background preloader

Guides d'écoute 2

Facebook Twitter

Siegfried-Idyll de Richard Wagner : un cadeau d'anniversaire. Le titre de cette œuvre évoque un des plus grands opéras composé par Richard Wagner, Siegfried, le troisième volet de la Tétralogie.

Siegfried-Idyll de Richard Wagner : un cadeau d'anniversaire

Le compositeur reprend d'ailleurs des thèmes de cet opéra auquel il travaille simultanément - dans cet extrait : le thème de L'Immortelle bien-aimée et celui du Sommeil de Siegfried. Pourtant, quand Wagner compose en secret pour Cosima, son épouse, il pense à un tout autre Siegfried : leur fils, né un an avant la création de ce poème intime et émouvant, très éloigné du gigantisme qui caractérise son œuvre. Le matin du 24 décembre 1870, veille de son anniversaire, Cosima Wagner est réveillée par une tendre mélodie interprétée par un ensemble de treize musiciens installés dans l'escalier de leur maison.

Dans son journal, elle décrit cet instant inoubliable : « Quand j'ouvris les yeux, j'entendis un son qui enfla, si bien que je ne pouvais plus croire à un rêve. De la musique retentissait, et quelle musique ! Le Voyage à Reims (extrait de l'Ouverture) de Gioacchino Rossini : un feu d'artifice d'humeurs. Rossini compose l'opéra Le Voyage à Reims à l'occasion du sacre de Charles X en 1825.

Le Voyage à Reims (extrait de l'Ouverture) de Gioacchino Rossini : un feu d'artifice d'humeurs

Le livret met en scène un hôtel dans lequel se croisent des voyageurs d'importance, venus de toute l'Europe, à l'occasion de ce sacre. Malheureusement, il ne reste plus un seul cheval pour les conduire à Reims ! Cette situation donne lieu à une succession de joutes vocales auxquelles se prêtent les meilleurs interprètes du temps de Rossini. Point de véritable histoire donc, mais de nombreux portraits différents et hauts en couleurs. L'Ouverture d'un opéra donne à entendre les mélodies les plus représentatives, les thèmes importants. L. Berio. Sinfonia, 3e mvt: In ruhig fliessender Bewegung. Le Bourgeois gentilhomme (Menuet de Lully) de R. Strauss un hommage moderne. En 1911, Richard Strauss et le librettiste Hoffmannsthal décident de créer une oeuvre qui comporterait à la fois des éléments de comédie et d'opéra.

Le Bourgeois gentilhomme (Menuet de Lully) de R. Strauss un hommage moderne

Ils choisissent Le Bourgeois Gentilhomme de Molière comme source. L'œuvre qui naît de cette union ne rencontre pas le succès attendu et, après plusieurs remaniements, Strauss décide d'en faire une Suite pour orchestre qui sera créée en 1920. Dans le Menuet de Lully, Richard Strauss rend hommage à… Lully, son illustre prédécesseur, conservant totalement la mélodie du menuet original - que ce dernier avait composé pour le Bourgeois gentilhomme -, tout en mettant en valeur des instruments solistes, à la manière des compositeurs baroques. Mais il imprime sa modernité dans la façon de traiter les phrases musicales : il les étire, leur superpose un long contrechant, il joue avec les nuances, gommant ainsi toute trace d'une musique dansante. L'œuvre se transforme alors en une musique lyrique, tendre et émouvante. L'Eté (3e mvt) d'Antonio Vivaldi. Antonio Vivaldi a composé plus de 500 concertos*, dont presque la moitié pour violon seul, lui-même ayant été un violoniste reconnu.

L'Eté (3e mvt) d'Antonio Vivaldi

Parmi ces concertos pour violon, Les Quatre saisons (1725) sont particulièrement célèbres. Pour leur composition, Vivaldi se serait inspiré de tableaux de Marco Ricci (voir page ci-contre). Symphonie n°6 Pastorale de Beethoven. Le Chaos (introduction aux Eléments), Jean-Féry Rebel. L'Apprenti sorcier de Paul Dukas. Premier et second tambourin (extrait des Eléments), Jean-Féry Rebel. Winterreise (Gute Nacht), F. Schubert. L'Eté (3e mvt) d'Antonio Vivaldi. Antonio Vivaldi a composé plus de 500 concertos*, dont presque la moitié pour violon seul, lui-même ayant été un violoniste reconnu.

