background preloader

Le Dilettante

Facebook Twitter

Inaugurée en décembre 1984 par l'édition en volume de l'article Grognards & Hussards de Bernard Frank et le premier ouvrage de Éric Holder, Nouvelles du Nord.


Maison d'édition traditionnelle alternant avec plaisir les rééditions d'auteurs méconnus (Bove, Calet, Forton...) et la découverte de jeunes auteurs talentueux (Gavalda, Page, Ravalec, Rozen...). Publie une quinzaine de titres par an.
. Fendre l’armure (La Grande Parade) Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans français Mis à jour : dimanche 21 mai 2017 16:57 Affichages : 47 Par Serge Bressan - Lagrandeparade.fr/ Avec son huitième livre- « Fendre l’armure », Anna Gavalda revient à la nouvelle.

Fendre l’armure (La Grande Parade)

Et déjà, on sait que ce sera un des livres de l’été. Un des best-sellers. Tout un été sans Facebook (EmOtionS) Après Ikea, les contrôleurs aériens et Napoléon, voilà que Romain Puértolas se frotte au polar.

Tout un été sans Facebook (EmOtionS)

Il ne respecte donc rien ! ;-). Qu’on se le dise, Tout un été sans Facebook n’est bien évidemment pas un roman noir ordinaire, c’est du Puértolas tout craché. Parlons peu, parlons de moi (Paso doble, Tewfik Hakem) Jackie Berroyer, le "bafouilleur de tout terrain", publie ses chroniques musicales augmentées -parues dans feu la revue musicale suisse "Vibrations"-, dans un ouvrage érudit et drôle qui offre au lecteur ses sensations éprouvées au fil de la vie par le prisme de la musique.

Parlons peu, parlons de moi (Paso doble, Tewfik Hakem)

Aujourd'hui, dans Paso Doble : Jackie Berroyer, scénariste, acteur et écrivain, pour Parlons peu, parlons de moi, Ne dites à personne que j’en parle à tout le monde, aux éditions le dilettante. Il était combien de fois (L'Amuse-bouche, Clara Dupont Monod) Mathilde est une quinqua qui aime sortir, danser complètement défoncée et croquer les garçons, malgré sa vie de couple avec Jo...

Il était combien de fois (L'Amuse-bouche, Clara Dupont Monod)

On n'est pas sérieux quand on a 50 ans. A 50 ans, c’est l’heure de la maturité, du calme et de la douceur. Mais du côté des livres : à 50 ans on s'éclate ! George Sand a rencontré Alexandre Manceau de 13 ans son cadet, Stephen Vizinczey écrit L'Eloge des femmes mures, Catherine Millet nous raconte sa vie sexuelle. Il était combien de fois (Encres vagabondes) Un couple.

Il était combien de fois (Encres vagabondes)

Ils approchent les cinquante ans. Lui, catalan, est statisticien ; elle, d'origine corse, dirige une agence immobilière. Douze ans qu'ils vivent ensemble à Barcelone. Parlons peu, parlons de moi (Les Émois, François Angelier) Bingo (Wukali) Bingo est l’histoire de Jacky (le père) et de Florian (le fils) Bingolacci.

Bingo (Wukali)

Une fois n’est pas coutume, je vais tirer tout de suite le résumé, voire même la philosophie de ce livre, en citant sa fin. « Voilà , racontée en plus de mots qu’elle ne mérite, l’histoire immorale de Jacky Bingolacci, un type sorti de l’école à seize ans sans même un CAP en poche, devenu par une succession de mauvaises actions un astre de première magnitude au firmament du cinéma asiatique. Scrupules, vertu, mérite, équité, justice, civisme, décence, probité... nulle part. Vol, concupiscence, meurtre, trafic, convoitise, violence, déloyauté... partout. Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Teddy le Kosovar (Encres vagabondes) Jorina est albanaise.

