background preloader

Cambourakis

Facebook Twitter

Farémido (Charybde) X.

Farémido (Charybde)

Rencontre avec Isabelle Cambourakis pour la collection Sorcière (Simonae) Pourquoi la collection Sorcières ?

Rencontre avec Isabelle Cambourakis pour la collection Sorcière (Simonae)

Je suis enseignante et présente dans plusieurs espaces militants, et il était important pour moi de faire une passerelle entre le travail éditorial et ces divers engagements. Mon frère, qui a créé les éditions Cambourakis m’a donné l’opportunité de créer une collection de textes de sciences humaines. Je penchais soit pour une collection de critique sociale, soit pour une collection féministe, mais puisque je bossais de mon côté sur les mouvements féministes des années 1970, ce sont eux qui l’ont emporté. Je voulais que la collection soit aussi féministe dans les textes que dans la pratique, je travaille donc prioritairement avec des femmes et des personnes trans que ce soit pour les textes, les traducteurices, les préfacier·e·s, les illustrateurices.

Mais pas dans tous les livres Cambourakis. Passage (Passage à l'Est!) A Prague, rue Stepanka, à quelques pas de l’Institut français, se trouve l’une des entrées du passage de la Lucerne.

Passage (Passage à l'Est!)

Le Chapeau violet (Le Temps) Eudora Welty, on l’appelait «la sirène du Mississippi», elle qui occupait le devant de la scène littéraire américaine, côté Deep South, auprès de deux romancières de sa trempe – Carson McCullers et Flannery O’Connor.

Le Chapeau violet (Le Temps)

Ce trio n’a jamais caché sa dette à l’égard de l’autre incomparable explorateur de l’âme sudiste, William Faulkner. Lequel, sidéré par la lecture du premier roman d’Eudora Welty – Le Brigand bien-aimé –, lui écrivit en 1942: «Qui êtes-vous? Quel âge avez-vous? Où habitez-vous? Mister Caspian et Herr Felix (Un dernier livre avant la fin du monde) Pour fêter ses 10 ans, Cambourakis emballe ses lecteurs. Les éditions Cambourakis s’engouffrent dans la mode des tote bag, et proposent de clore leur 10e anniversaire avec une promotion spécifique.

Pour fêter ses 10 ans, Cambourakis emballe ses lecteurs

Pour tout achat de deux livres, dans le format poche, un sac édition spéciale sera offert. Bien entendu, tout cela ne se fait que dans la limite des stocks disponibles. Les libraires qui souhaitent pouvoir offrir ces sacs à leurs clients pourront directement se rapprocher de la maison d’édition. Démon (Bulles de BD, Laetitia Gayet) Aux premières pages du tome 1, Jimmy apparaît attablé.

Démon (Bulles de BD, Laetitia Gayet)

La dernière tentation (Un dernier livre avant la fin du monde) Jésus de Nazareth, le fils de l’Homme, le Messie, Jésus-Christ… Autant de noms pour ce prophète connu de tous dont l’histoire, considérée comme réelle pour les uns et fictives pour les autres, est le berceau d’un mouvement religieux aux nombreuses ramifications.

La dernière tentation (Un dernier livre avant la fin du monde)

Reclaim (Contretemps) Nous publions ici un entretien avec Émilie Hache et Isabelle Cambourakis autour du recueil de textes écoféministes Reclaim.

Reclaim (Contretemps)

Philosophe, Émilie Hache a coordonné cet ouvrage et en a écrit l’introduction. Isabelle Cambourakis vient de terminer à l’EHESS un master sur les relations entre mouvement féministe et mouvement écologiste dans les années 1970 et est responsable de la collection « Sorcières » aux éditions Cambourakis, dans laquelle est publié Reclaim. Reclaim. Recueil de textes écoféministes, choisis et présentés par Émilie Hache, Cambourakis, 2016, 413 p., 24€. Contretemps (CT) : Reclaim rassemble des textes issus de l’écoféminisme états-unien qui a émergé à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Émilie Hache (EH) : La fin des années 1970 et le début des années 1980 sont marqués par la montée en puissance des mouvements antinucléaires et des mouvements pour la paix aux États-Unis. Norwood (En attendant Nadeau) Norwood (Un dernier livre avant la fin du monde)

« — T’as déjà entendu Lefty Frizzell chanter I Love You a Thousand Ways ?

