background preloader

Le sol, des hommes

Facebook Twitter

Chapitre_5_Le_sol_un_patrimoine_durable. Ressources géologiques et environnement, www.monanneeaucollege.com. A retenir : énergétiques De tout temps l'homme a su extraire et utiliser les ressources géologiques pour construire (granite, calcaire, argile, sable…) ou encore comme matières premières pour l'industrie et l'artisanat (minerais, ocres…).Les techniques de constructions utilisées ont évolué, ainsi entre l'an 40 et l'an 60 de notre ère, le Pont du Gard qui traverse le Gardon, fût construit à partir d'une roche, le calcaire coquiller, extraite de la carrière de Vers en aval du Pont du Gard. Ce pont nécessita 50 000 tonnes de blocs calcaires. Non loin du pont du Gard, le Pont TGV d'Avignon qui enjambe le Rhône, fût construitde 1996 à 1999 en béton précontraint et en béton armé. Ce pont nécessita 110 000 m3 de béton. A l'inverse des blocs de calcaires utilisés pour la construction du pont du Gard, le béton est formé à partir de matériaux différents qui subissent des transformations.

Désormais il est temps de se tourner vers d'autres sources d'énergie, beaucoup moins polluantes et inépuisables. Âge du fer. Reconstitution d'une maison de l'âge du fer en Europe. L'âge du fer est une période chronologique caractérisée par l'usage de la métallurgie du fer et faisant généralement suite à l'âge du bronze. Cependant, les limites chronologiques de l'âge du fer varient considérablement selon l'aire culturelle et géographique considérée. Ainsi peut-il être considéré comme appartenant à la Préhistoire, à la Protohistoire ou l'Histoire selon les aires géographiques considérées.

L'âge du fer débute vers 1100 av. J. -C. dans le monde méditerranéen, vers 800 à 700 av. La métallurgie du fer nécessite une température plus élevée que celle du bronze, atteignable grâce à l'évolution technologique des fours[2]. Historiographie[modifier | modifier le code] L'existence d'un âge du fer est déjà évoquée dans le De natura rerum de Lucrèce, mais comme simple hypothèse philosophique[3]. L'invention de l'expression « âge du fer » est attribuée au chercheur danois C. Rasoir en bronze, Premier âge du fer, Acy-Romance. Frise chronologique histoire et archéologie, de la préhistoire à nos jours - Inrap - Archéologie préventive. Âge du bronze. L’âge du bronze est une période de la protohistoire et de l'histoire caractérisée par un usage important de la métallurgie du bronze. Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d’étain.

Aujourd’hui, il est admis que cette période succède à l’âge du cuivre ou chalcolithique et précède l’âge du fer, dans les régions du monde où ces catégories sont pertinentes. Comme pour les autres périodes de la préhistoire, les limites chronologiques de l’âge du bronze varient considérablement selon l’aire culturelle et selon l’aire géographique considérées. Globalement, dans les régions du monde où il est particulièrement significatif et étudié (Proche-Orient, Europe, Asie), l'âge du bronze s'étend sur une période de 2 000 ans, de 3000 à 1000 av. J. Historiographie[modifier | modifier le code] Les précurseurs[modifier | modifier le code] Antoine de Jussieu[modifier | modifier le code] Nicolas Mahudel et la théorie des trois âges[modifier | modifier le code] Bronze ancien : 1800 à 1400 av. L'exploitation minière | Minéralinfo.

Deux étapes préalables : le projet et la construction Deux étapes précèdent généralement la véritable exploitation du gisement. La première est l’exploration minière qui permet de mettre en évidence un gisement exploitable sur les plans technique, économique, environnemental et sociétal. Vient ensuite la construction du site minier qui consiste à préparer le site (accès, défrichement, gestion des eaux, etc.), construire les infrastructures nécessaires, recruter et former le personnel. La planification minière L’exploitation est planifiée par les ingénieurs des mines.

Ceux-ci ont pour mission d’assurer l’exploitabilité technique des réserves (voir encadré) avec les moyens de production à disposition et de garantir la meilleure extraction possible du minerai, tant en quantité et qu’en qualité. De l’extraction au traitement du minerai Les mines les plus communes aujourd’hui sont celles à ciel ouvert ; elles concernent les cas où le minerai est relativement proche de la surface.

6 memoire diois. Favoriser le non-travail du sol | Institut de l'Agriculture Durable. Les techniques culturales, avec ou sans labour, sont un sujet d’actualité en raison de la recherche d’une meilleure efficacité économique des exploitations et d’une optimisation du temps de travail. Les questions posées par les producteurs sont nombreuses et suscitent souvent des débats : quels sont les impacts sur le sol, la qualité des produits, l’environnement, l’économie de l’exploitation, le temps de travail ? Les motivations d’adoption des techniques sans labour peuvent être diverses et les conséquences aux plans agronomique, environnemental et économique différentes d’une exploitation à une autre et même d’une parcelle à une autre.

