background preloader

Rythme scolaire

Facebook Twitter

La chronique de V. Soulé : Fallait-il ressortir la question des rythmes scolaires ? Lors de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires en 2012-2013, les maires ruraux étaient montés au créneau.

La chronique de V. Soulé : Fallait-il ressortir la question des rythmes scolaires ?

Ils estimaient n'avoir ni les moyens matériels ni les moyens humains d'assumer les activités périscolaires rendues obligatoires. Quatre ans plus tard, Emmanuel Macron amorce une volte face : les communes vont pouvoir choisir les rythmes scolaires et même revenir à la semaine de quatre jours. Qu'en pensent les intéressés ? Nous avons interrogé Vanik Berberian, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF).

Manque d'animateurs pour organiser des activités intéressantes, problèmes de transports scolaires pour faire revenir les enfants le mercredi, coûts des trajets supplémentaires pour les profs aussi... Ce retour sur l'une des réformes emblématiques de l'ère Hollande pourrait toutefois être moins radical que prévu. Pour définir les meilleurs rythmes scolaires, voici ma liste de bonnes pratiques adaptées aux temps de l’enfant. Semaine de 4 jours, le retour – Charivari à l'école. Voilà l’argument que je lis le plus souvent en commentaire d’un de mes articles récent sur le retour à la semaine de 4 jours.

Semaine de 4 jours, le retour – Charivari à l'école

Ça se passait très bien, à 4 jours ? Mais ça se passait très bien pour QUI ? La France est le bonnet d’âne de l’OCDE en termes de réduction des inégalités et « ça se passe très bien » ? 4 séances de calcul mental au lieu de 5 ? 4 rituels de grammaire au lieu de 5 ? Bien sûr que ça se passait très bien pour tous ceux qui décident aujourd’hui d’autoriser le retour à la semaine de 4 jours. Ces parents-là peuvent compenser ce que l’école fait plus mal en 4 matinées qu’en 5. Mais Monsieur le Président, je pensais qu’en France on ne définissait pas les rythmes de l’école pour ceux qui avaient le moins besoin d’école.

Ou alors, on en prend notre parti : On baisse les bras. Partout ailleurs dans l’OCDE, les enfants ont 5 jours d’école. Rythmes scolaires : Un recul éducatif ? Les nouveaux rythmes scolaires ont-ils fait reculer l'encadrement éducatif des jeunes et spécialement ceux des milieux populaires ?

Rythmes scolaires : Un recul éducatif ?

La thèse semble osée tant le discours officiel sur le périscolaire souligne que les activités périscolaires ont permis aux enfants de milieu modeste d'accéder à des activités nouvelles. Elle est présentée par Véronique Laforets dans une thèse soutenue à l'Université Grenoble Alpes. Pour elle , le développement des projets éducatifs locaux (PEL) s'est accompagné d'une scolarisation de leur contenu qui a laissé de coté des activités plus anciennes davantage tournées vers les familles modestes et les adolescents.

Une évolution qui s'est accélérée après 2012 en lien avec l'arrivée de nouveaux élus soucieux d'influer sur l'Ecole. Et qui au final se retournerait contre l'école... Développement ou appauvrissement des politiques éducatives locales ? Et si on regardait les périscolaire avec le regard des acteurs locaux et non celui des enseignants ? François Jarraud. Rythmes scolaires : de l’enfant à l’élève - Réseau Canopé. Claire Leconte : Rythmes : L'avenir de notre jeunesse mérite un débat public. "La chronobiologie est une science sérieuse, on ne peut la détourner pour la mettre au service de choix politiques très contestables.

Claire Leconte : Rythmes : L'avenir de notre jeunesse mérite un débat public

Quels conseils donner pour qu’enfin dans ce pays on respecte réellement les besoins des enfants ? " Claire Leconte revient dans ce long article sur sa démarche pour un autre découpage des rythmes scolaires. Elle propose d'autres organisations du temps et explique ce qui à ses yeux ne va pas dans la réforme. 1. Personne semble-t-il, n'ose évoquer l’aberration du découpage de l’année scolaire française ! Certains ministres suggèrent de suivre les consignes de quelques « experts » pour répartir les vacances sur l’année, en déclarant nécessaire de respecter le 7/2, 7 semaines de classe pour 2 semaines de vacances. Mais comme pour le reste, on a refusé de m’écouter. Voilà ce qu’en disait un pédiatre réputé, qui s’était beaucoup préoccupé de la fatigue des écoliers : Guy Vermeil, 1991 , "Les rythmes scolaires en question", article publié dans le JDI. 2. 3. 4. 5.