Teddy le Kosovar (Encres vagabondes)

Suite à un voyage officiel comme ouvrière en couture à Cuba elle se retrouve enceinte d'un beau et joyeux Cubain et se trouve contrainte à l'exil pour sauver son rejeton à venir. Pour parvenir à payer son voyage, « Jorina, si je puis dire, s’était bien fait baiser par le chef d’atelier, les manuts et le douanier car ils s’étaient concertés entre eux et exigeaient de plus en plus d’elle » mais elle finit tout de même par atteindre la France saine et sauve. Là, « La future maman fut admise en maternité où son statut de "sans-papiers réfugiée politique" émut un peu un personnel pas encore au bout d’une déshumanisation due au plan hôpital 2012 et à la loi "Hôpital, Santé, Patient, Territoire".

Il était combien de fois (L'Indépendant) Bienvenue à Barcelone, ses rues typiques, ses ramblas, ses quartiers chauds.

Il était combien de fois (L'Indépendant)

Très chauds. Mathilde, 50 ans, est responsable d’une agence immobilière dans la capitale catalane. Depuis plus de 15 ans elle vit avec Jo, un pur Catalan. Elle l’aime d’amour fou, mais ne peut pas s’empêcher d’aller « s’amuser » avec d’autres beaux garçons, généralement jeunes et moins sérieux que Jo, cadre dans une entreprise spécialisée dans les statistiques. Mathilde insouciante, est mise sur le gril par son compagnon. Teddy le Kosovar (Benzine Magazine) Bill d’Isère qui n’est pas Bill mais est bien d’Isère, réinvente à sa façon l’affaire du vol de ce véhicule de transport de fonds commis par un employé de la société délestée un beau jour d’automne 2010.

Teddy le Kosovar (Benzine Magazine)

La victime ayant purgé sa peine, nous devons éviter d’évoquer tout ce qui pourrait permettre de la reconnaître. Bill consacre peu de pages au déroulement des faits qui sont bien connus maintenant et qu’il est facile de retrouver à travers des livres, films et sites Internet… le sujet a fait couler beaucoup d’encre et de salive et généré une petite montagne d’octets sur les fameux réseaux dits sociaux. Bill concentre principalement son texte sur la personnalité et la parcours de ce jeune homme issu de l’immigration qui, un jour sans raisons apparentes, bascule dans la délinquance, grande par le montant du forfait, plutôt banale par les moyens mis en œuvre.

Denis Billamboz Teddy le Kosovar Roman Français de Bill D’Isère Editeur : Le Dilettante 256 pages – 17,50 € Parution : 18 janvier 2017. Teddy le Kosovar (A vos marques Tapage) Un escroc comme on les aime, les affres de la vie conjugale, un « feel good » au parfum Bollywood à la sauce scandinave, comment lâcher prise en s’éclipsant de ce monde anxiogène, voici en gros les pitchs des cinq romans que je vous présente aujourd’hui… Par ce froid sibérien, quoi de mieux qu’un bon bouquin à déguster sous la couette ?

Teddy le Kosovar (A vos marques Tapage)

Au cours d’un voyage professionnel à Cuba, Jorina va ramener dans son pays natal, l’Albanie, quelques souvenirs : du rhum, des cigares… Mais aussi un cadeau inattendu, fruit d’une étreinte aussi furtive que passionnée avec un autochtone. Pas très bien vu dans son pays de se retrouver fille mère, qui plus est d’un enfant métis… Si elle ne veut pas d’ennuis et surtout garder près d’elle son enfant, elle doit fuir au plus vite ! Il était combien de fois (Wukali) Mathilde, une cinquantaine d’années, un fils poursuivant ses études à Paris (ils ne se sont jamais entendus aussi bien que depuis son départ), vit avec Jo à Barcelone où elle a planté définitivement ses racines. Elle est propriétaire d’une agence immobilière, il est statisticien. Ils vivent ensemble depuis une quinzaine d’années dans un magnifique appartement à la superbe vue sur la capitale de la Catalogne.

Mais Mathilde, bien qu’elle soit heureuse avec son compagnon, reste Mathilde, une femme qui, de fait, refuse de vieillir et se comporte comme une adolescente. Depuis toujours elle ment, c’est plus fort qu’elle, elle se sent en quelque sorte rassurée quand elle est dans le mensonge.