L'Eté (3e mvt) d'Antonio Vivaldi

Parmi ces concertos pour violon, Les Quatre saisons (1725) sont particulièrement célèbres. Pour leur composition, Vivaldi se serait inspiré de tableaux de Marco Ricci (voir page ci-contre). Un poème (dont l'auteur est peut-être Vivaldi lui-même) accompagne chacun des quatre concertos : ils permettent de suivre le déroulement des événements exprimés en musique. En effet, Le Printemps, L’Eté, L’Automne et L’Hiver offrent une foule de prétextes à l’inventivité, à la virtuosité et au jeu des contrastes, comme pour figurer l’orage dans le 3e mouvement de L’Eté. *concerto : œuvre pour un ou plusieurs instruments solistes accompagnés d’un orchestre. Le Bourgeois gentilhomme (Marche pour la cérémonie des Turcs) de Jean-Baptiste Lully. La comédie-ballet est une œuvre mêlant théâtre, musique et danse.

Le Bourgeois gentilhomme (Marche pour la cérémonie des Turcs) de Jean-Baptiste Lully

C’est la collaboration entre Molière et Lully qui crée ce nouveau genre où la musique est intégrée à l’intrigue théâtrale : Le Bourgeois gentilhomme (1670) est en cela exemplaire. Dans cette pièce, Molière se moque de la prétention et de la bêtise du bourgeois, Monsieur Jourdain, qui devient ridicule à force de vouloir copier les us des « gens de qualité ». Cléonte, qui veut épouser sa fille, se déguise et se présente alors comme le fils du Grand Turc. Alceste (Rondeau pour la Gloire) de Jean-Baptiste Lully. La forme rondeau existe depuis le Moyen Age où elle était l'une des formes de chanson les plus utilisées, avec le lai et la ballade.

Alceste (Rondeau pour la Gloire) de Jean-Baptiste Lully

A l'époque de Lully, elle est une alternance entre un refrain et plusieurs couplets. Symphonie n° 7 de Beethoven (2e mouvement) : une montée en puissance. Pour cette œuvre, Beethoven suit la forme d'un thème et variations.

Symphonie n° 7 de Beethoven (2e mouvement) : une montée en puissance

Le thème exposé est une marche au rythme immuable : longue-brève-brève-longue-longue. Beethoven le reprend inlassablement et lui adjoint, à chaque variation, un élément nouveau. La marche grave et solennelle se charge d'énergie et anime progressivement l'ensemble de l'orchestre. Les cordes graves ont un rôle prépondérant. Totentanz de Franz Liszt : un « thème et variations » diaboliquement virtuose. Les compositeurs de la période romantique, dont Franz Liszt fait partie, utilisent souvent la mort comme source d'inspiration.

Totentanz de Franz Liszt : un « thème et variations » diaboliquement virtuose

C'est aussi l'époque où le Moyen Âge est redécouvert : le thème grégorien de la Messe des morts - le Dies Irae - constitue donc le fondement de plusieurs œuvres de l'époque. Pour cette Totentanz (ou Danse macabre), dont l'élaboration fut longue (de 1849 à 1859), Liszt emploie la forme du « thème et variations ».

Symphonie n° 3 de Beethoven (1er mouvement) : ruptures et affirmation. La création de cette symphonie en 1805 suscite de vives critiques. On parle d'une œuvre « assommante, interminable et décousue ». Depuis, elle a été reconnue comme l'un des chefs-d'œuvre les plus importants de son époque. Mais les nouvelles dimensions que Beethoven apporte à sa Symphonie Héroïque ont effectivement de quoi surprendre les auditeurs du début du XIXe siècle. Beethoven y affirme son identité et sa vision d'un langage musical, rompant les limites classiques existantes. Symphonie n° 5 de Beethoven (3e mouvement) : la lutte de deux thèmes.

La Cinquième Symphonie est créée à Vienne le 22 décembre 1808.

