background preloader

Climate/Nature

Facebook Twitter

Le régime poubelle ! Génération zéro déchets. Leitmotiv de toutes les politiques urbaines, l’allègement de nos poubelles est non seulement un enjeu économique de poids, mais aussi une réalité écologique.

Le régime poubelle ! Génération zéro déchets

A notre niveau de citoyen, on peut agir au quotidien en adoptant de nouvelles habitudes de consommation. Suivez le guide ! 600 kilos par an : c’est à peu près ce que l’on jette par personne chaque année ! Le double de ce que l’on jetait il y a 40 ans. Sans doute parce que l’on consomme deux fois plus de choses inutiles, voire encombrantes. Près de la moitié de nos poubelles sont pleines… d’emballages souvent constitués de matières toxiques pour la planète et pour notre santé. Le vrac Il permet la disparition totale des emballages, se développe de plus en plus. Les grands formats Pour les aliments longue conservation, comme le sucre, le riz, la farine, on bannit les mini-portions et on opte pour les sacs de 5 kilos ! Faire maison Composter Rien ne se jette, tout se recycle dans la nature !

Stop pub. Le langage des arbres. Vivre écolo ne coûte pas forcément un bras, au contraire. Manger bio, refaire l’isolation de son logement, opter pour un fournisseur d’énergie alternatif, ne vivre que du tout recyclable et des marques écoresponsables: pour beaucoup, l’écologie est un sport par et pour les riches.

Vivre écolo ne coûte pas forcément un bras, au contraire

Pourtant, en adoptant une démarche écoresponsable, il y a surtout des économies à la clé. Pour cela, il faut être malin, patient et persévérant. C’est bien connu: être écolo, «c’est un truc de bobos». D’abord parce que manger bio, s’habiller made in France et rouler en voiture électrique coûte cher au porte-monnaie; ensuite, parce que cela demande d’avoir plus de temps devant soi pour comparer l’empreinte écologique de ses achats et se mettre en conformité avec les préceptes verts au quotidien. Et comme le dit l’adage, le temps, c’est de l’argent. D’ailleurs, si on se réfère aux statistiques de l’Insee, pour les ménages les plus modestes, l’alimentation et le logement seuls représentent plus du tiers du budget annuel (22% pour les foyers les plus aisés).

«C’est cher. Pourquoi apprendre le jardinage à son enfant est une excellente idée. Is it time to rethink recycling? Originally published on Ensia.

Is it time to rethink recycling?

Criticize recycling and you may as well be using a fume-spewing chainsaw to chop down ancient redwoods, as far as most environmentalists are concerned. But recent research into the environmental costs and benefits and some tough-to-ignore market realities have even the most ardent of recycling fans questioning the current system. No one is saying that using old things to make new things is intrinsically a bad idea, but consensus is building around the idea that the system used today in the United States, on balance, benefits neither the economy nor the environment. In general, local governments take responsibility for recycling. The practice can deliver profits to city and county budgets when commodity prices are high for recycled goods, but it turns recycling into an unwanted cost when commodity markets dip. Right now, that equation is being further thrown off by fluctuations in the commodity market. Material world Shutterstock. Briser l’hégémonie blanche du mouvement pour la justice climatique.

Lors de la marche sur le climat de Londres, le cortège des « Damnés de la terre », représentant les communautés racisées en première ligne du changement climatique, était censé être en tête de manifestation.

Briser l’hégémonie blanche du mouvement pour la justice climatique

À la dernière minute, les organisateurs de la marche ont changé d’avis. Joshua Virasami et Alexandra Wanjiku Kelbert de Black Dissidents étaient là. Les Damnés de la Terre est un collectif de plus d’une douzaine d’organisations autochtones, de populaires [grassroots] noires et brunes, représentant la diaspora du Sud. Au cours des derniers mois, nous nous sommes battu-e-s becs et ongles pour diriger la marche sur le climat du week-end dernier à Londres aux côtés de délégué-e-s des communautés autochtones en première ligne du changement climatique et juste avant leur participation au sommet de Paris sur le climat. Nous savons que notre présence a été autorisée uniquement pour que les ONG puissent confortablement satisfaire aux exigences de « diversité ».