Norwood (Un dernier livre avant la fin du monde)

— Non, j’ai même pas entendu parler de Lefty Frizzell. — Je ne pense pas que je puisse te le décrire alors. — T’as une cicatrice là derrière le cou. C’est horrible. Y’a pas un cheveu qui pousse dessus. — Je suis tombé d’un camion-citerne en Corée. — Tu t’es battu là-bas ? — Je suis arrivé sur la fin. — T’as tué des gens ? — Seulement deux à ce que j’en sais. » Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau (Passage à l'Est) Ne suis-je pas une femme? (Slate) «Lorsque le mouvement des femmes battait son plein et que les femmes blanches rejetaient le rôle de reproductrice, de bête de somme et d'objet sexuel, les femmes noires étaient célébrées pour leur dévouement inégalé à leur rôle de "mère", pour leur capacité "innée" à porter d'énormes fardeaux et pour leur disponibilité toujours plus grande en tant qu'objet sexuel.

Ne suis-je pas une femme? (Slate)

Il semblait que nous avions été élues à l'unanimité pour prendre en charge les tâches que les femmes blanches refusaient d'effectuer.» Revenant sur la double discrimination que subissent les femmes noires –en tant que femmes, et en tant que noires: l'intersectionnalité, comme la définira l'universitaire féministe américaine Kimberlé Crenshaw en 1989– la jeune bell hooks, alors à peine âgée de 19 ans, et qui s'appelle encore Gloria Jean Watkins écrit: Ne suis-je pas une femme?

Femmes noires et féminisme en 1971. Une jeune campagnarde noire rebelle Mais la jeune femme refuse un avenir de servante ou de femme au foyer. Ewyt ou la nuit de ma disparition (Un dernier livre avant la fin du monde) Rencontre du troisième type avec Olivier Saison à travers son dernier roman, traque entre le chasseur et la proie, l’essence de l’esprit et les plaisirs de la chair, l’oscillation entre le réel et la fantasmagorie. Parler d’Ewyt ou la nuit de ma disparition pourrait prendre des heures tant ce roman est à la fois riche et glissant, organique et anticonformiste.

La ceinture bien accrochée, montez donc: voici le grand-huit le plus spectaculaire de la littérature française contemporaine. Tout commence dans les années 50 au coeur de la demeure des Fauré, riche famille bourgeoise du Sud de la France où le jeune Ewyt, 11 ans, voit son père s’occuper de ses fleurs adorées tandis que sa mère aveugle prend des bains de soleil et pouponne Mathilde, la petite dernière. Contrenarrations (Lou et les feuilles volantes)

— « In part to disorient; it’s a kind of warping, an attempt to defamiliarize, and thereby reshape, our thinking. » Les voix s'emparent. (Dé)libérée puissance — par le pouvoir de l'imagination, de la narration et de la fiction. Acte : reprendre le contrôle des corps et de la parole. John Keene déjoue les attentes, se libère des conventions. Experimentation versus expectations. Contrenarrations esquisse un pas de côté qui donne à voir une perspective autre, une littérature autre qui construit une alternative narrative aux mythes américains. Le titre américain, Counternarratives : Stories and Novellas, souligne les formes multiples que prend la parole dans le livre, qui n'est exactement ni un roman ni un recueil de nouvelles, mais plutôt le contre-pied de ce que l'on attend d'un livre : « a literary and archival mixtape ». Une famille de menteurs (Paludes)

Rencontre avec Ádám Bodor à l’occasion de la parution de "Les Oiseaux de Verhovina" (Littérature hongroise)