background preloader

Harcèlement/Culture du viol

Facebook Twitter

Celles qui dénonçaient la violence sexiste des banlieues... Bref, tout le monde sait qui harcèle qui, mais tout le monde garde la bouche cousue.

Celles qui dénonçaient la violence sexiste des banlieues...

Ah ouais, sans blagues ? Vous avez la mémoire courte, mesdames. Auriez-vous subitement oublié vos dénonciations régulières et puissamment médiatisées de ce que vous appelez "la violence sexiste des banlieues" ? Là, y'a pas d'omerta qui vaille ! Et va-y que je te dénonce le Rebeu en capuche, qui tient le mur de son immeuble du matin a soir, en train d'attendre le client pour le "shit" qu'il deale au lieu d'aller bosser comme n'importe quel citoyen normal de la République Une et Indivisible, et qui terrorise en plus ses sœurs, ses cousines et ses petites amies.

Heureusement qu'en-dehors de ces "territoires perdus de la République" que sont les banlieues (c'est juste des "colonies intérieures à la Métropole", bande d'hypocrites !) Pas très reluisant tout ça. Qui sont les violeurs ? Description textuelle :

Qui sont les violeurs ?

« Toi, je vais te baiser » : retour sur un récit viral. Deux blogs.

« Toi, je vais te baiser » : retour sur un récit viral

Deux posts écrits sans concertation. Pour dire la même chose ou presque. Mais pourquoi l'espace urbain est-il machiste ? Cologne ou «le tartuffe féministe» La cause semble entendue : si de jeunes Maghrébins se sont livrés à des agressions sexuelles à Cologne, c’est qu’ils sont «agis» par un logiciel «culturel» qui vient de la religion musulmane (mépris des femmes en général et plus particulièrement des femmes libres).Evidemment, c’est un peu difficile d’expliquer comment un salafiste qui refuse de tendre sa main à une femme la lui mettrait aux fesses, mais Molière a écrit Tartuffe, lequel n’était pas salafiste, justement pour explorer le rapport entre un saint et une paire de seins.

Cologne ou «le tartuffe féministe»

Prenons acte et tentons de voir les conséquences. Si le harcèlement sexuel est avant tout «musulman» que dire alors des Européens qui s’y adonnent ? La bonne nouvelle serait que justement c’est fini : aujourd’hui, nous sommes dans une ère postféministe. Jupe « trop courte » ? Les internautes se mobilisent contre le sexisme. "Est-ce un viol ? ": le nouveau programme de la BBC fait polémique. Le nouveau programme de la BBC fait scandale.

"Est-ce un viol ? ": le nouveau programme de la BBC fait polémique

Dans “Is This Rape ? Sex on Trials”, qui sera diffusé lundi prochain, les spectateurs sont invités à voter pour savoir s’il s’agit d’un viol ou pas, après la diffusion d’une vidéo montrant un rapport sexuel fictif entre deux jeunes. Le nouveau programme de Will Best se veut pourtant “pédagogue”. Il souhaite faire découvrir quelle conception les adolescents anglais ont du viol.

Pendant l’émission, une vidéo d’un rapport sexuel fictif sera montrée, avant d’être analysée par un panel de 24 adolescents. Les détracteurs du programme l’accusent de causer de la détresse chez les victimes de viols. “Des années et des années de tourmente émotionnelle. Consentement des patients : « Pourquoi m’a-t-on fait subir ce geste ? » Certains témoignages sont franchement difficiles à lire.

Consentement des patients : « Pourquoi m’a-t-on fait subir ce geste ? »

Sur le Tumblr (microblog) Je n’ai pas consenti, des patients racontent comment un médecin ou un(e) gynéco n’a pas demandé ou respecté leur accord avant d’effectuer un acte médical. Certains parlent d’humiliation, beaucoup de douleur. It's Not 'Forced Sex,' It's Rape – And Why Not Calling It That Is Dangerous. (Content Warning: Sexual violence) Originally published on Role Reboot and republished here with their permission.

It's Not 'Forced Sex,' It's Rape – And Why Not Calling It That Is Dangerous

In 2014, an Englishman was sentenced to five years in jail for raping a woman while she slept. As the judge put it, “She was a pretty girl who you fancied. You simply could not resist. You had sex with her.” The good old “classic rapist,” such a comfort to ignorant judges, untold numbers of campus administrators, and polite society everywhere. This kind of language enables future rapes and makes us complicit.

Its use should disqualify jurists, who, at the very least, should be trained in facts before being allowed to sit on benches. Comment en finir (enfin) avec le harcèlement de rue ? Jase Dillan habite à Chicago.

