background preloader

Islamophobie/feminisme islamique

Facebook Twitter

Diam's évoque son passé : "Je n'assume pas" Féministes du monde arabe : chronique d'un combat loin des préjugés occidentaux. Des César "politiques ou artistiques" ? L'étrange question de Guillaume Gallienne. Actuellement à l’affiche du nouveau film de Pierre Godeau, Eperduement avec Adèle Exarchopoulos, Guillaume Gallienne était l’invité hier, de Marie Drucker sur RTL. Interrogé sur la cérémonie des Césars qui s’est tenue le 26 février dernier, l’acteur de la comédie française, a déclaré s’interroger sur les motivations de l’académie des césars pour élire le meilleur film de l’année: “Je m’interroge quand même sur le choix de la famille du cinéma français à vouloir tout le temps prôner la diversité culturelle et tout ça, parfois je ne sais pas à quel point le moteur de tout cela est artistique ou politique“.

Un propos qui vise le César du meilleur film le très beau Fatima de Philippe Faucon, portrait lumineux d’une femme issue de l’immigration. Malgré une interrogation qui remet en cause le choix de l’Académie, Guillaume Gallienne tient à préciser son admiration pour le cinéaste primé: “Pourtant j’adore Philippe Faucon, cette femme m’a bouleversé”. Dans ma bibliothèque — Faïza Zerouala, Des voix derrière le voile (2015)

Premier Parallèle, 2015, 253p., 15 euros. Je ne peux pas assez insister sur l’importance de ce livre, paru il y a quelques mois. Faïza Zerouala, journaliste spécialisée dans les questions de société, a notamment beaucoup travaillé pour le Bondy Blog mais aussi pour le Monde. Dans cet ouvrage, elle s’efface presque entièrement pour laisser la parole (c’est là l’enjeu et tout l’intérêt du livre) à dix femmes qui ont choisi de porter le voile. Elle a passé avec chacune de nombreuses heures qui se sont transformées en quelques pages à la première personne, où la journaliste n’apparaît que pour décrire et introduire celle qui va raconter son histoire. Toutes sauf une ont choisi de participer anonymement au projet. Une de ces agressions plus ou moins symboliques du quotidien est rapportée par Naïma, qui a porté le voile adolescente mais l’a ensuite retiré. Qu’on vienne nous parler après cela de tous ces « communautaristes » qui refusent de « s’intégrer »…

Les actes anti-musulmans cachent-ils une misogynie? Les agressions contre les musulmans concernent beaucoup plus de femmes que d’hommes: elles représentent plus de 81% des victimes et la quasi totalité des agressions violentes. Ce n'est pas un hasard. Le 4 juillet dernier, une jeune femme voilée est agressée. Des insultes fusent, de toutes sortes: «sale arabe», «sale musulmane», et aussi «sale pute». Les agresseurs se seraient, selon le Collectif contre l’islamophobie (CCIF) qui rapporte l’histoire à Slate, jetés sur la jeune femme pour lui arracher son foulard. Selon Elsa Ray, porte-parole du CCIF ( le Collectif contre l'Islamophobie en France), ce type d’agressions visant les femmes voilées et s’accompagnant de commentaires sexistes est courant.

Une manifestation contre la loi sur le port des signes religieux visibles, en 2004. Le foulard gêne, et pas qu’à l’école Loin d’avoir apaisé les tensions, le vote de cette loi a ensuite suscité d’autres débats, cette fois autour d’organismes privés. «Nous ne voulons pas de femmes voilées».