background preloader

DINSIC

Facebook Twitter

Pour la Cour des comptes, Chorus n’est toujours pas finalisé. Mis à jour le 3/06 à 10h35 S’il assure bien sa fonction de gestion au jour le jour de la dépense publique, le progiciel Chorus ne permet toujours pas de certifier avec certitude les comptes de l’Etat.

Pour la Cour des comptes, Chorus n’est toujours pas finalisé

C’est en tout cas l’avis de la Cour des comptes. Dans un rapport qu’elle vient de publier, cette dernière ne se prive pas d’égratigner la manière dont ce progiciel basé sur SAP est implémenté auprès de ses 50 000 utilisateurs (dont la moitié environ y accède seulement via des formulaires). « Les modalités actuelles d’utilisation de Chorus font peser un risque significatif sur la fiabilité des enregistrements comptables, non compensé par des contrôles automatiques ou manuels suffisants », écrivent les sages de rue Cambon. Mounir Majhoubi met la main sur la DSI de l’Etat. Dans un décret publié le 25 mai au Journal Officiel, le président de la République, Emmanuel Macron, et son Premier ministre, Edouard Philippe, précisent les attributions du secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Majhoubi.

Mounir Majhoubi met la main sur la DSI de l’Etat

Placé auprès du Premier ministre, ce dernier est chargé de préparer et coordonner la politique de transformation numérique de l’Etat, en lien avec Gérald Darmanin, le ministre de l’action et des comptes publics. Ce qui signifie que le jeune ministre aura la main sur une partie du secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP), en particulier sur les sujets relevant de la DSI de l’Etat (la Dinsic, direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication), du RIE (Réseau interministériel de l’Etat, un service à compétence nationale) et sur l’administrateur général des données.

Ce dernier poste étant occupé par le directeur de la Dinsic, Henri Verdier. A lire aussi : Mounir Majhoubi met la main sur la DSI de l’Etat. Dans un décret publié le 25 mai au Journal Officiel, le président de la République, Emmanuel Macron, et son Premier ministre, Edouard Philippe, précisent les attributions du secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Majhoubi.

Mounir Majhoubi met la main sur la DSI de l’Etat

Placé auprès du Premier ministre, ce dernier est chargé de préparer et coordonner la politique de transformation numérique de l’Etat, en lien avec Gérald Darmanin, le ministre de l’action et des comptes publics. Ce qui signifie que le jeune ministre aura la main sur une partie du secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP), en particulier sur les sujets relevant de la DSI de l’Etat (la Dinsic, direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication), du RIE (Réseau interministériel de l’Etat, un service à compétence nationale) et sur l’administrateur général des données.

Ce dernier poste étant occupé par le directeur de la Dinsic, Henri Verdier. A lire aussi : L'ANSSI lance une formation sur la sécurité numérique. Connexion S'enregistrer Abonnez-vous à notre revueCliquez ici Une capture d'écran du site internet du mooc DR Services.

L'ANSSI lance une formation sur la sécurité numérique

Macron pourra-t-il abolir le papier dans l'administration d'ici 2022? En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Macron pourra-t-il abolir le papier dans l'administration d'ici 2022?

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... bien ensoleillé Vent : 5km/h - UV : 1 Clôture veille : 5405.42 Ouverture : 5411.27 Se connecter S'inscrire Replay Emissions PascalSAMAMA journaliste Inscrivez-vous gratuitement à laNewsletter BFM Business. Macron président : l’industrie IT se réjouit de l’élection de son champion. C’est dans un contexte un peu particulier que Syntec Numérique et Tech in France, deux des principales organisations représentant l’industrie du numérique en France ont commenté, pour Silicon.fr, l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Macron président : l’industrie IT se réjouit de l’élection de son champion

Le 5 mai, soit deux jours avant le scrutin, une des principales conseillères du futur Président en matière de numérique, la députée Corinne Erhel est décédée brutalement, suite à un malaise cardiaque lors d’une réunion de soutien au candidat d’En Marche. Godefroy de Bentzmann, le président du Syntec Numérique, et Bertrand Diard, celui de Tech in France, ont tous deux rendu hommage à celle qui aurait pu être la voix du numérique dans le futur gouvernement. Le premier se disant « très touché par sa disparition », le second lui rendant un « hommage » appuyé pour avoir été très largement l’inspiratrice du programme du Président élu sur le numérique.

Godefroy de Bentzmann : « chaque heure compte » A lire aussi : Hackatons, workshops, incubateurs… voyage dans la fonction publique qui innove - Lettre du Cadre Territorial. Pilotage des grands projets de l’Etat : les 9 principes clefs (tribune) La transformation numérique des organisations a trop longtemps été confondue avec la dématérialisation d’anciennes procédures, demeurant inchangées pour l’essentiel.