Symphonie n° 5 de Beethoven (3e mouvement) : la lutte de deux thèmes

Elle est célèbre pour son fameux motif du « destin qui frappe à la porte » (ainsi l'aurait désigné Beethoven), qui envahit l'intégralité de la symphonie. Dans le 3e mouvement, le compositeur oppose un thème donné aux violoncelles à ce thème du destin. 1- Le thème des violoncelles Il est à la fois chantant et dansant. Il ouvre le mouvement tout en douceur, dans une nuance pianissimo et est dépourvu d'accompagnement. Symphonie n° 4 (3e mvt) de Brahms. Scherzo signifie initialement « plaisanterie ».

Dans l'univers de la symphonie, le scherzo a, au XIXe siècle, remplacé le menuet. D'une plus grande force expressive, il en conserve la forme et la mesure à trois temps. Une mesure à deux temps, une forme et des allures de final : rien ne semble correspondre ici à un scherzo. Symphonie n° 4 (1er mvt) de Brahms. Brahms compose sa Symphonie n° 4 à Vienne, en 1885. Comme ses symphonies précédentes, elle s'inscrit dans une tradition héritée des grands compositeurs qui l'ont précédé comme Beethoven, Mozart, Haydn, Bach, Haendel ou encore Palestrina. Il suit avec rigueur la forme d'une symphonie classique, autant dans sa composition générale en quatre mouvements que dans la structure interne de chacun d'eux.

Ses idées musicales sont elles d'expression romantique comme l'illustre ce premier thème à la mélodie haletante et lyrique. Symphonie n° 4 en mi mineur op. 98 (1er mouvement) Johannes Brahms (1833-1897) Concert enregistré à la Cité de la musique le 17 mars 2009 Emmanuel Krivine, direction La Chambre Philharmonique Seules les premières minutes de l'œuvre sont présentées dans ce guide. Dante-Symhonie (Enfer) de Franz Liszt : un poème en musique. L’Oiseau de feu (Danse infernale du roi Kastcheï) de Stravinski. Igor Stravinski (1882-1971) a composé plusieurs musiques destinées aux Ballets russes. La première est pour le ballet L’Oiseau de feu (1909-1910) dont l’argument est adapté d’un conte populaire russe, elle est commandée par l’impresario Serge Diaghilev. Le ballet est créé à Paris et c’est un succès qui rend Stravinski célèbre du jour au lendemain. Il remaniera à plusieurs reprises (en 1910, 1919, 1945) la musique du ballet en Suites de concert pour en faire une œuvre purement musicale.

Rimski-Korsakov, Shéhérazade (extrait du Récit du prince Kalender) Rimski-Korsakov compose ce poème symphonique inspiré des Mille et Une Nuits, en cherchant à faire ressentir l'essence même de l'histoire plus que sa description précise. Aussi, il fait de l'orchestre un narrateur subtil dont les mélodies et les timbres suggèrent les couleurs de l'Orient, le charme envoûtant de la voix de Shéhérazade et les nombreux récits qui s'imbriquent les uns aux autres.

Lire la suite… Shéhérazade : II. Mitridate ("Nel grave tormento") de W.-A. Mozart : deux sentiments exprimés en musique. La Mer (Dialogue du vent et de la mer) de Claude Debussy : évocation de la mer par l'orchestre. Tannhäuser de Richard Wagner : une ouverture grandiose. Le Voyage à Reims (extrait de l'Ouverture) de Gioacchino Rossini : un feu d'artifice d'humeurs.

Candide (extrait de l'Ouverture) de Leonard Bernstein : une ouverture célèbre. Candide est une opérette composée par Leonard Bernstein à partir du célèbre conte philosophique de Voltaire, Candide ou l'Optimisme. À sa création, en 1956, elle est accueillie en demi-teinte mais, à partir de 1974, elle est donnée avec un livret plus fidèle au texte original et remporte un très grand succès.

L'Ouverture, par contre, est tout de suite devenue très célèbre et a été jouée par plus de cent orchestres dans les deux années suivant sa création. Strauss - Menuet de Lully (Le Bourgeois gentilhomme) En 1911, Richard Strauss et le librettiste Hoffmannsthal décident de créer une oeuvre qui comporterait à la fois des éléments de comédie et d'opéra. Siegfried-Idyll de Richard Wagner : un cadeau d'anniversaire.