Il n’y a pas de réponse toute faite ; les règles de décisions doivent être adaptées à chaque situation. Les répercussions économiques de l’introduction de la simplification du travail du sol sont toujours spécifiques de l’exploitation concernée. Les enjeux agronomiques et environnementaux L’influence sur la microflore et la flore Les vertébrés. L’eau. Savoy (Emile). L'Agriculture à travers les âges. Histoire de l'agriculture. L’histoire de l'agriculture est l'histoire de la domestication des plantes, des animaux et du développement, par les êtres humains, des techniques nécessaires pour les cultiver ou les élever, puis de la modification des écosystèmes cultivés, transformés en agroécosystèmes. L'agriculture est apparue indépendamment dans différentes parties du monde lors de la Révolution néolithique, il y a parfois plus de dix mille ans. On peut supposer que cela a débuté par une agriculture de subsistance.

Puis, peu à peu, s'est créée une agriculture de production et de négoce. En contrepartie, ces développements récents de type industriel conduisent une partie des consommateurs des pays riches à des inquiétudes et des remises en question concernant la qualité des aliments, leur innocuité et les conséquences des méthodes modernes sur l'environnement. Sommaire Naissance de l'agriculture[modifier | modifier le code] [modifier | modifier le code] Les foyers de l'agriculture T. Vers 10 000 av. Occupation du sol des Parcs de Midi-Pyrénées - Trame écologique du Massif central.

25 avril 2012 Affichages : 3929 Occupation du sol, définition L'occupation du sol peut être succinctement définie comme la couverture physique (et biologique) de la surface des terres émergées (d'après FAO, 1998). Différents processus naturels et anthropiques interviennent et modifient l'occupation du sol. Ainsi, la description de celle-ci est alors utile pour la connaissance scientifique des états et de l'évolution des écosystèmes, des agrosystèmes et des territoires, ainsi que pour la gestion des ressources naturelles et l'aménagement du territoire : zones artificialisées, espaces agricoles, forêts ou landes, zones humides, surfaces en eaux...

La description de l'occupation du sol repose sur la représentation d'une homogénéité locale et relative de la couverture terrestre et dépend des applications scientifiques et techniques utilisées, de l'échelle de représentation et du point-de-vue de l'utilisateur final. CNRS/sagascience - Biodiversité et sol : impact de l'Homme. Le sol, couche supérieure de la croûte terrestre, est une ressource fragile non renouvelable façonnée par les activités anthropiques.

L'espèce humaine le modifie pour son espace de vie, son alimentation et son développement. Elle utilise les fonctions écologiques du sol de manière parfois irraisonnée ou excessive, diminuant en quelques années la quantité et la diversité des formes de vie qu'il abrite. L'accroissement de la population humaine, l'aménagement des terres (activités industrielles, urbaines ou touristiques), leurs modes de gestion agricole (labours, surpâturage...), et forestière, ainsi que les changements climatiques, sont les principales causes des bouleversements que subissent les sols.

Elles influencent la modification du couvert végétal et les pollutions (agricoles, industrielles, urbaines, transports) qui agissent sur la biodiversité du sol et peuvent entraîner son dysfonctionnement.© Bruno Locatelli (www.locatelli1.net) Conséquences de la dégradation des sols Rédaction : Occupation des sols, utilisation des sols et paysages - Statistics Explained. Données extraites en mars 2015.

Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données. Mise à jour prévue de l’article: décembre 2016. La version anglaise est plus récente. Graphique 1: Occupation principale des sols, par type d’occupation, UE-27, 2012(en % de la superficie totale)Source: Eurostat (lan_lcv_ovw) Graphique 2: Occupation principale des sols, par type d’occupation, 2012 (1)(en % de la superficie totale)Source: Eurostat (lan_lcv_ovw) Graphique 3: Utilisation principale des sols, par type d’utilisation, UE, 2009 (1)(en % de la superficie totale)Source: Eurostat (lan_lu) Graphique 4: Utilisation primaire des sols, par type d’utilisation, 2009(en % de la superficie totale)Source: Eurostat (lan_lu) Graphique 5: Indicateur de la diversité de l’occupation des sols — nombre moyen de types d’occupation différents sur un transect de 250 m, 2012 (1)(en unités)Source: Eurostat (lan_lu) Principaux résultats statistiques L’occupation des sols.