Pilotage des grands projets de l’Etat : les 9 principes clefs (tribune)

Cette acception limitée a certes permis l’amélioration de certaines fonctions – notamment des fonctions support – mais elle s’est révélée incapable d’accompagner la transformation profonde des chaînes de valeur, des métiers, des organisations, des relations avec les utilisateurs. Elle a ainsi laissé bien des organisations impuissantes face aux innovations radicales du numérique. Car la transformation numérique des organisations est inconcevable sans une transformation culturelle, organisationnelle et managériale d’envergure. Hackatons, workshops, incubateurs… voyage dans la fonction publique qui innove - Lettre du Cadre Territorial. Un tableau de bord recense les grands chantiers numériques de l'État. « Un service numérique doit être amélioré en continu » - Bénédicte Roullier, SGMAP. Où en est la France en termes d’usage des services publics en ligne ?

« Un service numérique doit être amélioré en continu » - Bénédicte Roullier, SGMAP

Avant toute chose, il faut avoir en tête que, pour un particulier, la démarche administrative, en regard d’autres démarches (achats, consultation de son compte en banque…), est relativement rare. En dehors d’événements tels que déménagement, achat de voiture, naissance, mariage ou décès, la démarche administrative est peu fréquente. Une fois qu’on a cet élément en tête, on peut examiner les résultats de notre baromètre annuel : 37 % des français disent avoir effectué une démarche administrative dans les 12 derniers mois, tous canaux confondus. Service-Public.fr refondu en mode agile avec intégration continue.

Entièrement refondu depuis un an, le site Service-Public.fr reçoit chaque mois en moyenne 20 millions de visites, avec des variations saisonnières.

Service-Public.fr refondu en mode agile avec intégration continue

Sa refonte, entreprise début 2015 avec le concours d'Octo Technology, a été réalisée en 9 mois et l'évolution du site avec l'ajout de nouvelles fonctionnalités se poursuit maintenant en intégration continue. Retour en quelques axes sur un projet combinant mode agile et DevOps. La refonte de Service-Public.fr, le site officiel de l’administration française, est l’un des résultats les plus probants de la transition numérique engagée par la DILA, Direction de l’information légale et administrative. L’évolution du site se poursuit en continu avec l’intégration régulière de nouveaux services, les mises en production s’effectuant toutes les deux semaines. Tableau de bord des services publics numériques – Édition 2016. Volume annuel de paiements d’amendes télépayables tous canaux confondus :23 489 283 en 2015 La part des paiements dématérialisés a progressé de +7 pts en 2015 par rapport à 2014.

Tableau de bord des services publics numériques – Édition 2016

La démarche tous canaux confondus concerne le paiement des amendes télépayables obtenues pour des infractions (excès de vitesse, non-respect des feux rouges, stationnement irrégulier, portable au volant, clignotant oublié, etc.) relevées soit par radars, soit par procès-verbal électronique. Le paiement peut aussi s’effectuer par timbre amende papier. Le PV électronique est déployé dans les services de la gendarmerie et de la police nationales et dans 2 584 communes (soit 609 communes supplémentaires en 2015 vs 2014) sur un objectif de 4 009. Ce dispositif permet la centralisation des amendes au centre national de traitement automatisé des infractions de Rennes qui les adresse au redevable par voie postale.

Le nombre total de paiements d’amendes télépayables a progressé de 6% en 2015 vs 2014. Panorama des grands projets SI : l'État renforce ses capacités de pilotage et fait œuvre de transparence. Il est désormais plus facile de suivre les initiatives numériques majeures de l'Etat et leur avancement. Le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP) publie sur son site Internet le panorama des grands projets de système d'information (SI). Les 15 projets clefs de l’informatique de l’Etat. Sur la base du tableau de bord que la Dinsic (la DSI de l’Etat) publie en Open Data, et qui renferme 57 projets suivis par la DSI de l’Etat, nous avons identifié 15 projets informatiques majeurs de l’Etat. Plusieurs critères nous ont poussés à opérer cette sélection. L’importance de l’impact sur la transformation des services publics d’abord. En la matière, ce ne sont pas forcément les projets les plus coûteux qui s’avèrent les plus prometteurs.

Henri Verdier, Dinsic : « L’informatique de l’Etat ne se résume pas à ses sorties de route » Silicon.fr : Suite à notre demande, la Dinsic s’est mobilisée pour enrichir le tableau de bord qui préexistait. Pourquoi ce travail de transparence vous paraît-il important pour la DSI de l’Etat ? Henri Verdier : Cela a assez vite semblé assez naturel, à la Dinsic comme à l’ensemble des ministères concernés. Après tout, nous soutenons depuis longtemps la transparence, l’ouverture de l’action publique, le travail avec les écosystèmes : il semblait assez évident que cela pouvait s’appliquer à nous-mêmes. D’autant plus que, nous le verrons dans les mois qui viennent, nous sommes persuadés que cela est tout simplement plus efficace. Les administrations elles-mêmes trouveront leur intérêt à ouvrir ainsi une forme de communication, à retrouver facilement, en un lieu unique, la dernière mise à jour de leurs données, et à disposer d’outils collectifs permettant à chacun de situer ses propres projets par rapport aux autres.