Comment en finir (enfin) avec le harcèlement de rue ?

Ce week-end, une des vidéos de cette chanteuse a été vue plus de 3 millions de fois. «La frontière entre la drague et le harcèlement, c’est le consentement» «La frontière entre la drague et le harcèlement, elle est simple.

«La frontière entre la drague et le harcèlement, c’est le consentement»

C’est le consentement.» Petit rappel utile de Pascale Boistard, secrétaire d’Etat aux Droits des femmes qui, en compagnie du ministre des Transports Alain Vidalies et des représentants de la SNCF et RATP, présentait lundi matin la nouvelle campagne nationale contre le harcèlement sexiste et les agressions sexuelles dans les transports. L'acteur porno James Deen accusé de viol par son ex-compagne, Stoya. James Deen, l’acteur porno le plus connu du moment, est accusé de viol par son ex-compagne, l’actrice porno Stoya.

L'acteur porno James Deen accusé de viol par son ex-compagne, Stoya

Celle-ci a publié sur Twitter deux messages successifs à ce propos ce samedi 28 novembre. Dans le premier elle explique à ses followers avoir été victime d’un viol par une personne connue, sans mentionner James Deen : “Quand tu te connectes à internet pendant une seconde et que tu vois des gens idolâtrer le mec qui t’a violée en tant que féministe. Ça craint.” That thing where you log in to the internet for a second and see people idolizing the guy who raped you as a feminist. That thing sucks.— Stoya (@stoya) noviembre 28, 2015 “Je ne peux plus simplement hocher la tête et sourire quand des personnes l’évoquent” "Slutshaming" et "revengeporn" : Twitter se fait complice de la culture du viol. Deux jeunes femmes protestent contre le Slut-shaming à New York, en octobre 2011. (Wikipédia) Nous avions à peine commencé à échanger nos vœux pour une nouvelle année 2016 plus égalitaire, plus juste et solidaire, et surtout moins violente, que des internautes déversaient sur Twitter leur haine sexiste à l’encontre d’une jeune fille autour de la diffusion virale d’une photo volée prise par surprise alors qu’elle avait un rapport sexuel dans une salle de bain avec un garçon (qui, lui, n’a pas subi de cyber-harcèlement).

Campagne contre le harcèlement de transports : l’arbre qui cache la forêt raciste et anti-pauvres. [EDIT : Il semble que le message n’ait pas été suffisamment clair. Oui, c’est déjà bien et en même temps, cette campagne, de par les lieux qu’elles visent explicitement et surtout exclusivement est problématique en termes d’oppression race/classe. Allemagne : les agressions à Cologne relancent le débat autour des failles de la loi sur les délits sexuels. A Cologne Camille Caldini. Les femmes face au «bal des vampires» Il est 17 h 25, ligne 5, le métro file vers le nord, terminus Bobigny.

Un policier chuchote : «Regarde le type derrière moi, il est collé à elle, c’en est un.» Une jeune femme se tient à la barre centrale. Un homme, la cinquantaine et bien habillé, est placé derrière elle, l’air absent. Un bras tendu, accroché à la même barre centrale, l’autre qui pend devant lui, la main entre leurs deux corps serrés. Il a ce mouvement étrange : lorsqu’elle se décale au gré des montées et descentes, il se déplace aussi, s’arrange pour toujours être derrière elle. Non. Julien Blanc (@RSDJulien), expert en harcèlement sexuel raciste.

Mise à jour du 18 novembre – Julien Blanc s’est exprimé lors d’une interview diffusée sur CNN. Les mythes sur le harcèlement de rue, déconstruits par Paye Ta Shneck. Quand on parle harcèlement de rue, il y a bien souvent une ou plusieurs personnes pour nous répondre que « on sait bien que ce ne sont pas les mecs « de chez nous » qui font ça » (si), ou encore « c’est de la séduction, des compliments, faut pas mal le prendre » (non, et si), et autres tentatives, sincères ou non, d’expliquer le sexisme culturel de notre société par autre chose que sa réalité. Le genre de réponses ou d’arguments qui ont le don d’agacer profondément celles et ceux d’entre nous que ces pratiquent rendent furieux•ses. En termes de colère, justement, l’association « Colère », nom féminin se mobilise sur le sujet. Les mythes sur le harcèlement de rue, et leurs réponses. Roosh V, le "pick-up artist" qui voulait légaliser le viol, annule ses conférences. De Rémi Gaillard au slut-shaming: la culture du viol, c'est quoi?