Le titre de cette œuvre évoque un des plus grands opéras composé par Richard Wagner, Siegfried, le troisième volet de la Tétralogie. La Mer (Jeux de vagues) de Claude Debussy : une palette de timbres pour dépeindre les vagues. Debussy donne à entendre une mer chahutée, tantôt en colère, tantôt espiègle, dont les innombrables vagues sont représentées par les différents instruments. Lorsque Debussy compose La Mer, dont sont issus ces Jeux de vagues, il est en vacances en Bourgogne… loin de la mer ! Il explique comment il peut composer cette œuvre en étant aussi loin de l'océan : « J'ai d'innombrables souvenirs ; cela vaut mieux à mon sens qu'une réalité dont le charme pèse généralement trop lourd sur votre pensée… ».

Symphonie n° 3 de Beethoven (1er mouvement) : ruptures et affirmation. Symphonie n° 4 (1er mvt) de Brahms. Brahms compose sa Symphonie n° 4 à Vienne, en 1885. Comme ses symphonies précédentes, elle s'inscrit dans une tradition héritée des grands compositeurs qui l'ont précédé comme Beethoven, Mozart, Haydn, Bach, Haendel ou encore Palestrina.

Il suit avec rigueur la forme d'une symphonie classique, autant dans sa composition générale en quatre mouvements que dans la structure interne de chacun d'eux. Ses idées musicales sont elles d'expression romantique comme l'illustre ce premier thème à la mélodie haletante et lyrique. Symphonie n° 7 de Beethoven (2e mouvement) : une montée en puissance. Pour cette œuvre, Beethoven suit la forme d'un thème et variations. Le thème exposé est une marche au rythme immuable : longue-brève-brève-longue-longue. Beethoven le reprend inlassablement et lui adjoint, à chaque variation, un élément nouveau. Rimski-Korsakov, Shéhérazade (extrait du Récit du prince Kalender) Rimski-Korsakov compose ce poème symphonique inspiré des Mille et Une Nuits, en cherchant à faire ressentir l'essence même de l'histoire plus que sa description précise.

Totentanz de Franz Liszt : un « thème et variations » diaboliquement virtuose. Le Beau Danube bleu de Johann Strauss. Igor Stravinski, Danse infernale, extrait de l'Oiseau de feu. Dante-Symhonie (Enfer) de Franz Liszt : un poème en musique. L'Adagio de Samuel Barber. Alceste (Rondeau pour la Gloire) de Jean-Baptiste Lully. Le Prélude à "L'Après-midi d'un faune" de Cl. Debussy : un poème librement illustré en musique. Le Bourgeois gentilhomme (Marche pour la cérémonie des Turcs) de Jean-Baptiste Lully. L'Apprenti sorcier de Paul Dukas.

D'après l'air du Toréador extrait de Carmen, Georges Bizet. Taraf, Richard Galliano. Haydn - Symphonie n°8 3eme mouvement. Bach, Bourrées 1 et 2 - La famille Bach. La flûte enchantée, Wolfgang Amadeus Mozart. Lontano, György Ligeti(Extrait) - Guide d'écoute. Symphonie n°41 K.551, IVe mouvement, Wolfgang Amadeus Mozart. Divertimento pour cordes, 3e mouvement - Béla Bartók. Ouverture des Noces de Figaro K. 492.

Haydn - Symphonie n°8 1er mouvement. Air Alma Grande K. 578. Bach, Passepieds 1 et 2 - La famille Bach. Schubert - entracte n°3 (extrait de Rosamunde) Ma Mère l'Oye (Laideronnette, impératrice des pagodes) de Maurice Ravel : l'orchestration au service de la féérie. Messe en Si mineur, Jean-Sebastien Bach - Guide d'écoute - Médiathèque de la Cité de la musique, Paris. Symphonie n°40 K. 550, Ier mvt. Chanson participative d'après la Danse slave n° 2 op. 72 de Dvorak. Piotr Ilitch Tchaïkovski, Trepak, Pièce participative. Test Metascore 11. Der Lindenbaum extrait de Die Winterreise (Le Voyage d'hiver), Franz Schubert.