SIRH de l’État : le patrimoine applicatif passé au crible. Disposer, depuis une plateforme mutualisée, de la liste des caractéristiques et du périmètre de l’ensemble des applications présentes sur certaines zones majeures du système d’information (SI) de l’État : encore inimaginable il y a quelques mois, cette vision consolidée devient réalité.

Opération transparence sur les grands projets de l’Etat. Mise à jour le 17/11 à 10h50 (correction de la dernière phrase) Fichier TES : l’Anssi et la Dinsic jouent les arbitres dans le conflit Cazeneuve - Lemaire. Après les coups de griffes, l’heure n’est pas encore aux câlins, mais plutôt à une réconciliation. Les entrepreneurs d'intérêt général vont-ils hacker l'État ? À l’initiative de François Hollande, le gouvernement a lancé, ce vendredi 28 octobre, l’appel à candidatures « entrepreneurs d’intérêt général ». Encore quelques "points noirs", mais du mieux dans les services publics de l'Etat. Modernisation de l'administration: le gouvernement lance des ateliers participatifs avec les agents.

Une centaine d'agents des trois fonctions publiques vont préparer des propositions pour "accompagner et préparer les transformations de la fonction publique à l'horizon 2025". Annick Girardin souhaite que la modernisation de la fonction publique ne se fasse pas sans les agents. Pour passer de la parole aux actes, elle a lancé, ce 1er septembre, dans les locaux de l'Ecole nationale d'administration (ENA), à Strasbourg, un cycle de consultations qui se déroulera durant plusieurs semaines. Avec ces rendez-vous baptisés "Ma fonction publique se réinvente", la ministre entend favoriser les "échanges directs" avec les agents dans le but de "répondre aux mieux à leurs attentes". Pour chaque consultation, vingt à vingt-cinq agents des trois fonctions publiques seront choisis par la Direction générale de l'administration et de la fonction publique (DGAFP) et le Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP) rattaché au Premier ministre.

"Expérimentations concrètes" SIRH de l’Etat : cartographier l’existant pour imaginer l’avenir. La modernisation des SIRH publics passe par des données de qualité. Erronées, incomplètes, mal saisies ou saisies dans un mauvais format, fausses car issues d’une règle de gestion mal interprétée… La mauvaise qualité des données pénalise les missions RH dans les ministères. Elle génère du travail supplémentaire de correction et complexifie la maintenance des logiciels RH. Sans compter qu’elle pénalise les tâches à haute valeur ajoutée telle que la gestion des parcours et des carrières des agents.

L'Agence du numérique est officiellement lancée. L'Agence du numérique a été lancée officiellement le 7 juin. Ce n'est guère une surprise puisque son directeur, Antoine Darodes, est nommé depuis plusieurs mois déjà, que les décrets de création ont été publiés en février 2015 et que ses trois missions sont également opérationnelles depuis de nombreuses semaines : la French Tech, dirigée par David Monteau, qui soutient et anime la communauté des startup avec les 13 métropoles françaises ; la mission Très Haut débit, dirigée en intérim par Ghislain Eudes, qui poursuit la mise en œuvre du plan français ; la mission "société numérique" dirigée par Béatrice David, qui a vocation à mobiliser et animer le réseau de la médiation numérique.

L'Agence du numérique amalgame haut débit, French Tech et usages. Plus d’un an après la publication du décret en février 2015 validant sa création, l’Agence du numérique vient officiellement d’être inaugurée, hier, mardi 7 juin, dans le cadre de l’Usine I/O, dans le 13e arrondissement parisien. « L’Agence du numérique a déjà quelques mois, reconnait Antoine Darodes, directeur du nouveau projet administratif depuis bientôt un an.

Mais nous avons préféré être prêts pour présenter l’Agence ». Henri Verdier : gouvernance de la donnée, nouvelles stratégies, projets et relations Etat-collectivités... DcANT : une préfiguration pour accélérer la dématérialisation des marchés publics dans les territoires. FranceConnect sur la rampe de lancement. Service-public.fr s’ouvre à France Connect. Relations aux usagers et modernisation de l’État. La Cour de comptes pointe les lacunes de l'État plateforme. Les nominés des Victoires des Acteurs publics 2015. Actes1.pdf. Panorama des grands projets SI de l'État.