background preloader

Économie de Prédation, Domination

Facebook Twitter

Les dogmes "capitalisme, croissance, compétition, progrès..." PIB : l'arnaque ! Guerre économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme de guerre économique[note 1] renvoie à un concept polysémique invoquant plusieurs définitions : La guerre économique chez les mercantilistes[modifier | modifier le code] Le concept de « guerre économique » reste relativement flou et ne peut être attribué à tel ou tel courant de pensée sans en négliger certaines subtilités. Bien que quelques mercantilistes admettent les bienfaits du commerce extérieur, le concept de guerre économique trouve ses fondements dans cette pensée qui domina l’économie du XVIe au XVIIIe siècles. On désigne, le plus souvent de façon péjorative, du terme « néo-mercantilistes » les personnes prônant que le commerce international relève d’une « guerre économique ». C'est dans ce contexte de guerre commerciale que le juriste néerlandais Hugo Grotius fonda le droit international[6].

L’économie au service de la guerre[modifier | modifier le code] La guerre au service de l’économie[modifier | modifier le code] Une économie de prédation.

Société de l'imposture

Le principe de Peter - incompétence au travail. « La domination masculine est encore partout »Entretien avec Françoise Héritier. Cette anthropologue de renom, disciple de Lévi-Strauss, va faire grincer des dents *. Alors que l'époque salue la progression sociale des femmes, Françoise Héritier démontre que cette idée est fausse et qu'au contraire la suprématie masculine reste universelle.Dans un précédent ouvrage, l'anthropologue Françoise Héritier démontrait que la différence des sexes est à l'origine de toute pensée. Elle racontait les premiers humains, observant la nature, regardant leur corps et découvrant qu'il y a du mâle et du femelle, du sperme et du sang, du jour et de la nuit, du chaud et du froid, de l'humide et du sec. Cette catégorisation binaire, faite « aux aubes de l'humanité », structure la pensée. Aujourd'hui, la disciple de Claude Lévi-Strauss, professeur au Collège de France, va plus loin. Elle démontre que la suprématie masculine est universelle.

Le racisme est-il moderne ? La récente polémique autour d’Éric Zemmour m’a donné envie de réfléchir au racisme. De manière plus générale, je me suis penché sur les idéologies qui affirment l’existence de hiérarchies naturelles entre groupes humains : racisme, sexisme, homophobie, darwinisme social... Les adorateurs de l’Ordre Naturel Ces croyances, qu’on se plaît à présenter comme des survivances du XIXème siècle, sont-elles des archaïsmes en voie de disparition ?

Ne sont-elles pas, au contraire, des éléments essentiels de la modernité ? On le voit, le problème dépasse largement le cas Zemmour. Modernité des idéologies réactionnaires Comment de telles croyances peuvent-elles encore subsister au début du XXIème siècle ? Dès le départ, dès la Révolution française, la bourgeoisie triomphante a été sur ces sujets extrêmement ambiguë, pour ne pas dire hypocrite. Interprétation optimiste De nouvelles formes de racisme Ordre naturel et capitalisme La croyance en un Ordre Naturel (ou quasi-naturel) n’a donc pas disparu. La brutalisation du corps féminin dans la médecine moderne: Amazon.fr: Marc Girard. Parution du livre "La brutalisation du corps féminin (...)" La brutalisation du corps féminin dans la médecine moderne Considérons cent femmes tirées au sort. Toutes auront été confrontées à une forme ou une autre d’une médicalisation spécifiquement liée à leur sexe : vaccins (rubéole…), hormones pour un oui ou un non, traitement de la ménopause, dispositifs contraceptifs, aide à la procréation, cicatrices d’épisiotomie ou de césarienne, hystérectomie, mammographie, etc.

Quoi d’équivalent chez l’homme ? Passant la médicalisation du corps féminin au crible de la médecine fondée sur les preuves (en se concentrant sur l’obstétrique, la contraception et la mammographie), Marc Girard montre que cette débauche d’activisme est aussi inutile que nuisible. Puis, il s’interroge en freudien sur l’inconscient de l’obsession médicale pour les présumées fragilités du féminin. Edité par l’auteur, 4 square Paul Fort, 78760 Jouars-Pontchartrain E-mail : agosgirard@free.fr Dépôt légal : janvier 2013 Disponible également sur Amazon.fr [2].

Table des matières 1. 2. 3. Seconde édition du livre "La brutalisation du corps féminin dans la médecine moderne" Réactions de lecteurs (et de lectrices...) Franchement j’en ai eu les larmes aux yeux. A la fois tendre et violent, passionné et réaliste. Que ne l’avez-vous écrit 20 ans plus tôt, je comprends désormais tant de choses ?

Comme d’habitude, je vais lire avec le plus vif intérêt votre livre. Permets-moi de te dire que je suis émerveillée par ce ton juste, ce ressenti exceptionnel, cette honnêteté médicale et ce respect vis à vis des femmes qui, en soi, ne choisissent pas vraiment... elles suivent... (…) l’expérience maternelle exactement comme si vous l’aviez vécue dans votre propre chair. J’en suis déjà à la conclusion. J’espère que ce livre contribuera à faire bouger les lignes. J’espère que votre livre aura beaucoup de succès et pourra changer certains esprits et méthodes qui paraissent en effet le plus souvent encore trop liés aux reliques de notre société judéo-chrétienne. Un GRAND MERCI M. En tant que femme, je ne peux que vous remercier et vous encourager dans cette voie.

Eh bé !

La Domination masculine

Harcelement moral. IAM - Demain c'est loin (sous-titré) Les Lascars - Baston de regard. Société Orwellienne ! Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire...........George Orwell. Il n'a échappé à personne que nous sommes bien dans une société de l'écran et de l'image. Nos médias officiels de médiocres mensonges abreuvent les esprits, les commentaires trahissent les images et les mots, les esprits aveuglés par tant de "vérités" restent figés dans une propagande dans la lignée des documentaires "sous l'oeil de Vichy" ! Ainsi, l'oligarchie nous prépare dans une véritable "escroquerie" de "leur" crise. Chose étonnante, cette élite nous donne en pature "le bouc émissaire" ! Les "faux" subversistes vont chercher leur prime quotidienne car la main qui donne est toujours au-dessus de la main qui reçoit !

On nous raconte de biens jolis romans dont les titres sont biens rodés "printemps arabe", "révolution de Jasmin", et autres mots plus colorés. (cf Georges Orwell "1984" écrit en 1948, publié en 1949) Règles/lois/paradoxe. BONUS : dossiers associés ==> Esclavage moderne : TRAVAIL = tripalium.