : la démocratie à l’heure du numérique

Il est temps de commencer à nous poser la question : quelle démocratie voulons-nous à l’ère d’internet ? » Voici le constat posé par Pia Mancini, une politologue argentine qui a par ailleurs fondé DemocracyOS. Et pour beaucoup, il représente la raison – ou l’explication – de la naissance de ce que l’on appelle la Civic Tech. Quels enjeux pour les innovations démocratiques. Faire se croiser chercheurs et nouvelles formes d’innovation démocratiques… Telle était l’ambition du débat organisé à Super Public, le 8 juin dernier à l’invitation du politiste Loïc Blondiaux (@loicblondiaux), qui signait récemment une tribune plutôt bienveillante à l’égard des « Civic Tech », ces solutions qui réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie.

Quels enjeux pour les innovations démocratiques

Mais quelles sont-elles ces innovations ? De quelle nature sont-elles ? Que proposent-elles ? Image : photos de la soirée via le storify de la rencontre. Les 7 familles des Civic Techs A l’heure où la mairie de Paris envisage la création d’un CiviHall, d’un espace pour accueillir les différentes formes d’innovations démocratiques, il est nécessaire de mieux comprendre leur diversité. Pour Armel Le Coz, celles-ci se classent en 7 grandes familles. Les citoyens autonomes : agir d’abord ! Le budget participatif primé par Le Monde. Le quotidien Le Monde a dévoilé, vendredi 20 mai, le palmarès de ses premiers "Prix de l'innovation Le Monde Smart Cities".

Le budget participatif primé par Le Monde

La Ville de Rennes est lauréate dans la catégorie "Participation civique" pour son premier budget participatif. Pour son premier budget participatif, la Ville de Rennes a reçu, vendredi 20 mai, le premier Prix du Concours de l'innovation SmartCities, dans la catégorie "participation civique". Site internet du collectif Pouvoir dagir. Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens. Des citoyens qui aident les élus et leurs services à bâtir le futur des collectivités territoriales, c’est aujourd’hui une réalité à l’échelle mondiale, qui compte déjà plusieurs partisans en France.

Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens

Pour ce faire, de nombreux outils participatifs ont été conçus et sont utilisés, notamment par les communes. Ils permettent de recueillir les idées, avis et votes de chacun avec pour but de financer ensuite les projets de demain, la finalité étant bien la co-construction de ces derniers. Paris, l’exemple français le plus frappant Pour bâtir une ville juste, progressiste et durable, l’intelligence collective est notre plus grande force. L’échange et le débat sont nos outils les plus puissants.

Ces propos sont signés Anne Hidalgo, Maire de Paris, qui a décidé de consacrer 5% du budget d’investissement de la ville sur l’ensemble de sa mandature, soit 480 millions d’euros, pour financer des projets proposés par des citoyens.